Accueil > La profession

HAS : Évaluation des implants de renfort pour le traitement de l’incontinence urinaire d’effort féminine et du prolapsus des organes pelviens de la femme

mercredi 11 mars 2009

La HAS a procédé à l’évaluation du service rendu des différents implants de renfort utilisés dans le traitement de l’incontinence urinaire d’effort féminine et dans le prolapsus des organes pelviens. Cette révision propose une mise à jour des indications, des caractéristiques techniques et des conditions de prise en charge de ces implants.

Les implants de colposuspension sont utilisés, après échec des traitements conservateurs, dans la prise en charge chirurgicale de l’incontinence urinaire d’effort féminine, pour rétablir les mécanismes de soutien urétral et dans la prise en charge chirurgicale du prolapsus des organes pelviens de la femme, pour compenser les défaillances du plancher pelvien.
Dans l’incontinence urinaire d’effort féminine, les données sur les implants en monofilaments de polypropylène tricotés rapportent une efficacité de l’ordre de 90% à 1 mois, de 80% à 1 an et à plus de 5 ans de suivi. Les complications sont des perforations vésicales, des douleurs, des infections et des érosions vaginales. Les comparaisons entre implants en monofilaments de polypropylène tricotés ne montrent pas de différence en termes d’efficacité ou de complications à un an de suivi. Les données disponibles sur les implants en multifilaments de polypropylène tricotés et sur les implants en polypropylène thermosoudé rapportent des complications tardives telles que des infections et des érosions vaginales.
Dans le prolapsus des organes pelviens pris en charge par voie haute, la littérature analysée rapporte une efficacité des implants en polypropylène monofilament ou en polyester multifilament comprise entre 71% et 100% en fonction du type et du stade de prolapsus, de la définition du succès et de la durée du suivi de l’étude.
Les complications les plus fréquemment rapportées sont des plaies vésicales, des érosions vaginales et des dyspareunies.
Concernant la prise en charge par voie basse, il n’a pas été identifié d’étude comparative entre l’utilisation d’implant et une technique chirurgicale classique, sans implant.
Cette analyse conduit à proposer le renouvellement de la prise en charge des implants en monofilaments de polypropylène tricotés dans l’incontinence urinaire d’effort féminine ainsi que des implants en monofilaments de polypropylène tricotés et en multifilaments de polyester tricotés, dans le prolapsus des organes pelviens de la femme pris en charge par voie abdominale. En revanche, des données cliniques comparatives sont nécessaires pour confirmer l’intérêt des implants posés par voie vaginale dans le prolapsus des organes pelviens de la femme.

La méthode utilisée est fondée sur l’analyse critique des données de la littérature scientifique, des données issues des dossiers déposés par les industriels et de l’avis de professionnels de santé réunis dans un groupe de travail multidisciplinaire.

Documents
- Evaluation de l’implant de renfort pour traitement de l’incontinence urinaire d’effort féminine et implant de renfort pour traitement du prolapsus des organes pelviens de la femme
- Synthèse de l’évaluation de l’implant de renfort pour le traitement de l’incontinence urinaire d’effort féminine et du prolapsus des organes pelviens de la femme

[Pascal]


Voir en ligne : Haute Autorité de Santé


Partager cet article

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus