La recherche en soins, nouveau levier de management ?

lundi 5 décembre 2016, par Bruno Benque

L’attitude enthousiaste des chercheurs en soins tranche avec l’ambiance morose dans laquelle évoluent la plupart de leurs collègues. Nous avons croisé, lors des Journées Francophones de Recherche en Soins (JFRS), des professionnels impliqués, voire passionnés. Cette discipline serait-elle alors un vecteur de reconnaissance pour les personnels soignants ? Elle pourrait en tout cas apparaître comme un levier de management pour les cadres de santé.

Dans le contexte morose qui entoure le monde hospitalier, les 3èmes Journées Francophones de Recherche en Soins (JFRS) qui se sont tenues les 1er et 2 décembre 2016, ont eu un effet rafraîchissant pour nous.

Des congressistes souriants et dynamiques

Depuis l’instauration du Programme Hospitalier de Recherche Infirmière et Paramédicale (PHRIP) en 2010, cette discipline se développe de façon significative à travers le territoire avec, en figure de proue, le CHU d’Angers. Plus de 500 congressistes ont afflué à ce colloque de haute tenue, tant dans le contenu que dans l’organisation. Nous avons côtoyé à cette occasion des soignants souriants et dynamiques, bien loin du tableau brossé ces derniers temps par les médias – nous en faisons partie – qui décrivent à longueur de pages et de tournages des professionnels en souffrance, au bord de la rupture et navigant à vue dans un environnement contraint.

Des orateurs enthousiastes et fiers de leurs travaux

Oui, nous avons rencontré des personnels impliqués dans leur fonction, passionnés souvent par les travaux de recherche qu’ils ont initiés ou auxquels ils apportent leur contribution. Les orateurs ont partagé avec fierté parfois, avec enthousiasme souvent, les composantes techniques ou éthiques de cette discipline, mesurant le chemin parcouru pour obtenir des résultats de recherche à la hauteur de leurs espérances. Ils ont évoqué notamment les difficultés qui se présentent à eux lorsqu’ils décident de faire publier leurs travaux dans les revues scientifiques. Quant à leurs échecs, il y en a forcément de temps en temps, ils sont vécus pour eux comme des expériences.

Un nouveau vecteur de reconnaissance pour les soignants ?

La recherche en soins serait-elle aujourd’hui un vecteur de reconnaissance pour les professionnels soignants qui en manquent cruellement ? Nous voulons le croire. Mais deux conditions sont nécessaires et non suffisantes pour qu’elle joue ce rôle. La première concerne le caractère volontariste que représente l’engagement dans un projet de recherche, excluant de facto tous ceux qui ne rendent réel que le prescrit, selon la formule consacrée, et n’essaient pas de se sortir du marasme. La seconde, et cela a été plusieurs fois argumenté au cours de ces journées, tient au rôle des cadres de santé. Ces derniers se doivent d’adopter une posture de facilitateur, voire d’initiateur de projets de recherche au sein de leur équipe.

Un levier de management pour les cadres

De tels projets naissent parfois sur le coin d’une table, lors d’une discussion informelle comme celles qui fleurissent autour d’un café. Il serait pertinent désormais que les cadres soient à l’écoute de ces échanges afin d’y identifier des embryons de projets de recherche, d’aider à leur mise en place et de les promouvoir. Ils se doivent également de venir en support de tels projets et de mettre de l’huile dans les rouages d’un parcours souvent sinueux pour les chercheurs. Voilà en tout cas, même si tout le monde ne peut pas faire de la recherche étant données les tensions démographiques soignantes, un levier de management qu’il devrait s’empresser d’activer pour redonner de l’élan au collectif dont ils ont la charge.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus