Un dur chemin vers la légitimité

vendredi 7 avril 2017, par Sakina Abaoui

Alors que son année de formation touche bientôt à sa fin, Sakina Abaoui, étudiante en IFCS, nous fait part de ses impressions sur ce processus au terme duquel chacun d’entre nous a acquis sa légitimité. Son témoignage couvre l’ensemble du cursus, du concours au retour sur le terrain par la prise de poste.

Étudiante à l’Institut de Formation des Cadres de Santé (IFCS), qu’est-ce que c’est ? Tout d’abord, pour entrer à l’IFCS, quel parcours du combattant !…

Préparer le concours pendant vos journées de repos

Une fois les ronds de jambes faits à votre N+1, N+2., N+360…. Vous voici enfin, avec la bénédiction de vos supérieurs, pour vous inscrire au concours d’entrée de l’IFCS, concours que vous préparerez, au mieux avec une prépa, au pire (ou au mieux, à vous de voir) seul sur vos journées de repos, tout en continuant, bien sûr, d’assurer
l’ensemble de vos fonctions au sein de votre unité, évidemment ! Enfin, les résultats tombent et vous voici admis (félicitations !).

10 mois de vie d’étudiant, ponctués par THE mémoire

S’ensuit votre passage obligé à la DRH, pour faire signer votre fameux contrat d’engagement, celui la même qui vous obligera à revenir travailler trois fois le temps de vos études, et dans n’importe quelle unité, et encore si on ne vous sort pas la carte du concours sur titre à votre retour…Dring ! Dring !… Voici la rentrée à l’IFCS qui arrive. Tel un petit étudiant, vous voici équipé de stylos, trousse, cahier… Vous voici parti pour 10 mois de cours et de stages. Durant ces 10 mois, vous allez jongler avec les notions de
compétences, management, tableau financier et autres réjouissances rythmées par des évaluations, rapports, bilans de compétences et mémoire….

Le mémoire, ou plutôt THE mémoire, ce dossier de 60 a 90 pages dans lequel surtout aucune révolution ne sera apportée, bien paginé, bien justifié, en times new roman 12… Tout carré tout beau, que vous vous jurerez de ne pas faire à la dernière minute , fini la procrastination vous étiez vous juré… Mais qui bien évidemment, sera la cause de vos insomnies !!

Nuits courtes et stress permanent

L’IFCS c’est aussi les stages… Mais si les stages, rappelez-vous, cette jolie petite tenue, les ronds jambes de l’étudiant à son maitre de stage, le fameux gâteau au chocolat pour les équipes en fin de stages… Eh oui, retour vers tout ça quand on rentre à l’IFCS. C’est aussi une moyenne d’âge de 35-40 ans, donc une vie de famille souvent à gérer, une vie de femme tout simplement, et rentrer faire ses devoirs. Les nuits sont courtes et le stress omniprésent. L’IFCS est aussi le temple des kilos en trop, si votre balance n’affiche
que 4 kgs en plus, vous pourrez vous estimez heureuse…. Alleluiiiiia ! Pour ma part, me voici en mars, et mon ami le bikini me boude déjà alors que juillet est encore loin.

Retour au TAF, avec la légitimité en plus !

Le mois de juillet, mais oui, parlons-en ! Votre Diecteur de soins, qui aura pris le soin de solder vos vacances avant même votre entrée en IFCS, vous attendra de pied ferme en été… C’est bien connu, les jeunes étudiants sont corvéables…. Et si peu fatigués par une année à L’IFCS… Vous repartirez donc au travail, en juillet, peut être en aout si vous avez de la chance…. En plein été quand toutes les administrations seront en bernes, que vos hiérarchies sont au soleil, pour la prise de poste et ses plannings (ahhhh ! les plannings et le cadre !), des arrêts et autres ses tracas…

Malgré tout, vous la ferez cette année, parce que votre future légitimité passe par là.

Sakina ABAOUI
Étudiante cadre
a href=« mailto:abaoui_sakina@yahoo.fr »>abaoui_sakina@yahoo.fr


Partager cet article

Concours cadre de santé

Vous souhaitez devenir cadre de santé ? Préparez le concours avec MEDI Formation, spécialiste du e-learning pour les soignants.

En savoir plus