Rendre à l’hôpital son statut sacré

lundi 6 mai 2019, par Bruno Benque

L’intrusion de manifestants dans l’enceinte de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière du 1er mai résonne comme une action violente délibérée. Et même si les témoignages sont quelque peu discordants, nous ne pouvons que nous étonner que l’on s’en prenne à un hôpital. Le public se doit de revenir à la raison et de rendre à l’institution hospitalière sa composante sacrée.

La bêtise humaine vient donc de franchir un nouveau palier avec l’intrusion violente, le 1er mai 2019, de manifestants dans l’enceinte de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Une action violente délibérée

Quoi qu’en disent certains, cette action a bel et bien été violente car elle s’est faite par effraction de la grille d’entrée au CROUS de l’établissement, fermée à clef et sécurisée par des chaînes et un cadenas. L’entrée principale étant toujours ouverte, pourquoi avoir choisi celle-ci, si ce n’est pour casser et vandaliser un espace public ? Si les manifestants souhaitaient se mettre à l’abri, comme ils l’ont laissé entendre, des agents de la maréchaussée qui les poursuivaient, pourquoi ne pas l’avoir fait par l’entrée principale ? Tout simplement parce qu’ils ont eu la volonté délibérée de nuire.

S’attaquer à un hôpital est incompréhensible

Que des manifestants s’en prennent à des symboles de la grande fortune ou à des lieux publics, bien que cela soit tout à fait condamnable, est en cohérence avec leurs revendications ou les idéaux qu’ils poursuivent. Mais s’attaquer de la sorte à un des plus grands hôpitaux de France est tout à fait incompréhensible. Les énergumènes qui ont tenté de forcer l’entrée du Service de réanimation de la Pitié ont-ils pensé aux patients qui y sont soignés et se battent pour leur survie ? Si un de leurs parents, de leurs frères ou de leurs amis avaient été parmi ces malades, auraient-ils agi de la sorte ?

Des témoignages de soignants discordants

Les témoignages de professionnels de Santé de cette institution, qui ont été diffusés dans la presse audiovisuelle, sont toutefois quelque peu discordants. Un médecin, interviewé par BFM TV, assure que les manifestants avaient essayé de forcer l’entrée de la Réa, le personnel présent à l’intérieur essayant de contenir la porte d’entrée fermée. Il ajoute que, dans le même temps, du matériel informatique avait été dérobé au premier étage du bâtiment. Un autre témoignage, d’un médecin sortant de garde celui-là, relate des faits qui se sont déroulés sans débordements, dans une ambiance presque bon enfant ! De deux choses l’une : soit il a eu une garde très difficile et est trop fatigué pour évaluer les événements à leur juste valeur, soit il a troqué son gilet jaune ou sa combinaison noire contre une blouse blanche...

Un événement illustrant l’évolutions des mentalités

Quoi qu’il en soit, et pour ne pas ajouter à la polémique, nous trouvons scandaleux le comportement de ces manifestants. Mais il est de la même veine que les violences perpétrées par des pseudo-malades sur des médecins ou des personnels soignants. Et il illustre assez bien l’évolution de la mentalité des populations à l’égard des professionnels de Santé : ils ont trop de droits et pas assez de devoirs : le devoir de reconnaitre à sa juste valeur l’action de ces professionnels, le devoir de respecter les institutions hospitalières, le devoir de s’informer du coût de la Santé pour la collectivité, le devoir, enfin, d’avoir un minimum d’empathie pour les patients qui tentent de survivre à la maladie.

Pour toutes ces raisons, l’hôpital est selon nous, un lieu sacré qui a été profané le 1er mai 2019. Il est de notre devoir à tous de le préserver, d’informer, encore et encore, le public sur l’excellence de ses missions et de faire en sorte qu’un événement de ce type ne se reproduise pas.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

AS-espace-retraite_CGOS_300x250_MAI.gif

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus