Publicité
Publicité

Une leçon de mobilisation collective

lundi 3 février 2020, par Bruno Benque

Devant l’ampleur de l’épidémie au pays du soleil levant, les autorités chinoises, et celles de Wuhan en particulier, ont pris des décisions radicales tant au niveau économique que sanitaire, dans un élan de solidarité pour sauver ce qui peut l’être. La psychose gagne en France où l’on n’a enregistré que quelques cas positifs. Mais si l’épidémie était plus grave, aurions-nous la même réaction collective que nos amis chinois ?

Le nouveau Coronavirus (2019-nCoV) poursuit son développement à travers tous les continents, les médias annonçant une épidémie se transformant bientôt en pandémie.

Une crise économique faisant suite à l’épidémie de coronavirus

Et, comme c’est la coutume dans ces cas-là, la psychose se propage dans les populations, bien plus vite que le virus lui-même. Déjà, en Chine, les festivités habituellement organisées pour le nouvel an chinois ont été partout écourtées, voire annulées. Cet épisode, associé à des restrictions de déplacements et à la baisse d’activité qui en découle, a entrainé, dans le pays du soleil levant, une crise économique sans précédent qui, mondialisation oblige, est déjà ressentie dans d’autres pays. Dans le même temps, le gouvernement chinois s’en prend à celui des États-Unis, coupable semble-t-il d’entretenir la psychose au niveau international.

Un hôpital construit en dix jours !

Pour tenter de reprendre la main sur la crise, le gouvernement chinois, encore lui, a annoncé ce jour injecter quelques 156 milliards de Yuans afin de soutenir l’économie. Mais ce n’est pas tout : Pour faire face à l’épidémie, les autorités de Wuhan, point de départ de celle-ci et région la plus affectée par le virus, ont fait construire un hôpital en seulement dix jours. Cet établissement a ouvert ses portes aujourd’hui. Comme quoi, lorsqu’il s’agit de sauver l’essentiel, la nature humaine est capable de bien des exploits…

Psychose à Carry-le-Rouet ?

En France, la psychose est bien présente, alors qu’aucun cas mortel n’a été répertorié et que seulement quelques cas se sont avérés positifs aux tests. IL n’a a donc pas de quoi, en l’état actuel des choses, s’affoler. Lorsqu’on sait que la grippe a fait près de 3 000 morts en 2019, il est urgent de replacer les priorités de l’action sanitaire sur les sujets les plus importants. Ceux dont on peut comprendre une éventuelle psychose sont les habitants de la petite ville côtière de Carry-le-Rouet, près de Marseille. Ceux-ci ont vu débarquer des véhicules de l’armée des dizaines de compatriotes suspectés d’avoir été infectés et directement venus d’un aéroport chinois.

Car bien qu’ils aient été mis en quarantaine en attendant de prouver qu’ils sont sortis d’affaire, leur présence engendre bien des interrogations dans la population. Ce qui nous interroge également est la capacité de nos compatriotes à agir de concert comme en Chine, si d’aventure le pays était gravement touché par ce virus. Aurions-nous la même motivation collective à agir pour sauver la nation ? Cela reste à prouver…

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Publicité

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus

Publicité