Les soignants, oubliés de la campagne présidentielle

mardi 2 mai 2017, par Bruno Benque

Les professionnels de santé devraient remplir les rangs des électeurs indécis pour le scrutin présidentiel du 7 mai 2017. Les mesures annoncées par les deux candidats dans leurs programmes respectifs ne comportent en effet pas de quoi les rassurer après une période très délicate. S’ils ont été une nouvelle fois les oubliés de la campagne, ils ne doivent pas céder à l’abstention, au vote nul ou blanc qui favoriserait l’outsider.

Voilà donc que s’amorce la dernière semaine avant la grande consultation nationale qui va conditionner la conduite du pays pendant les cinq prochaines années.

Beaucoup d’indécis pour le second tour

L’élection présidentielle qui donnera son verdict le 7 mai 2017 a fait table rase des dinosaures de la politique en plaçant en tête au premier tour deux nouvelles personnalités. Les français ont ainsi concrétisé leur désir de renouvellement de leurs dirigeants et, par la même, de réforme des affaires publiques, voire des institutions. Mais cela s’apparente, pour de nombreux électeurs peuplant le clan des indécis, à un saut dans l’inconnu. Et parmi ces indécis, il existe une proportion non négligeable de professionnels de santé.

Les personnels soignants oubliés de la campagne

Vers quel candidat se portera leur choix ? Quel est celui qui pourra, à la fois répondre le mieux aux besoins des patients et améliorer la qualité de vie au travail de ces professionnels ? Si les mesures annoncées de part et d’autre sont en faveur d’une meilleure répartition de l’offre de soins pour les premiers, les seconds n’ont pas entendu grand chose qui puisse les rassurer. Les soignants sortent en effet d’une période très difficile marquée par un burn-out très répandu et ont eu à déplorer une vague de suicides, des événements auxquels le Ministère n’a répondu que très timidement.

Popularité inédite de Marine Le Pen dans la Fonction publique hospitalière

Or, l’un des membres de la garde rapprochée d’Emmanuel Macron, Benjamin Griveaux, n’est autre qu’un ancien collaborateur de Marisol Touraine et certains commentateurs lui prêtent la paternité de certaines mesures récentes qui n’ont pas arrangé la situation. Et le vote pour l’ancien pensionnaire de Bercy sonnerait, pour les soignants, comme une continuité de la période précédente. Une étude publiée il y a quatre mois sur les préférences des agents de la Fonction publique hospitalière, faisait état, de plus, d’une montée inédite de la popularité de Marine Le Pen auprès des personnels de catégorie B et C.

L’importance des valeurs de solidarité et d’empathie

Les professionnels de santé seront-ils, dès lors, plus nombreux à voter pour cette dernière ? Rien n’est moins sûr. Tout d’abord parce que les catégories A se sont majoritairement détournées de cette tendance dans l’étude sus-citée. Ensuite parce que les valeurs de solidarité et d’empathie qui régissent la pratique soignante ne correspondent que de loin à l’idéologie frontiste. Et parce qu’enfin Marie Le Pen ne leur a pas dit ce qu’ils voulaient entendre, tant sur le thème de la reconnaissance de leur rôle dans la société que sur les tendances à la baisse des budgets hospitaliers, même si elle annonce une augmentation des effectifs.

Les dangers des votes blanc ou nuls

Sur le champ des professionnels médicaux, rien à signaler en revanche, puisque les propositions des deux candidats ne concernent principalement que l’augmentation des numerus clausus qui n’auront d’effet, de toute façon, que dans une dizaine d’années. Les acteurs de santé insèreront-ils, dès lors, un bulletin blanc, ou nul dans l’urne le 7 mai ? C’est à craindre car une telle attitude, si elle se généralise à l’ensemble des indécis, bénéficie, en général, à l’outsider lors d’une élection de ce type. Et l’outsider de dimanche prochain, on la connait...

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus