Cadres de santé

Des personnels hospitaliers toujours aussi moroses

mardi 10 avril 2018, par Bruno Benque

Le ressenti des professionnels hospitaliers quant à leur satisfaction au travail est plus pessimiste chaque année. C’est ce qui ressort du « Carnet de Santé des Français et des personnels hospitaliers » qui vient de paraître, dans lequel bon nombre d’entre eux est critique vis-à-vis du parcours de soins et des usages des solutions informatiques hospitalières.

La Mutuelle Nationale des Hospitaliers (MNH), en collaboration avec le Figaro et France info, a publié ce 9 avril 2018 son « Carnet de Santé des Français et des personnels hospitaliers », un baromètre réalisé par Odoxa.

La Santé des français et des hospitaliers scrutée par Odoxa

Cette enquête, réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés en ligne les 22 et 23 mars 2018, ainsi que d’adhérents de la MNH et des professionnels de santé interrogés par Internet du 8 au 21 mars 2018, fait partie de la suite des baromètres 360 réalisés régulièrement par l’institut de sondages. Ce sont ici 1 018 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus, et 820 adhérents MNH (569 personnels hospitaliers soignants et 251 non- soignants) qui ont répondu à cette enquête.

Des personnels soignants sujets aux maladies hivernales

Si la santé physique des Français est toujours précaire, l’hiver ayant été très rigoureux cette année et faisant les prolongations, celle des hospitaliers semblent, d’après ce sondage, plus durement touchée que le grand public (34% contre 20%). 37% des personnels soignants déclarent ainsi avoir été malades au cours des deux derniers mois, ce qui représente un taux très important. Les épidémies de grippe et de gastro-entérite sont en partie responsables de cette situation et les consultations médicales chez les généralistes ont progressé de 8 points par rapport à la période novembre-décembre-janvier. Mais leur santé physique n’est pas la seule touchée.

Une morosité ambiante croissante

Leur santé morale est, comme l’on pouvait s’y attendre, souvent mise à mal. Ils sont moins satisfaits au travail que la moyenne des Français, puisque seulement 64% d’entre eux se déclarent satisfaits, contre 36% de mécontents, un taux qui monte à 40% pour les seuls personnels soignants. Il s’agit d’un score en dessous de la moyenne nationale de 15 points. Et leur niveau d’insatisfaction se matérialise par leur soutien massif (87%) aux mouvements sociaux de ces dernières semaines contre les réformes de la fonction publique, un soutien bien supérieur à celui de la population française sondée.

Le parcours de soins inopérant pour bon nombre de professionnels de Santé

Le baromètre de la Santé s’est ensuite intéressé à leur perception de la qualité des soins en France. La tendance, sur ce point également, est nettement à la baisse sur tous les indicateurs d’image et de satisfaction, passant de 9% en mai 2015 à 24% en mars 2018. Ce phénomène est encore plus prégnant chez les personnels hospitaliers, les médecins et les directeurs d’hôpitaux. Et c’est ici le parcours de soins qui est mis en cause : plus d’un patient sur deux, les trois-quarts des personnels hospitaliers, les deux-tiers des médecins (65%), et la quasi-totalité des directeurs d’hôpitaux le jugent insatisfaisant entre le médecin référent, les spécialistes et les établissements de santé.

Les systèmes d’information encore trop peu consédérés en pratique

Interrogés ensuite sur le développement du numérique en santé les personnels hospitalier pensent que la e-santé est bénéfique pour les patients mais que le numérique ne leur fait pas gagner du temps et leur en fait même perdre quelquefois. Ils pensent par ailleurs à 47% seulement que le développement du digital permettra d’améliorer la qualité globale des soins dans notre pays. C’est sur le plan de l’observance des traitements (62%) et de l’amélioration de la coopération entre les personnels soignants (57%) que les progrès digitaux sont attendus.Les personnels hospitaliers pensent enfin, à 60%, que le digital n’améliorera par leurs compétences alors que 76% pensent le contraire.

Rendez-vous dans quelques mois pour une autre étude d’opinion sur la Santé des français et des personnels hospitaliers.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article