Cadres de santé

Les français s’expriment sur les dispositifs liés au grand âge et à la dépendance

vendredi 21 juillet 2017, par Bruno Benque

La prise en charge de la vieillesse et de la dépendance est satisfaisante pour les 2/3 des français. C’est ce qui ressort du Baromètre Odoxa sur le thème du grand âge, de la dépendance et de l’accompagnement du vieillissement. Toutefois, les français et les professionnels de santé interrogés affirment en majorité que les politiques publiques sont inadaptées et souhaiteraient, en cas de perte d’autonomie, adapter leur domicile plutôt que d’intégrer un EHPAD.

Le Baromètre Santé 360 mené par Odoxa sur le thème du grand âge, de la dépendance et de l’accompagnement du vieillissement pour Ramsay Générale de Santé, Orange, la MNH et la FHF, a été diffusé le 3 juillet 2017.

La prise en charge de la vieillesse et de la dépendance satisfaisante pour 2/3 des français

Cette enquête a été réalisée courant juin via internet auprès de 1 002 personnes, dont 328 aidants familiaux, 437 médecins et 406 infirmiers, ainsi que 239 directeurs d’hôpitaux et d’EHPAD. Elle dresse tout d’abord un panorama général relatif à la perception de l’accompagnement du vieillissement et de la dépendance. On apprend ainsi que près de 6 Français sur 10 sont concernés par la prise en charge du vieillissement et de la dépendance et que les 2/3 d’entre aux jugent cette prise en charge satisfaisante. Dans ce cadre, 65% d’entre eux se montrent inquiets quant à l’avenir et il apparaît que la problématique de la santé constitue la principale inquiétude des Français concernant leur vieillissement.

Adapter le domicile plutôt que d’intégrer un EHPAD

La seconde partie de l’étude s’attache à recueillir le vécu des français et les problèmes qu’ils ont éventuellement rencontrés sur le champ du vieillissement et de la dépendance. On constate ici que 84% des français estiment que les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes disposent de moyens insuffisants et qu’en cas de perte des capacités physiques, la moitié des Français souhaiteraient adapter leur domicile plutôt que d’intégrer un EHPAD. En cas de troubles cognitifs (Alzheimer…) d’autre part, une majorité préfèrerait intégrer un établissement spécialisé. Ils font preuve, de plus, d’anticipation puisque 6 Français sur 10 ont prévu de mettre en place des solutions pour faire face aux difficultés qu’ils pourraient rencontrer en vieillissant. La perte d’autonomie et les difficultés financières figurent également parmi leurs inquiétudes majeures.

Une politique publique inadaptée aux défis du grand âge et de la perte d’autonomie

Enfin, la dernière partie de l’enquête relate les attentes des Français quant à la prise en charge du vieillissement et de la dépendance. Sur ce point, les patients et les professionnels de santé s’accordent à dire que l’usage des objets connectés est une bonne chose pour le maintien à domicile et que leurs usages amélioreraient la santé et l’accès aux soins. Ils constatent toutefois que, bien que les plus de 60 ans déclarent à 61% les utiliser, le développement de ces outils connectés est insuffisamment favorisé. Pour enfoncer le clou, 9 français sur 10 affirment que la politique publique est inadaptée aux défis du grand âge et de la perte d’autonomie… en raison d’un reste à charge trop important.

Le problème du vieillissement et de la dépendance est, cette enquête le confirme s’il en était besoin, une préoccupation majeure des français, mais aussi des professionnels de santé. Les deux-tiers d’entre eux sont d’ailleurs pour la création d’un « 5ème risque » dédié au financement public de la prise en charge de la dépendance et de la vieillesse.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus