Une nouvelle génération de cadres de santé est annoncée

lundi 3 juin 2013, par Bruno Benque

La formation de cadre de santé fait l’objet d’une ré-ingénierie de son référentiel pédagogique. A l’instar des autres métiers paramédicaux, elle devrait évoluer dans le processus LMD et s’adapter aux différentes missions des futurs professionnels, selon qu’ils se destinent aux services de soins ou à la formation.

JPEG - 145.2 ko

La formation commune de cadre de santé telle qu’elle se pratique depuis 1995 connaît ses dernières promotions d’étudiants. Le processus de ré-ingénierie de ce cursus, initié en 2011 par la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS) en concertation avec la communauté professionnelle, représentée essentiellement par le CEFIEC, va rentrer, en effet, dans sa phase finale.
 

Restaurer et renforcer la légitimité des cadres

Les raisons de ce changement sont, selon le discours de Michelle Lenoir Salfati, sous-directrice adjointe de la DGOS, dues à la « nécessaire reconfiguration » des diplômes, tous les 5 à 10 ans, pour évaluer leur pertinence par rapport aux missions confiées aux professionnels. Mais il n’est pas inutile d’aller au-delà du discours officiel. A l’heure où l’ensemble des formations de professions paramédicales basculent vers le LMD, où l’expérimentation du PACES est reconduite pour six ans pour ces enseignements, et où émergent des masters en sciences cliniques, la formation de cadre de santé risquait de souffrir la comparaison avec les autres métiers de la santé. L’immobilité aurait entraîné, à coup sûr, une perte de légitimité – déjà bien entamée ces dernières années – des cadres vis-à-vis des professionnels de terrain ou des étudiants. Il semble que cette formation sera réévaluée au niveau master à l’avenir, ce qui remettra le cadre à sa juste place.
 

Des compétences différentiées

La deuxième raison de ce changement concerne les missions des cadres de santé, selon leur fonction de responsable de service ou de formateur. Les compétences mises en œuvre de part et d’autre se sont diversifiées au fil du temps au point qu’elles n’ont plus beaucoup de points communs aujourd’hui. Il serait dès lors logique que les futurs professionnels de ces deux filières suivent une formation différentiée. Ce point anime d’ailleurs les discussions, au sein de la commission de ré-ingénierie, et devrait aboutir effectivement à la création de deux spécialités distinctes.

La formation de cadre de santé va donc, à coup sûr, évoluer. Les 39 IFCS ont formé, depuis leur création quelques 25 000 cadres et une nouvelle génération, mieux formée, va émerger. Un référentiel est en gestation et n’attendra plus, dans quelques semaines, que l’arbitrage du ministère pour aboutir à un texte officiel. Nous publierons très bientôt sur cadredesante.com un article qui détaillera l’avancée de ce projet.
 
Bruno BENQUE
Rédacteur en chef adjoint cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus