Le Comité Stratégique de Santé Mentale et Psychiatrie a sa feuille de route

vendredi 29 juin 2018, par Bruno Benque

Le Comité Stratégique de Santé Mentale et Psychiatrie (CSSMP) a été mis en place ce 28 juin 2018 par la Ministre Agnès Buzyn qui en a présenté la feuille de route. Promotion du bien-être et prévention, soins coordonnées et compétences professionnelles, ainsi qu’inclusion sociale sont les trois axes majeurs de ce plan d’actions. Un travail qui sera évalué chaque année par la Ministre.

Pour décliner la stratégie nationale de santé du gouvernement, publiée en décembre 2017, la Ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn initié un plan national de santé publique « Priorité prévention, rester en bonne santé tout au long de sa vie » qui formalisera les actions de prévention et de promotion de la santé dans une approche populationnelle tout au long de la vie, à l’horizon 2022.

La Santé mentale, un impact sociétal et économique important

C’est dans ce cadre que le Comité Stratégique de Santé Mentale et Psychiatrie (CSSMP) a élaboré une feuille de route que la Ministre a présenté le 28 juin 2018.Trente-sept mesures y sont proposées, déclinées autour de trois grands axes d’intervention, pour porter une vision positive de la santé mentale et pour promouvoir une psychiatrie qui ne soit plus le parent pauvre de la médecine. On estime à 7,5 % le taux de jeunes français âgés de 15 à 85 ans ayant souffert de dépression au cours des 12 derniers mois et à plus de 8 900 le nombre de décès par suicide en 2015 en France Métropolitaine. Sur le plan économique, les maladies psychiatriques et les consommations de psychotropes représentent le premier poste de dépenses du régime général de l’assurance maladie par pathologie, avant les cancers et maladies cardio-vasculaires, le coût économique et social des troubles mentaux étant évalué à 109 milliards d’euros par an.

Promotion du bien être et prévention pour ouvrir la feuille de route

La feuille de route de la Santé mentale et de la psychiatrie est donc articulée autour de trois axes majeurs d’action relatifs au repérage et à la prise en charge précoces des troubles psychiques et la prévention du suicide. Le premier axe s’attachera à « Promouvoir le bien être mental, prévenir et repérer précocement la souffrance psychique et prévenir le suicide ». Pour ce faire, le plan prévoit des actions sur les compétences psycho-sociales, la souffrance psychique au travail, en ciblant prioritairement les professionnels de santé, en ville, et en établissements sanitaires et médicosociaux, ou la lutte contre la stigmatisation auprès du grand public. La formation des étudiants en Santé aux premiers secours en Santé mentale ou les usages numériques dans ce cadre sont également évoqués.

Développer l’interconnaissance des acteurs des différents secteurs

Le deuxième axe propose de « Garantir des parcours de soins coordonnés et soutenus par une offre en psychiatrie accessible, diversifiée et de qualité ». Des parcours de Santé territoriale coordonnés, les prises en charge ambulatoires et au domicile, avec notamment un recours à la télémédecine, la réduction des soins sans consentement, de l’isolement et de la contention ou le développement de la pédopsychiatrie en ville sont les actions phares de ce deuxième axe. Les compétences des professionnels seront également traitées, avec notamment le développement de l’interconnaissance des acteurs des différents secteurs, ainsi que la recherche en psychiatrie.

Enfin, ce sont les conditions de vie et l’inclusion sociale qui font l’objet du troisième axe de travail. L’accompagnement des personnes vers, et dans l’emploi, l’amélioration de l’accès et du maintien des personnes dans un logement autonome ou accompagné, ainsi que l’accompagnement médico-social des personnes ayant des troubles psychiques sévères et persistants sont les items majeurs de ce chapitre.

La Ministre interviewée par des personnes handicapées psychiques

Comme à l’accoutumée, lorsque ce type de document est élaboré, l’ensemble des déterminants pouvant améliorer la Santé mentale de nos concitoyens sont cités de façon exhaustive. Reste que cette feuille de route est ambitieuse et ne pourra pas faire l’économie de moyens financiers significatifs pour une mise en œuvre globale.

Agnès Buzyn réunira une fois par an, sous sa présidence, le CSSMP pour évaluer les travaux engagés au sein de différentes commissions, comités et institutions. Pour finir, signalons que Radio Citron, radio parisienne placée sous l’égide de l’association « L’Elan retrouvé » et animée par les personnes handicapées psychiques, a interviewé la Ministre sur ce thème à l’issue de la mise en place du CSSMP.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article