Journée de réflexion sur le don d’organes

lundi 22 juin 2015, par Bruno Benque

A l’occasion de la 15e édition de la « Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs », nous souhaitions dédier cet édito à tous ceux qui agissent dans le but de développer, sur le territoire français, le don d’organes, de sang, de tissus ou de gamètes. Les associations, le législateur, les bénévoles ainsi que les professionnels du secteur œuvrent au jour le jour pour faire évoluer les mentalités dans ce sens.

JPEG - 16.3 ko

Ce lundi 22 juin marque la quinzième édition de la « Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs ».

Informer le public sur le don d’organes

Alors que que 9 Français sur 10 sont favorables à ce qu’on prélève leurs organes à leur décès, environ 220 personnes meurent chaque année faute de greffe. Paradoxalement, le taux de refus en France a augmenté de manière inquiétante ces dernières années, puisqu’il il est passé de 9,6% en 1990 à 32,9% en 2013 ! En 2014, 20 311 patients ont eu besoin d’une greffe mais 5 357 patients ont pu en bénéficier.Pour les familles, cette demande souvent est vécue comme une violence lorsque le deuil d’un proche survient. C’est ainsi que la Fédération Nationale d’Aide aux Insuffisants Rénaux (FNAIR) se pose la question de savoir si le refus des familles exprime vraiment le choix supposé du défunt. Elle œuvre en outre à ce qu’un travail d’information se développe auprès de ces familles afin que le prélèvement ne soit pas vécu comme une violence.

Plusieurs manifestations de sensibilisation durant le weekend

Afin de sensibiliser le public, plusieurs manifestations se sont déroulées durant ce premier weekend estival. Citons, entre autres, à Nancy, l’initiative de l’Association Départementale du Don d’Organes et Tissus Humains (ADDOTH), qui a organisé le samedi 20 juin une journée d’animations, Place Charles III, parrainée par Sébastien Loeb ou l’opération « Je me mouille pour le don d’organes », organisée par le CHU dans une piscine de la ville. A Marseille également, dans le cadre de l’opération « Marseille Capitale du don », le marathonien Benoît Z a souhaité organiser une course nocturne, au départ de l’esplanade du MuCEM, ainsi que des animations, pour sensibiliser la population marseillaise et provençale aux dons d’organes, de sang, de tissus, de gamètes...

Le coup de pouce du législateur

Le législateur est lui aussi, à sa manière, promoteur du développement du don d’organes, dans le cadre de la Loi de modernisation du système de santé. En soutenant récemment l’amendement du député Jean-Louis Touraine, la FNAIR, comme la plupart des organisations qui promeuvent le don d’organes, veut, au travers du rappel de la loi du consentement présumé, inciter chacun à parler à sa famille et/ou à ses proches de sa position vis-à-vis du don d’organes et ainsi obtenir une baisse significative du taux de refus.

Réformer le financement de la prise en charge des greffons

En 2013, 13 % seulement des greffes rénales en France étaient faites à partir de donneur vivant, un taux tournant autour de 40 % en Suède et au Royaume-Uni. L’ambition affichée dans les Schémas interrégionaux d’organisation des soins (SIOS) est d’atteindre les 20 % d’ici 2018 mais les établissements de santé, qui prennent à leur charge tous les frais de santé occasionnés par le don du vivant, ne peuvent pas assurer la montée en puissance qui leur est demandée. Dans le même ordre d’idées, le nouveau médicament antirejet, le Belatacept, qui permet d’allonger de deux ans en moyenne la durée de vie des reins transplantés, n’est toujours pas pris en charge en France.

Ainsi, pour les reins, comme pour l’ensemble des organes, l’information du public est nécessaire pour développer le don, mais non suffisante. Car le financement de la prise en charge des greffons, du consentement jusqu’à leur transplantation, a besoin lui aussi d’une réforme.

Bruno Benque
Rédacteur en chef cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus