Le projet PACTE prêt à être généralisé dans les organisations de Santé

vendredi 2 mars 2018, par Bruno Benque

La phase pilote du Programme d’Amélioration Continue pour le Travail en Équipe (PACTE) s’est terminée en 2017. Le rapport qui vient d’être publié à ce sujet montre des résultats en demi-teinte, même si des améliorations ont été identifiées dans la communication, la coopération, l’ambiance et la satisfaction au travail et qu’un outil comme le Crew Resource Management a été plébiscité par la majorité des participants.

Des études internationales ont montré que la qualité du travail en équipe impacte fortement la sécurité du patient, notamment par l’optimisation des processus de soins que leurs résultats.

Passer d’une équipe d’experts à une équipe experte

La Haute Autorité de Santé (HAS) a, en 2014, lancé un Programme d’Amélioration Continue pour le Travail en Équipe (PACTE) doit permettre aux équipes de sécuriser la prise en charge des patients. Une phase expérimentale, à laquelle ont participé 18 équipes volontaires, a été suivie d’une phase pilote, à partir de 2015, impliquant cette fois 50 équipes parmi lesquelles 48 sont allées au bout du projet. Pour la HAS, « l’enjeu est de passer d’une équipe d’experts à une équipe experte », notamment par le développement de collectifs de travail partageant valeurs, savoirs, savoir-faire et attitudes communes.

Une implication médicale réuite dans le projet PACTE

La Haute Autorité a publié, en Janvier 2018, le Rapport final de cette expérimentation. Majoritairement les équipes sont définies par rapport à un secteur dans 66 % des cas, avec des équipes pluri-professionnelles dont la taille variait de dix à plus de 120 personnes. Dans 67 % des cas, l’implication médicale a été réduite, avec, soit une absence des médecins ou une action peu importante dans le projet. Chaque équipe a été accompagnée de façon opérationnelle par un binôme référent interne, formé de professionnels cadre-médecin (68 %) ou cadre-directeur.

Des améliorations dans la communication, la coopération, l’ambiance et la satisfaction au travail

Les équipes étaient sollicitées pour choisir une problématique à traiter. Les plus représentées ont été les thématiques prescription médicamenteuse, parcours d’un service à un autre, services, urgences et imagerie, prise en charge de la personne âgée, personne fragile, fin de vie, personne non communicante, ainsi que prise en charge spécifique, maternité, chirurgie infantile, psychiatrique. Les résultats ont été considérés comme positifs pour l’amélioration de la communication, la coopération, l’ambiance et la satisfaction au travail, auxquels il faut ajouter, dans 37,5 % des cas, plus précisément pour la cible visée dans le plan d’actions comme l’amélioration de la prise en charge des personnes âgées, efficacité des parcours, meilleure gestion des urgences, etc.

Le Crew Resource Management plébiscité

Parmi les outils de mise en œuvre de cette expérimentation, le Crew Resource Management en Santé, la procédure d’amélioration de la qualité par la prise en compte du facteur humain qui a été initié pour réduire les risques dans l’aviation civile, avait été proposé. Il a été confié à une personne extérieure à l’établissement dans 54 % des cas, le plus souvent issue des SRA & réseaux qualité divers, avec une participation assez forte des Responsables Assurance Qualité (RAQ). Ce sont ainsi quelques 31 intervenants différents qui ont pratiqué le CRM Santé tout au long de ce projet, ne rencontrant pas de difficulté particulière quant à la méthode employée.

Un résultat global en demi-teinte

Le rapport final sur l’expérimentation PACTE fait néanmoins état d’un résultat global en demi-teinte, avec un constat très positif sur l’impact sur les variables intermédiaires de coopération, communication et satisfaction au travail, mais avec un impact plus contrasté sur les cibles du plan d’actions. Le CRM a été reconnu, dans ce cadre, comme un levier de changement général dans les comportements, les attitudes ou l’ambiance de travail. Il ressort de cette étude pilote la nécessité de bien former les référents de l’équipe aux facteurs humains et organisationnels, d’accompagner le changement et en particulier les comportements, et obtenir le soutien des directions d’établissements.

Il convient donc, selon les rapporteurs, de généraliser PACTE à l’horizon 2018-2019, en communicant plus clairement sur les avantages d’entrer dans la démarche et en renforçant son accompagnement et son évaluation.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article