Un pionnier des coopérations médico-soignantes nous a quittés

lundi 5 février 2018, par Bruno Benque

À l’heure des coopérations sanitaires tous azimuts, un pionnier du rapprochement interprofessionnel des acteurs de l’imagerie médicale nous a quitté récemment. Il œuvrait, en sa qualité de Professeur de Radiologie, pour le développement des réunions de concertation pluriprofessionnelles, mais aussi pour promouvoir les compétences des manipulateurs afin que certains transferts de tâches soient reconnues et mises en place. Puisse sa philosophie trouver des relais au sein de la jeune génération...

La coopération est sans aucun doute le terme qui revient le plus souvent lorsque l’on évoque la prise en charge des patients ainsi que la gestion de leur parcours de soins.

Des coopérations inter-établissements…

Cette notion est en effet présente partout et concerne en premier lieu les établissements de soins, sommés de coopérer au sein des Groupements Hospitaliers de Territoires (GHT) ou de Groupements de Coopération Sanitaire (GCS) en élaborant un projet médical commun et en fusionnant la plupart de leurs activités logistiques. Elle est présente également hors les murs de l’hôpital, les professionnels de santé de ville ou les structures médico-sociales se joignant au processus de suivi des patients pour assurer sa continuité.

…et interprofessionnelles

Mais la coopération est aussi désormais interprofessionnelle. L’augmentation continue du nombre de patients souffrant de maladies chroniques ou le vieillissement de la population, conjugués à une crise démographique médicale sans précédent poussent les acteurs de santé à imaginer des organisations communes, des activités à partager ainsi que des délégations de tâches qui permettraient de réguler l’offre de soins. C’est sous l’impulsion du Pr Yvon Berland, qui fut le premier en France à parler de transfert de compétences il y a plus de dix ans, que certains médecins pionniers ont œuvré pour rapprocher le monde médical de celui du paramédical pour les faire coopérer, notamment dans les projets médico-soignants hospitaliers.

Un pionnier des rapprochements pluridisciplinaires et interprofessionnels

Le Pr Alain Rahmouni était de ceux-là. Ce Professeur de radiologie a consacré beaucoup de temps et d’énergie pour rassembler les spécialités médicales tout d’abord, pour mettre la pluridisciplinarité au service d’une meilleure prise en soins des patients, mais aussi pour promouvoir l’évolution du métier de Manipulateur d’Électro-Radiologie Médicale (MERM) pour l’enrichir de compétences nouvelles, les faire reconnaître par les tutelles et ainsi poser les bases d’une collaboration plus étroite entre ces personnels soignants et les radiologues. Il est ainsi à l’origine, avec quelques autres, des protocoles permettant aujourd’hui aux MERM de réaliser des actes d’échographie, d’imagerie interventionnelle ou de gérer les dosimétries.

Rapprocher les bonnes volontés et les compétences au service des patients

Le Pr Alain Rahmouni nous a quittés brutalement le 26 janvier 2018, et la communauté radiologique pleure cet homme jovial et généreux qui n’avait de cesse de rapprocher les bonnes volontés et les compétences pour, par une alchimie dont il avait le secret, les faire travailler ensemble dans le but ultime d’apporter un service amélioré aux patients. En cette période tourmentée où la coopération sanitaire est partout souhaitée, il était un exemple pour nous tous. Puisse sa philosophie trouver de nombreux relais au sein de la jeune génération…

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article