Le développement durable dans les politiques des établissements de Santé

jeudi 21 février 2019, par Bruno Benque

Si les professionnels de Santé ne sont pas toujours concernés par le développement durable dans leurs pratiques, les établissements sanitaires et médico-sociaux sont, pour la plupart, engagés dans une démarche responsable. C’est ce qui ressort de l’Observatoire IDD Santé Durable® qui vient d’être publié et qui répertorie, pour l’année 2017, les initiatives liées au développement durable dans ces structures, notamment concernant les achats responsables, la gestion des déchets ou l’approvisionnement par la filière locale.

L’écologie n’est pas, à proprement parler, la préoccupation première des professionnels de Santé, du moins dans leur pratique quotidienne.

Évaluer le niveau de maturité &cologique des établissements

Et pourtant, ils sont tous concernés par les actions à mener dans le champ du développement durable. Ainsi, pour se rendre compte du niveau de maturité des établissement sanitaires et médico-sociaux en matière de développement durable, le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS) produit l’Indicateur de Développement Durable en Santé (IDD Santé Durable®). Il s’agit d’un outil d’autodiagnostic qui permet aux établissements d’évaluer leurs processus au regard des bonnes pratiques. Créé en 2006, il se compose en 2018 de 74 questions, dont 35 données chiffrées. Cet outil permet aux établissements sanitaires, d’autre part, de répondre au critère 1b de la certification HAS et aux établissements médico-sociaux d’intégrer eux aussi les bonnes pratiques sur le champ du développement durable.

Un observatoire comme outil de benchmarking

C2DS vient donc de publier la version 2017 de l’IDD Santé Durable®. Il recueille l’ensemble des données déclaratives collectées sur la plateforme dédiée et analyse les résultats du traitement de 210 questionnaires. Il permet en outre à chaque établissement de réaliser un benchmaking, puisque chaque établissement répondant à l’enquête dispose d’un rapport individualisé comparant ses propres résultats avec ceux des autres structures de la même catégorie. Il ressort de l’Observatoire 2018 que 94% des établissements sanitaires et 85% des établissements médico-sociaux disposent d’une stratégie en matière de développement durable ou de responsabilité sociétale, une stratégie formalisée pour, respectivement, 67 % et 45 % d’entre eux.

Achats responsables et valorisation des déchets

Mais seulement 36 % des établissements sanitaires et 43 % des établissements du médico-sociaux prennent en compte tous les enjeux du développement durable - écologique, économique ou social - dans leurs projets dédiés. C’est ainsi qu’environ 56 % des professionnels des services achats sont formés aux achats responsables et que 36 % des établissements sanitaires et 44 % des établissements médico-sociaux sont engagés dans une démarche de valorisation des déchets, de formation et de sensibilisation du personnel sur ce thème, avec en moyenne 11 filières de tri des déchets - 6 pour les établissements du secteur médico-social - mis en place.

Des alternatives aux produits chimiques

Les produits d’hygiène hospitalière sont bien entendu scrutés à la loupe dans ce document. Celui-ci objective quelques 76 % des établissements sanitaires et 61 % des établissements médico-sociaux ayant répertorié les produits d’entretien utilisés et modifié les usages de détergeants ou de désinfectants en fonction des zones à risques. Dans ce contexte, les alternatives aux produits chimiques comme le nettoyage vapeur sont utilisés ponctuellement ou de façon généralisée dans 100 % des établissements de dialyse, 80 % des établissements MCO, 50 % des établissements de psychiatrie ou 74 % des EHPAD. La qualité de l’air intérieur est aussi prise en compte dans 40 % des établissements sanitaires et 66 % des établissements médico-sociaux par la recherche de composés organiques volatils.

Économies d’énergie et filière d’approvisionnement locale

Les consommations responsables sont aussi évaluées dans ce document, qui fait ressortir une proportion de 97 % des établissements sanitaires et 85 % des médico-sociaux qui suivent leurs consommations d’eau, mais seulement 10 % des établissements sanitaires et 33 % des médico-sociaux qui produisent de l’énergie renouvelable sous forme d’énergie solaire thermique ou photovoltaïque, de géothermie ou de biomasse. Quant à l’alimentation, elle est prise en compte par les sous-traitants de 86 % des établissements du secteur sanitaire qui intègrent le développement durable dans leur prestation. D’autre part, 51 % des établissements médico-sociaux privilégient les produits biologiques - 6 % des établissements sanitaires - et 43 % des établissements sanitaires - 4 % des médico-sociaux - s’approvisionnent en produits locaux.

Si les personnels soignants ne sont pas tous, loin s’en faut, sensibilisés aux pratiques responsables en terme d’écologie, les établissements de Santé semblent, d’après cette enquête, assez impliqués par le développement durable. Et bien que cette thématique fasse l’objet de critères d’évaluation dans le cadre de la certification HAS, cette démarche est à saluer dans un contexte organisationnel et économique contraint.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus