Préservons nous du DRH bashing !

lundi 9 mai 2016, par Bruno Benque

La fonction DRH est assez mal considérée au sein des entreprises, tous secteurs confondus. On parle même désormais de « DRH bashing ». Nous avons identifié deux témoignages de ces évolutions dans l’actualité, mais il semble que les DRH des organisations hospitalières et médico-sociales soient en partie préservées.

Dans l’actualité de la fonction Ressources humaines, nous avons identifié deux publications qui mettent à mal les principes régissant ce domaine professionnel.

La DRH, un partenaire stratégique pour 4% des sondés

Il s’agit tout d’abord d’une enquête internationale, la Global Talent Trends Study 2016 de Mercer, pour laquelle les chercheurs ont interrogé 1730 professionnels RH et 4500 travailleurs dans 17 pays. Ce travail révèle que, pour 85% des organisations interrogées, les programmes et la politique de gestion des talents ont besoin d’être revus et que pour 4% seulement d’entre elles, les ressources humaines sont considérées comme un partenaire stratégique pour résoudre ce problème. D’autre part, 70% des organisations pensent être en mesure de pourvoir les fonctions critiques en interne, alors que 28% des travailleurs déclarent vouloir quitter leur entreprise dans les 12 mois, même s’ils sont satisfaits de leur fonction actuelle. Sur le volet des compétences des professionnels, l’importance que les entreprises accordent au développement d’un effectif varié ne se traduit pas, selon cette enquête, par des actions ciblées sur les travailleurs.

L’avènement du DRH bashing

La seconde publication qui a retenu notre attention est une interview de Michel Barabel, Professeur en DRH et co-animateur de l’Association Nationale des DRH (ANDR) la communauté la plus représentative des professionnels du secteur en France. Il y annonce d’emblée que « depuis ces deux dernières années, nous assistons à une montée en charge des attaques contre la fonction RH. » La fonction RH concentre ainsi les critiques non constructives, si bien qu’une action “Stop au DRH bashing” est en train de voir le jour. Selon les sociologues, la fonction est au service de la direction et a capitulé politiquement face à la direction financière. Du côté des salariés, on estime que, selon Michel Barabel, « les DRH sont des suppôts de la direction, ils portent sans états d’âme les plans sociaux, ne préservent pas l’employabilité, etc. » Quant aux partenaires sociaux, ils estiment que les DRH manquent de courage et sont finalement contre les travailleurs.

Les secteurs hospitaliers et médico-sociaux en partie préservés

Mais ces deux témoignages de l’ambiance au sein des entreprises en général sont-ils conformes à ce qui se passe réellement sur le terrain hospitalier et médico-social ? Les DRH sont effectivement passés au second plan vis à vis des directions financières, depuis l’avènement de l’optimisation des moyens humains et matériels au sein des établissements sanitaires. Ils paraissent impuissants devant la fuite des talents, surtout en secteur public, devant la concurrence du secteur privé et l’absence d’esprit d’entreprise de la génération Y. Mais il est faux de dire qu’ils sont contre les travailleurs. Le secteur sanitaire et médico-social se caractérise par des compétences de plus en plus spécialisées que les DRH maitrisent et pour lesquelles elles attribuent dans la majorité des cas des postes de travail pertinents. Les CHSCT qu’elles président sont très actifs au service des salariés dans un contexte qui voit les conditions de travail se dégrader.

Au final, il semble que le « DRH bashing » n’ait pas une si grande audience que ça en établissement hospitalier ou médico-social. Les ressources humaines y jouent un rôle prépondérant et limitent, à n’en pas douter, les effets de l’épuisement auquel sont soumis beaucoup de soignants.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus