Un pavé dans la marre

lundi 20 juillet 2015, par Bruno Benque

Les discussions sur les déserts médicaux au Sénat ont fait l’objet de plusieurs remarques sexistes la semaine dernière. La féminisation de la profession médicale serait un problème pour l’accès au soins dans les régions sous-dotées ! Un sérieux retour en arrière dans un débat sensé apporter des solutions concrètes.

JPEG - 31.7 ko

La Modernisation de notre système de santé est toujours en discussion au Sénat. C’est dans ce cadre que s’est réunie, le 15 juillet 2015, la Commission sénatoriale de l’aménagement du territoire et du développement durable qui a examiné le Rapport dédié consacré à ce thème.

Une désertification médicale encore très étendue

Parmi les 17 articles étudiés, celui relatif à l’accès aux soins a été largement évoqué, avec son corollaire de désertification médicale et d’exode des personnels médicaux depuis « les régions centrales du pays vers le littoral et la façade Est ». Les contrats d’engagement de service public et les contrats de praticien territorial de médecine ambulatoire, sensés favoriser l’installation des médecins en milieu rural, n’ont pas, selon les sénateurs, réussi à endiguer le phénomène. De même que l’augmentation significative du nombre de maisons de santé ou le développement de la télémédecine.

Un pavé dans la marre

L’ensemble des problèmes mis sur la table semblait, tout au long de cette réunion, semblait faire consensus. Sauf que le débat a pris une tournure plus politique, quand M. Hervé Pher a posé la féminisation de la profession médicale comme problème majeur, appelant un premier rappel à l’ordre de Mme Chantal Jouanno. Après un court retour du débat de fond, le libéral Jean-François Mayet est revenu à la charge en posant un pavé dans la marre, arguant qu’aujourd’hui 75% des diplômés étaient des femmes, et radicalisant son discours en ajoutant : « Les femmes sont quand même là pour faire des enfants » !

Un sérieux retour en arrière

Dans une discussion sensée faire avancer le débat, une telle remarque sonne comme un sérieux retour en arrière. C’est ce qu’a voulu lui signifier à nouveau Mme Chantal Jouanno lorsqu’elle lui a répliqué qu’elles n’étaient pas là que pour faire des enfants. Son contradicteur a évoqué les difficultés des femmes médecins à élever des enfants à un âge avancé et en parallèle de leur activité professionnelle, en donnant l’exemple de ses filles qui ont enfanté après 40 ans. C’est mal connaître la réalité du terrain, puisque d’une part, la majorité s’accommode assez facilement de cette situation et, d’autre part, elles sont nombreuses à connaître la maternité plus tôt, durant leurs longues études.

De tels commentaires, s’ils répondent sans doute à des considérations idéologiques, n’ont pas leur place dans le débat parlementaire moderne, qui est fondé sur l’égalité des chances, notamment entre les sexes. Il n’apporte en tout cas rien à la problématique de la démographie médicale, la participation des femmes médecins s’avérant une chance, et non pas un problème, pour combattre la désertification médicale.

Bruno Benque
Rédacteur en chaf cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus