Comme un saut dans le vide

lundi 16 novembre 2015, par Bruno Benque

Nous voici donc revenus en temps de guerre, une notion inconnue de notre génération, après la vague d’attentats perpétrés vendredi soir. Rendons hommage aujourd’hui à nos collègues de la région parisienne qui se sont démultipliés pour assurer la prise en charge des blessés. Soulignons également l’élan de solidarité des acteurs du privés qui se sont spontanément mis à disposition des secours.

JPEG - 14.9 ko

Les sujets habituellement traités dans cet édito semblent bien dérisoires devant la gravité des événements survenus vendredi soir à Paris. La sauvagerie de ces attaques terroristes et le degré de préméditation qui a permis à leurs protagonistes de les mettre en œuvre simultanément sur différents sites, nous choquent, ou nous révoltent, ou les deux. Elles semblent en tout cas nous faire entrer dans une nouvelle ère.

Résister à la panique et à la résignation

Mais comme l’ensemble des français aujourd’hui, nous sommes déterminés à rester debout et à ne pas céder à la panique ni à la résignation. « The show must go on », chantait Freddy Mercury, et cet édito est donc la première manifestation de notre résistance. Le contexte est lourd d’incertitudes quant au devenir de notre liberté d’aller et venir sur le territoire français, lourd des récits et des images dont les médias nous ont abreuvés tout au long du weekend et lourd de sens lorsque le Président de la république parle d’état d’urgence et de situation de guerre.

La guerre, une situation inconnue de notre génération

Car le Conseil interministériel qui s’est réuni quelques minutes après les premières attaques n’avait pas pour objet, comme cela est le cas dans des circonstances similaires, la lutte contre le terrorisme, mais c’était bien un Conseil de défense. Celui-là même qui a pour but de décider des stratégies à mener en temps de guerre. L’ensemble de la population active est trop jeune pour savoir ce que signifie réellement une telle situation, d’autant que ce mot semblait jusqu’à vendredi soir, à jamais banni de nos contrées. Eh bien voilà, nous y sommes, comme proches de faire un saut dans le vide, entrés de plain pied dans une bataille menée contre un ennemi impalpable et sournois, à la différence des conflits passés où l’envahisseur était bien réel.

Un exercice de simulation prémonitoire

Nous devons rendre ici un hommage appuyé aux personnels des services d’urgences de l’AP-HP et de la grande couronne parisienne qui ont su mobiliser leurs forces et les organiser, en actionnant le Plan blanc notamment, de telle sorte que l’afflux de blessés a pu être pris en charge de manière sereine – un adjectif certes inapproprié dans ce contexte, mais rassurant pour l’auteur -. L’Histoire retiendra que l’ensemble des unités d’urgences avait été convié à un exercice de simulation de catastrophe multi-sites le matin même des attentats, comme si les responsables d’un tel dispositif avaient eu une intuition, ou, ce qui est plus probable, des informations sur l’imminence d’une action terroriste d’envergure. Soulignons également la décision prise par les personnels libéraux d’annuler leur grève initiée là aussi le matin même, et de mettre à disposition des secours leurs compétences afin de répondre présent dans l’élan d’union nationale.

Des valeurs partagées

C’est la moindre des choses, me direz-vous, mais il était important pour nous de souligner l’élan de solidarité et d’empathie, qui sont l’essence même de nos métiers soignants, auquel les personnels du privé ont participé. À l’heure où le Ministère s’acharne à déconstruire, à coup d’articles législatifs, les coopérations sanitaires public-privé, cet épisode montre une nouvelle fois son étroitesse d’esprit et son aveuglement face à l’évidence…

Bruno Benque
Rédacteur en chef cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus