Accueil > La profession

CHU de Rouen : Chirurgie réparatrice : une auxiliaire avec trois dents et une ventouse

mardi 22 février 2011


 

Aspirer le sang du patient quand il stagne dans les veines et favoriser le passage à une néovascularisation, une tâche délicate qui incombe à d'étonnantes auxiliaires : l'hirudo medicinalis ou sangsue médicinale ou encore sangsue officinale. Sollicitée lors de souffrance veineuse dans le cadre de replantations de doigt ou de lambeaux cutanés à l'occasion d'une chirurgie réparatrice ou reconstructrice, elle opère à jeun (depuis trois mois) et aspire pendant 20 à 30 minutes le sang du patient. Une technique où elles excellent grâce à leur sécrétion anticoagulante : l'hirudine.

Préférée à la scarification ou à l'application locale de compresses héparinées, la suscion de la sangsue permet souvent d'éviter une reprise chirurgicale ? Dans ce cas, pas d'anesthésie ou de bloc opératoire, et par conséquent un moindre coût ! Cependant, cette technique a aussi ses contraintes. Elle nécessite un gros investissement infirmier : il faut attraper la sangsue, la positionner sur le patient, contrôler et surveiller le déroulement du soin, la récupérer lorsqu'elle est repue, et parfois la chercher lorsqu'elle est tombée et qu'elle tente de s'échapper !

Chronophage, elle demande également à l'équipe soignante de prendre le temps d'éduquer le patient. En effet, la réussite de ce soin implique l'adhésion totale de ce dernier. Il faut le convaincre de l'intérêt de ce soin et l'inviter à participer à son traitement en surveillant les sangsues, en les remettant en place si nécessaire, en prévenant quand elles sont repues pour éviter qu'elles ne tombent ?

Les sangsues sont généralement repues au bout de 20 à 30minutes, mais cela peut prendre une heure. À usage unique, elles sont considérées et utilisées comme des médicaments, sur prescription médicale. Les sangsues sont donc stockées à la pharmacie hospitalière, qui en dispose à toute heure du jour ou de la nuit.

Détail amusant : il y a cinq ans, quand le service a commencé l'expérience, il fallait les faire venir de Caen par Chronopost ! Aujourd'hui, il y a en permanence au moins un patient concerné par cette technique dans l'unité de chirurgie plastique.

Appropriation de la technique
L'utilisation des sangsues ne fait pas partie des actes infirmiers référencés. L'apprentissage de l'équipe s'est donc fait sur le terrain. Il a fallu faire face aux réticences des infirmières tant au sujet de la technique que de l'animal lui-même ? Les résultats obtenus ont plaidé en faveur de cette auxiliaire, qui existe en fait depuis des siècles et dont on redécouvre les vertus. Aujourd'hui, force est de constater son succès ! Près de la moitié des CHU utilisent cette technique qui reste très innovante.

Prix d'achat d'une sangsue : 7 euros
La sangsue a trois dents, pas d'yeux et une ventouse...

D'après un article de Salima Kari, Laurence Langlois (IDE) et Martine Damade (cadre de santé)



 

Pour plus d'informations, contacter :


Rémi Heym
Responsable de la Communication
CHU de Rouen - 1 rue de Germont
76031 Rouen Cedex
Tél : 02 32 88 85 20
Fax : 02 32 88 80 65
email : remi.heym@chu-rouen.fr


[Pascal]


Voir en ligne : reseau-chu.org


Partager cet article

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus