Assises de la psychiatrie, un moment historique pour un secteur en attente

mercredi 29 septembre 2021, par Anne Perette-Ficaja

Première en France, les Assises de la psychiatrie ont eu lieu les 27 et 28 septembre après qu’une consultation nationale a été menée auprès des professionnels de santé et du grand public en mai dernier. Psychiatres, psychologues, médecins, infirmiers, autorités, usagers, aidants… l’ensemble de la chaîne de la prise en charge était rassemblé pour dresser le constat du secteur, mener une réflexion active et apporter des perspectives d’amélioration concrètes en matière de coordination, de prévention, d’orientation… Focus sur les points saillants de deux jours d’échanges.

Régulièrement désigné comme le « parent pauvre » de la santé, la psychiatrie a enfin eu ses propres Assises fin septembre au Ministère de la santé à Paris. Deux journées d’échanges et de retours terrain pour dresser un bilan de l’existant et dégager des orientations pour l’avenir du secteur, qui doit répondre à de nouveaux enjeux et de nouvelles souffrances, parfois aggravées par la crise sanitaire.

Un secteur en désamour aux attentes immenses

Un événement inédit qui fera date et qui permettra de donner à la psychiatrie et la santé mentale la place qui leur revient. C’est ainsi qu’Olivier Véran, Ministre des solidarités et de la santé, a qualifié cette grande réunion des professionnels du secteur de la psychiatrie et de la santé mentale. Trois objectifs ont été détaillés : le partage, par tous les acteurs concernés, d’une réflexion pour optimiser la prise en charge des patients ; l’émergence de constats critiques pour formuler des propositions concrètes ; la diffusion de l’expertise concernant la santé mentale car le sujet concerne chacun d’entre nous. Sur ce dernier point, la réflexion a été partagée par de nombreux intervenants et par Brigitte Bourguignon, Ministre déléguée chargée de l’Autonomie, qui a rappelé que la thématique est un sujet majeur et qu’il est l’affaire de tous. Côté chiffres, un soutien clairement affiché de la part d’O. Véran, qui n’a pas manqué de rappeler le renforcement du budget consacré au secteur en 2020 (+70 millions d’euros) ni la hausse de 2,4 % du budget alloué en 2021 (et qui excède la trajectoire minimale du protocole de pluri-annualité sur l’évolution des ressources des établissements de santé pour 2020 à 2022), le recrutement d’ETP (psychologues, équipes mobiles de soins), le développement des premiers secours en psychiatrie (d’inspiration australienne) via la formation déjà effective de 5 000 secouristes, la poursuite du déploiement du dispositif de prévention du risque suicidaire VigilanS (dont 15 000 personnes ont déjà bénéficié), la mise en place d’un numéro national de prévention du suicide (31.14, joignable 7j/7, 24h sur 24) à compter du 1er octobre ; la parution, cette semaine, du décret de financement de la psychatrie et de la santé mentale...
Lire la suite dans www.infirmiers.com...

Anne Perette-Ficaja
Directrice des rédactions paramédicales
anne.perette-ficaja@gpsante.fr
@aperette


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus