Publicité
Publicité

Accueil > La profession

L’année 2011, labellisée « année des patients et de leurs droits »

samedi 4 février 2012

L’année 2011, labellisée « année des patients et de leurs droits » par le ministère de la Santé visait à promouvoir les droits des patients. Premier jalon d’un processus, 2011 a été l’occasion de distinguer cinq lauréats, dont les projets pédagogiques permettent à chacun de connaître et de comprendre ses droits. Autre mise en lumière : le rôle des associations qui œuvrent au quotidien pour faire avancer les droits spécifiques des enfants hospitalisés.
Cinq projets à l’honneur dans le cadre de l’année des droits des patients 2011
Mise en place dans le cadre de la mission « 2011, année des patients et de leurs droits », la labellisation de projets favorisant la promotion des droits des usagers du système de santé - organisation de forums, d’expositions, de colloques en région, de débats publics, réalisation de site internet, d’outils pédagogiques… - a permis de désigner plus de 120 projets sur quelque 250 dossiers examinés. Ceux-ci sont consultables sur le site du ministère de la Santé.

Cinq lauréats pour des projets divers et innovants

Lancée le 18 avril dernier, à l’occasion de la Journée européenne du droit des patients, la deuxième édition du prix « Droit des patients » a recueilli plus de 120 projets dont beaucoup sont déjà labellisés. Le jury, présidé par Marina Carrère d’Encausse, présidente de la mission « 2011, année des patients et de leurs droits », a distingué cinq lauréats. Si quatre d’entre eux sont des projets labellisés, le dernier(1) est issu d’une candidature directe au concours. Comme l’a souligné la ministre de la Santé, les cinq projets sélectionnés se caractérisent par « la diversité des domaines couverts et par leur originalité. »

Ces projets ont pour points communs d’être « modélisables, transposables : ils s’inscrivent dans la durée, s’attachent à favoriser l’appropriation des droits par tous - y compris par des populations dont la situation rend difficile l’accès à leurs droits -, ont une visée pédagogique, sont originaux ou comblent un vide », indique le ministère.

La « Mallette pédagogique handicap » mise au point par l’Odphi (Office départemental des personnes handicapées de l’Isère) donne aux adultes un ensemble d’outils ludiques pour aborder avec les enfants la question du handicap. Son originalité consiste à faire comprendre le handicap aux enfants par le biais de jeux les mettant en situation.
►Marianne Lachenal, vice-présidente de l’Odphi nous dévoile le contenu et le sens de la « Mallette pédagogique handicap »
►Lire l’entretien

Le CHU de Reims a porté le projet promouvant la bientraitance des personnes âgées sur la question de l’intimité et la sexualité en institution. Face à une réalité marquée par le tabou, ce CHU a mis en place une procédure institutionnelle pour professionnaliser la prise en compte de cette question.
►« Les personnes âgées résidant en établissements […] ont une vie comme tout le monde et en particulier une vie intime et sexuelle », témoigne Frédéric Munsch, médecin chef de pôle au CHU de Reims, qui revient sur la genèse et la fonctionnalité de ce projet.
►Lire l’entretien

En créant les conseils de la vie sociale départementaux (CVSD) l’agence régionale de santé (ARS) du Limousin a pour but d’étendre au plan départemental (Creuse, Haute-Vienne, Corrèze) l’action des conseils de la vie sociale des établissements (CVS) médico-sociaux. L’objectif est de développer les actions de démocratie sanitaire sur l’ensemble d’un territoire donné tout en gardant le bénéfice de la proximité de terrain.
►Pour Laurence Dominge, directrice du département de la communication et de la démocratie sanitaire au sein de l’ARS du Limousin, l’échelon départemental permettra « de faire évoluer l’ensemble de la politique régionale dans le secteur médico-social. »
►Lire l’entretien

La loi sur les droits et à la protection des personnes en psychiatrie et aux modalités de leur prise en charge a fait l’objet d’une réforme en juillet 2011. Afin de permettre aux usagers et aux professionnels d’en comprendre les nouveaux enjeux, l’inter-syndicat hospitalier Psycom75(2) publie deux brochures : « Les nouvelles modalités de soins psychiatriques » et « Les droits des patients en service de psychiatrie ». Objectif : poursuivre le travail d’information des usagers sur leurs droits.
►« Psycom 75 a souhaité relever le défi d’un grand effort de pédagogie en ce domaine », explique Aude Caria, coordinatrice de Psycom75.
►Lire l’entretien

Posséder un chien peut s’avérer être un frein dans le parcours de soins des personnes en situation de précarité. Grâce à la « halte-garderie canine » de Brest, les chiens sont gardés en famille d’accueil afin de permettre à leurs propriétaires de bénéficier de leur droit fondamental aux soins. Ce projet a également pour ambition de donner une chance de réinsertion à ces personnes souvent en rupture de lien social.
►« Le soin est le premier des gestes pour la réinsertion sociale », souligne Christelle Collec, directrice adjointe du CHRU de Brest.
http://www.gouvernement.fr/gouvernement/la-sante-est-le-premier-maillon-de-la-reinsertion

[Charlaine]


Voir en ligne : Source : gouvernement.fr


Partager cet article

Publicité

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus

Publicité