Le 7 mars peut-il ressembler au 8 novembre 2016 ?

lundi 20 février 2017, par Bruno Benque

Les infirmiers sont appelés à faire grève et à descendre dans la rue le 7 mars 2017. Mais il semble que le mouvement des soignants en colère s’essouffle quelque peu, et ce pour différentes raisons. Mais la souffrance grandissante qui se manifeste dans les établissements de santé est, à elle seule, une raison suffisante pour qu’un grand nombre de soignants se joignent aux cortèges de manifestants. Pour que le 7 mars ressemble au 8 novembre 2016.

Ainsi donc un nouvel appel à la grève et à la mobilisation est annoncé pour le 7 mars 2017, par le Syndicat National des Personnels Infirmiers (SNPI). Mais verra-t-on, à Paris et dans les capitales régionales française, des convois fournis de manifestants, de concerts de klaxons, de drapeaux et banderoles à foison, voire de nombreux porte-voix cracher leurs revendications et leurs rancunes ? Rien n’est moins sûr.

Un mouvement qui semble s’essouffler

Car, après la démonstration de force du 8 novembre 2016, qui avait réuni près de 10 000 professionnels - d’après le syndicat, selon la formule consacrée - à Paris et de nombreux autres en province, le rassemblement du 24 janvier 2016 a été peu suivi, pas à la hauteur, en tout cas, des espérances des organisateurs. Et il semble que le mouvement commence à s’essouffler. Les raisons de ce désengagement sont plurielles. Tout d’abord, même si le Ministère fait l’effort, après chaque mouvement de grève, de recevoir les responsables syndicaux pour écouter leurs doléances, force est de constater que pas grand chose ne bouge sur le terrain. Et la proximité e l’élection présidentielle n’arrangera rien à l’affaire.

De l’impossibilité, pour un soignant, de quitter son service

L’affaiblissement du mouvement vient ensuite de l’impossibilité, pour beaucoup de soignants, de quitter leur poste plusieurs fois dans l’année pour prendre part aux manifestations. Certains se voient refuser d’abandonner l’équipe de travail par leur hiérarchie, d’autres n’ont pas reçu l’information en interne - tout le monde ne lit malheureusement pas www.cadredesante.com ! - et d’autres enfin hésitent par conscience professionnelle. Sans compter que les personnels du privé sont concernés à un faible niveau par des revendications restant en majorité sur le champ « publico-public ».

Des revendications parfois éloignées du quotidien des professionnels

Et ces revendications, justement, sont-elles toutes pertinentes à l’heure où le système de santé est exangue ? Le départ à la retraite anticipée pour cause de pénibilité, la réactualisation du décret d’actes infirmier, ou l’inflation diplômante des IBODE et puéricultrices, qui demandent un grade de Master pour lequel elles n’auront sans doute jamais de répercussions salariales, sont-ils des motifs de mobilisation pour le plus grand nombre ? Pas si sûr ! La souffrance des soignants est telle dans certains établissements que leurs préoccupations sont aujourd’hui toutes autres. Et tout porte à croire que, ce phénomène prenant tout doucement et de façon insidieuse, de l’ampleur, il pourrait une nouvelle fois rassembler le plus grand nombre dans la rue.

Pour que le 7 mars ressemble au 8 novembre

Comme pour rendre un dernier hommage à cet infirmier qui s’est défenestré récemment à l’Hôpital Européen Georges Pompidou. Mais nous ne demandons qu’à nous tromper et espérons que le 7 mars ressemble au 8 novembre 2016, d’autant que les syndicats généralistes, FO et CGT en tête, annoncent également leur participation à cette journée. Pour que, même si les motifs de mécontentement exposés par le SNPI ne sont pas partagés par tous, les soignants de toutes spécialités et de toutes conditions affirment ensemble une nouvelle qu’ils ne doivent pas être considérés comme de la chair à canon par des directions et des gouvernants très éloignés de leur quotidien.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus