Publicité
Publicité

Le cadre de santé doit « panser le changement » !

mardi 28 janvier 2014, par Bruno Benque

Entre deux professionnels de santé aux philosophies différentes, les premiers temps d’activité commune sont souvent délicats. C’est le problème que doit gérer le cadre de santé lorsqu’un infirmier fraîchement estampillé « formation universitaire » débarque dans un service de soins.

JPEG - 21 ko

Les premières promotions d’infirmiers formés selon le cursus universitaire ont, depuis quelques semaines, plongé dans leur carrière professionnelle. Ces personnels new look arrivent dans des organisations où ils côtoient des professionnels ayant le même titre, mais plus tout à fait la même philosophie.

L’arrogance des débutants

Lorsqu’un infirmier estampillé « formation universitaire » commence son activité professionnelle dans un service de soins, ses collègues déjà en place, formés désormais « à l’ancienne école », lui portent un regard méfiant. Comme beaucoup d’entre nous, ils se demandent ce que pourrait bien apporter à l’équipe celui qui, comme ses semblables, n’a pas satisfait aux fameux MSP d’antan, qui mettaient les étudiants à l’épreuve des techniques de soins, lors de leurs stages en établissement de santé. Ils sont d’ailleurs très vite confortés dans leurs jugements, lorsque ils observent les gestes gauches des nouveaux venus, dès lors que les soins se compliquent un peu, oubliant qu’eux même ont eu besoin, à leurs débuts, d’un temps d’adaptation tout à fait légitime. Ce sentiment est exacerbé lorsque ces blanc becs ont l’arrogance de proposer des projets de recherche ou de prise en charge, exprimant alors l’expression désormais célèbre : « Avant, l’infirmière changeait le pansement, maintenant, elle pense le changement ! »

Faire coopérer deux professionnels aux philosophies différentes

De son côté, le débutant, plein d’énergie, armé de son approche globale de la prise en charge des patients, capable de prendre du recul avant même d’avoir expérimenté les missions de première ligne, tente, avec maladresse certainement, de mettre en pratique ce qu’on lui a appris. Cette attitude est tout à fait compréhensible, mais il faut bien se rendre à l’évidence qu’il existe un décalage énorme entre la philosophie de l’« intello-prospectif » et celle du « pratico-pratique ». Le problème étant posé, il faut bien essayer de le résoudre et faire cohabiter, ou mieux, collaborer ces deux espèces d’infirmiers. Car disons-le tout net, à ce stade de l’évolution, ce sont bien deux professions de santé différentes auxquelles on a faire. Le rôle du cadre de santé est évidemment primordial dans ce cas de figure, et c’est à lui que revient la mission de les faire coopérer, et non pas seulement partager la même salle de soins.

Stratégie de rapprochement

Sur le plan psychologique, le manager devra, en tout premier lieu, prendre une posture d’autorité hiérarchique – et non pas autoritaire – afin d’établir une distance de sécurité entre lui et le nouvel arrivant, surtout si lui-même n’a pas satisfait à un cursus universitaire. Ce préambule sera d’autant plus facile si le manager est un minimum expérimenté, la différence générationnelle lui donnant l’avantage. Ensuite, il serait bienvenu de mettre le débutant à l’épreuve, en lui confiant dès les premières semaines des tâches difficiles sur le plan technique, en prenant soin de contrôler plus qu’à l’habitude les moyens mis en œuvre et les résultats de cette mission. SI cette expérience est réussie, elle lui aura donné un acquis technique sur lequel il pourra s’appuyer plus tard, et le regard de l’ancien deviendra sur lui plus bienveillant. Mais ce rapprochement vers l’un doit être pérennisé en réalisant un pas vers l’autre. Il serait judicieux, pourquoi pas, de en place un projet initié par le débutant, auquel participerait, en binôme, un infirmier plus expérimenté. On pourrait alors obtenir une osmose entre les deux, et transformer ainsi ce qui apparaissait comme une guerre larvée en une richesse pour l’ensemble de l’équipe.

Manager une compétence en devenir...

Nous ne faisons évidemment pas de ce cas une généralité, les conditions extrêmes décrites, tant dans le constat que dans le résultat très positif de l’action menée, nécessitant une modération. Il n’empêche que ce problème se fait jour assez régulièrement et ne facilite pas, du moins dans les premiers temps, la tâche du cadre de santé. Il est amusant de noter que le nouveau référentiel de formation des cadres managers, qui est à l’étude depuis quelques semaines à la DGOS, comprend le management des équipes pluriprofessionnelles dans un secteur d’activités de soins comme une compétence à acquérir. Celle-ci sera essentielle pour qui exercera des responsabilités dans les équipes faisant intervenir des personnels infirmiers formé avant et après la réforme pédagogique. Il seront alors mieux armés pour « panser le changement »...

Bruno Benque
Rédacteur en chef adjoint cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Publicité

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus

Publicité