Développement professionnel continu : le CNP infirmier brille par son absence

lundi 2 septembre 2019, par Bruno Benque

Le Ministère des Solidarités et de la Santé a publié récemment la liste des associations professionnelles qui joueront le rôle de Conseils Nationaux Professionnels (CNP). Un nombre significatif de métiers paramédicaux y sont représentés mais les infirmiers dits « polyvalents » n’y figurent pas. Ces professionnels n’ont-ils pas besoin de faire évoluer leurs compétences ? Ou est-ce une question de temps ? Les organisations représentatives doivent rapidement se positionner sur ce champ...

Le Ministère des Solidarités et de la Santé a publié au Journal Officiel du 21 août 2019 la liste des Conseils Nationaux Professionnels (CNP), par Arrêté du 20 août 2019 portant liste de conseils nationaux professionnels pouvant conventionner avec l’Etat en application de l’article D. 4021-1-1 du code de la santé publique.

Partenaire privilégié du Ministère sur le plan des compétences et de la formation

Les CNP ont pour vocation de contribuer à la formation, à l’évaluation et à l’amélioration des pratiques professionnelles, pour chaque spécialité médicale et chaque profession paramédicale. Ils regroupent donc les sociétés savantes et les organismes ou associations regroupant des professionnels de santé exerçant la même profession ou la même spécialité. Ils ont, à ce titre, contractualisé avec l’État et font office d’interlocuteur privilégié auprès du Ministère dans l’évolution des compétences des professionnels qu’ils représentent et pour mettre à jour les référentiels de formation continue, notamment le processus de Développement Professionnel Continu (DPC).

Une liste non négligeable de CNP paramédicaux

À la lecture de cette liste, on remarque que l’ensemble des spécialités médicales sont représentées, mais que les professions paramédicales sont minoritaires, puisque seuls les professionnels de l’ergothérapie, les infirmiers anesthésistes, les masseurs-kinésithérapeute, les pédicurie-podologues, les orthésistes-podologistes et les techniciens de laboratoire médical y figurent. D’après les informations dont nous disposons, d’autres CNP paramédicaux sont dores et déjà constitués et font partie des organismes pouvant conventionner avec l’État, comme celui des manipulateurs d’Électroradiologie médicale (CNPMEM) ou celui des Infirmiers de Sapeurs-Pompiers, du Secours et de Urgence Préhospitalière (CNP-ISPSUP), qui ont vu le jour en début d’année 2019.

Les infirmiers polyvalents, oubliés de la liste

Mais ce qui saute aux yeux est l’absence du CNP infirmier. Celui-ci existe depuis 2014 et regroupe de nombreuses associations représentatives sur un champ élargi puisque figurent, dans ce Conseil, l’Ordre national des infirmiers, l’UNAIBODE, des syndicats (SNIIL, SNPI, SNICS), mais également le CEFIEC ou l’AFDS. On remarque également dans sa constitution le SNIA et le CEEIADE représentant les infirmiers anesthésistes et qui ont fait césession depuis puisqu’ils ont donné naissance à leur propre entité, le Conseil National des Infirmiers anesthésistes, qui figure dans la liste des organisations reconnues par l’Arrêté cité plus haut. Doit-on en déduire que le CNP infirmier, appelé aussi « Collège Infirmier Français (CIF) », a vécu ? Doit-on s’attendre à une dispersion de ses forces vives ?

Les associations infirmières attenduesLe métier d’infirmier, c’est un fait, a évolué avec son temps et fait l’objet désormais de sous-spécialités qui différencient très fortement leurs missions. L’anesthésie, le bloc opératoire, la psychiatrie, l’urgence pré-hospitalière et demain les pratiques avancées génèrent des besoins très variés, en termes de formation et de développement professionnel continu. Il est donc compréhensible que leurs représentants se donnent les moyens d’agir au plus près du Ministère pour faire évoluer les référentiels et les compétences. Mais quid de l’infirmier « polyvalent » ? Aucune instance n’est-elle susceptible de le représenter ? Celui-là ne nécessite-t-il pas de voir moderniser sa formation continue ?

Les associations infirmières les plus représentatives sont, en fait des syndicats dont l’objectif premier est de défendre les droits de ces professionnels. Il est peut-être temps qu’elles se positionnent également sur le plan scientifique et fassent revivre le CNP infirmier et lui faire jouer le rôle qui lui échoit auprès des tutelles...

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus