Une nouvelle année qui s’annonce contrastée pour les cadres

lundi 4 janvier 2021, par Bruno Benque

Si l’on fait le bilan de l’année écoulée, on remarque un début de reconnaissance pour le rôle des managers de proximité au sein des établissements de Santé, sur fond de crise sanitaire. De nouvelles perspectives semblent également poindre pour les personnels soignants. Il reste toutefois des craintes à avoir sur le champ des étudiants paramédicaux qui se plaignent du sort qui leur est réservé durant la pandémie. Souhaitons que celle-ci ne s’éternise pas afin que l’année qui s’annonce ne soit pas trop contrastée selon nos domaines d’activité...

Chaque début d’année est l’occasion de faire un bilan de celle qui vient de s’écouler. Et il faut bien dire que, malgré une crise sanitaire sans précédent – ou quelquefois à cause d’elle -, la vie des soignants et des cadres de santé a fait l’objet, sinon d’améliorations, du moins d’une accalmie sur le front de la qualité de vie au travail.

De meilleures perspectives pour les personnels soignants

Parmi ces avancées, citons les nouveaux protocoles de coopération qui, à l’été, ont été validés par le Collège de la Haute Autorité de Santé (HAS), et qui permettront aux personnels infirmiers de réaliser des poses de Midline et d’assurer la consultation infirmière de suivi des DM1 ou le contrôle des DMI en rythmologie.

Citons également l’accord tacite mis à jour entre le monde médical et le monde paramédical pour rejeter un chapitre du projet de Loi de modernisation du système de Santé par la confiance et la simplification, visant à créer une Profession Médicale Intermédiaire. Ce projet de Loi s’est vu rejeté par les professionnels paramédicaux non-infirmiers, les cadres de Santé, les praticiens hospitaliers, ainsi que par l’Ordre des médecins, qui lui préfèrent largement l’extension du champ d’action des pratiques avancées.

Une crise qui a révélé le rôle important joué par les managers de Santé

Pour nombre de cadres ensuite, la pandémie de coronavirus et ses conséquences sur les flux de patients hospitalisés a été l’occasion de mettre en place de nouveaux instruments de management et d’innover. Chacun dans son domaine et selon ses possibilités a pu expérimenter – a dû expérimenter souvent dans l’urgence – des organisations différentes, une gestion des flux de patients et de matériels adaptée, une autre manière d’interagir avec les personnels dont ils ont la charge. Se sont ainsi développées des pratiques promouvant la responsabilisation, l’autonomie ou le « lâcher prise » pour certains soignants éreintés.

Cette tendance est bien présente dans un travail réalisé par des chercheurs du CNRS qui se sont penchés, aux moyens d’entretiens menés avec différents acteurs du système de Santé, sur les actions mises en œuvre ayant permis, au sein des hôpitaux, de juguler la crise de COVID-19. Ils mettent en lumière, dans leur rapport, des pratiques de coopération et de créativité organisationnelle largement utilisées par les managers de proximité, les auteurs proposant même de mieux reconnaître leur rôle pour parvenir à améliorer l’agilité et la performance des hôpitaux.

Cela confirme également les résultats d’une enquête menée auprès des professionnels paramédicaux, par questionnaire et par interview, sur le rôle et les missions du cadre de santé en établissement de Santé. Celui-ci apparaît comme un chef d’équipe et comme un pilote de l’activité pour la majorité d’entre eux, qui voient en lui un régulateur et un optimisateur de l’ambiance de travail. De quoi repartir sur de bonnes bases lorsque la crise sanitaire se sera enfin éteinte, d’autant que la philosophie du nouveau processus de certification des établissements de Santé s’annonce plus simple et plus pragmatique, ce qui devrait alléger une partie de son activité.

La fronde gronde du côté des étudiants paramédicaux

L’avenir semble plus instable du côté des cadres formateurs. Les étudiants paramédicaux, surtout les ESI, se plaignent, à juste titre, du sort qui leur est réservé lors de leurs stages. Ils sont en effet appelés, pour la plupart d’entre eux depuis plus de six mois, à renforcer les rangs soignants sur le terrain, ce qui est préjudiciable pour leur cursus de formation. Ajoutez à cela les atermoiements des tutelles quant à l’évolution de la mission des tuteurs de stage pour les étudiants paramédicaux et vous obtiendrez un cocktail détonnant pour le début d’année. Sur ce dernier point, le CEFIEC souhaite que le tutorat soit professionnalisé au sein des établissements de Santé, ce qui implique une formation solide ainsi qu’une rémunération dédiée.

La nouvelle année s’annonce assez contrastée finalement pour les cadres de santé, selon que l’on se place sur le versant management ou formation. Je vous souhaite en tout cas, au nom de l’ensemble de notre rédaction le meilleur dans vos vies professionnelles et personnelles, sachant qu’elle devrait, selon toute vraisemblance, être encore rythmée par les soubresauts de la pandémie…

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus