Publicit
Publicit

Accueil > La profession

La pénurie de personnel de santé empêche beaucoup de pays de combattre efficacement la maladie selon l’OMS

jeudi 1er juin 2006

Journe Mondiale de la Sant 2006

Nouveau rapport de l’OMS : La pnurie de personnel de sant empche beaucoup de pays de combattre efficacement la maladie et de faire des progrs sanitaires

Le Rapport sur la sant dans le monde souligne qu’il faut investir davantage pour amliorer les conditions de travail du personnel de sant, redynamiser les tablissements d’enseignement et anticiper les besoins.

7 AVRIL 2006 | GENVE/LUSAKA/LONDRES — Cinquante-sept pays connaissent une grave pnurie de personnel de sant qui les empche d’assurer des interventions vitales comme la vaccination des enfants, les soins prnatals et obsttricaux ou encore le traitement du VIH/SIDA, du paludisme et de la tuberculose. D’aprs le Rapport sur la sant dans le monde 2006 que l’Organisation mondiale de la Sant (OMS) publie aujourd’hui sous le titre Travailler ensemble pour la sant, cette pnurie, conjugue au manque de connaissances thoriques et pratiques, empche aussi les systmes de sant de combattre efficacement les maladies chroniques, la grippe aviaire et d’autres problmes de sant.

Selon le rapport, dont la sortie est marque par de nombreux vnements organiss dans le monde entier l’occasion de la Journe mondiale de la Sant, il manque plus de quatre millions de mdecins, d’infirmires, de sages-femmes, d’administrateurs et d’agents de sant publique pour rpondre aux besoins de ces pays, dont 36 sont situs en Afrique subsaharienne. Tous les pays se doivent de mieux prvoir leurs effectifs de mdecins, d’infirmires et de personnel d’appui, de mieux les former, de mieux les employer et de leur offrir de meilleures conditions de travail.

« Alors que la population mondiale augmente, le nombre de soignants reste stationnaire ou diminue l o l’on a le plus besoin d’eux », a constat le Dr LEE Jong-wook, Directeur gnral de l’OMS. « Dans l’ensemble du monde en dveloppement, les agents de sant sont confronts des difficults conomiques, la dtrioration de l’infrastructure sanitaire et des troubles sociaux. Dans beaucoup de pays, ils sont aussi victimes de l’pidmie de VIH/SIDA. »

Le Rapport sur la sant dans le monde prsente un plan d’action dcennal pour remdier la crise et lance un appel aux responsables nationaux afin qu’ils formulent et appliquent sans plus tarder des stratgies de dveloppement des ressources humaines pour la sant, avec le concours de donateurs internationaux.

Les maladies infectieuses et les complications de la grossesse et de l’accouchement font au moins dix millions de morts chaque anne. Beaucoup de ces dcs pourraient tre vits s’il y avait plus d’agents de sant. Il est prouv que quand le nombre d’agents de sant augmente par rapport la population, le taux de survie des nourrissons, des enfants et des mres augmente lui aussi.

« On ne forme et on ne recrute pas assez d’agents de sant l o ils sont le plus ncessaires et les professionnels qualifis sont de plus en plus nombreux migrer dans des pays plus nantis pour un emploi mieux rmunr, soit dans un pays voisin, soit dans un pays industrialis riche. Il est probable que ces pays attireront davantage de personnel tranger encore mesure que leur population vieillit car elle aura besoin de soins chroniques au long cours », a expliqu le Dr Timothy Evans, Sous-Directeur gnral de l’OMS.

Pour faire face la crise, il faut ds maintenant investir de faon plus directe. Ce qui cotera au dpart, c’est de former davantage d’agents de sant. Une fois qu’ils auront leur diplme et qu’ils entreront dans la vie professionnelle, d’autres crdits seront ncessaires pour payer les salaires. Pour former et rmunrer les quatre millions de soignants ncessaires, le budget de la sant devra augmenter d’au moins US $10 par personne et par an, dans les 57 pays les plus durement frapps par la pnurie. Raliser cet objectif en vingt ans, c’est ambitieux, mais faisable, affirme le rapport.

Le financement de ce projet exigera, la fois des pays eux-mmes et de leurs partenaires internationaux des fonds importants, prvisibles et spcialement destins cet usage. Il est recommand dans le rapport que 50 % de tous les nouveaux fonds que les donateurs alloueront la sant soient consacrs au renforcement des systmes de sant, et 50 % de cette part la formation, la fidlisation et l’entretien du personnel sanitaire.

Au moins 1,3 milliard de personnes dans le monde n’ont pas accs aux soins les plus lmentaires, souvent faute de personnel pour les soigner. La pnurie est mondiale, mais particulirement aigu dans les pays crass par la pauvret et la maladie alors que ce sont eux qui ont le plus besoin de personnel soignant. C’est en Afrique subsaharienne que la pnurie est la plus grave, rgion qui compte seulement 3 % des agents de sant dans le monde alors qu’elle abrite 11 % de la population mondiale et enregistre 24 % de la charge mondiale de morbidit.

Le rapport plaide en faveur d’initiatives rapides et novatrices visant une plus grande efficacit. Par exemple, les programmes de lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et d’autres maladies prioritaires ont russi confier certaines tches des agents de sant ayant trs peu de qualifications. Les stratgies nationales de dveloppement du personnel de sant devraient s’inspirer de cet exemple.

Pour « veiller ce que des agents comptents prsentant les qualifications voulues soient placs au bon endroit pour faire ce qu’il y a lieu de faire », le rapport recommande aux pays de dresser des plans selon les axes suivants :
• Acting now for workforce productivity : better working conditions for health workers, improved safety, better access to treatment and care ;
• Anticipating what lies ahead : a well-developed plan to train the health workforce of the future ;
• Acquiring critical capacity : workforce planning ; development of leadership and management ; standard setting, accreditation and licensing as drivers for quality improvement.

Outre les stratgies nationales, le rapport prconise la coopration mondiale :
• Joint investment in research and information systems ;
• Agreements on ethical recruitment of and working conditions for migrant health workers and international planning on the health workforce for humanitarian emergencies or global health threats such as an influenza pandemic ;
• Commitment from donor countries to assist crisis countries with their efforts to improve and support the health workforce.

Source : Site de l’OMS

[Charlaine]


Partager cet article

Publicit

TOUT L’QUIPEMENT DES CADRES DE SANT

IDE Collection a regroup tout le matriel ncessaire au management de vos quipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, ides cadeaux...

Dcouvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus

Publicit