Secteur sanitaire et médico-social : le calme avant la tempête ?

lundi 5 septembre 2022, par Bruno Benque

Alors que le contexte politico-économique annonce une rentrée sociale agitée, le secteur sanitaire et médico-social semble avoir pris une posture plus studieuse que revendicative. La question des salaires, dans cette période inflationniste, semble atténuée par les mesures issues du Ségur de la Santé et l’apocalypse des urgences n’a pas eu lieu cet été. La rentrée s’annonce donc calme, mais nul faut se méfier de l’eau qui dort...

Comme tous les ans à pareille époque, les observateurs de la société civile scrutent les tendances qui seront mises en avant dans les mouvements populaires sensés matérialiser la rentrée sociale.

Une conjoncture favorable aux mouvements sociaux

La conjoncture géopolitique, marquée par six mois de guerre en Ukraine, a tendu les marchés de l’énergie. Nous l’avons tous remarqué lors de nos passages à la pompe, le prix de l’essence est soumis à un mouvement de yoyo qui ne prédit rien de bon pour l’automne. Et que dire de la facture d’électricité et de gaz que nombre de nos compatriotes pressentent comme un gouffre qui pourrait engloutir leurs minces économies. Dès lors, la tension monte et les salaires sont espérés à la hausse dans un mouvement inexorable d’inflation généralisée. Et même si la France semble s’en sortir plutôt bien comparé à ses voisins européens sur ce sujet central qu’est l’inflation, la situation est assez préoccupante pour faire naître des mouvements sociaux dans les prochains jours.

Les syndicats et la Nupes fourbissent leurs armes

D’autant plus que les travaux relatifs à la réforme des retraites, dont la Première Ministre Élisabeth Borne a récemment annoncé que les discussions allaient démarrer après le lancement du Conseil national de la refondation le 8 septembre 2022, ou celle de l’assurance chômage, qui sera présentée en Conseil des ministres le 7 septembre 2022 avant son passage devant l’Assemblée nationale, sont susceptible de mettre de l’huile sur le feu. Dans ce contexte, la CGT et Sud ont appelé à une mobilisation populaire le 29 septembre 2022, en compagnie des syndicats d’enseignants, alors que la Nupes, la France insoumise en tête, prépare une « Grande marche contre la vie chère » à la mi-octobre. Et d’aucuns prédisent une poussée des gilets jaunes pour la suite, mais n’allons pas trop vite en besogne.

L’apocalypse n’a pas eu lieu aux urgences

Sur le front sanitaire toutefois, la rentrée s’annonce plutôt calme. Bien sûr, la question des salaires, même s’ils ont été revalorisés dernièrement à la faveur su Ségur de la Santé, reviendra à nouveau sur le devant de la scène, inflation oblige, ainsi que les besoins en ressources humaines soignantes, toujours aussi déficitaires dans certains services hospitaliers, mais l’apocalypse que certains prédisaient dans les unités d’urgences pour cet été n’a pas eu lieu. Les 41 recommandations retenues par le Gouvernement dans le rapport de la Mission flash conduite par le futur Ministre de la Santé François Braun ont-elles porté leurs fruits ? Il est trop tôt pour le dire, car le bilan de ces mesures interviendra fin septembre 2022 pour décider de leur pérennisation, avec en parall èle l’organisation d’une grande concertation à laquelle participeront les représentants du secteur de la santé au sens large.

Un secteur sanitaire plus studieux que revendicatif... pour l’instant

Mais la période a, en tout cas, été traversée sans trop de difficultés, du moins sans plus de difficultés qu’à l’accoutumée. L’environnement sanitaire et médico-social amorce donc cette rentrée dans une ambiance plus studieuse que revendicative. Le Syndicat des Manageurs de Santé (SMPS) planche sur la transition écologique au sein des établissements de Santé, le Syndicat National des Personnels Infirmiers (SNPI) tente de démontrer qu’un ration Infirmier-patient amélioré est un facteur de rentabilité pour un établissement et le Collectif Santé en danger revient sur les propositions faites lors du Sommet citoyen des 4 et 5 juin 2022, notamment pour améliorer le système de Santé. Mais il faut se méfier de l’eau qui dort. Il n’en faudrait pas beaucoup pour que la communauté se réveille brusquement...

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34.


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus