Journées CEFIEC 2016 : comment former aujourd’hui ?

vendredi 3 juin 2016, par Bruno Benque

La première Journée d’étude du CEFIEC a été riche d’enseignements sur le thème des nouvelles pratiques pédagogiques et de l’évolution des compétences des formateurs de personnels paramédicaux. André Zeitler, Docteur en Sciences de l’éducation, était le Grand témoin de cette session rythmée par des présentations évoquant notamment le e-learning et la simulation comme supports de formation.

Les Journées nationales d’étude du Comité d’Entente des Formations Infirmières et Cadres (CEFIEC), qui se sont tenues du 1er au 3 juin 2016, ont rassemblé quelques 500 personnes au sein du Centre de Congrès de St-Malo.

Comment former aujourd’hui ?

La première journée se proposait de traiter les nouvelles pratiques pédagogiques et l’évolution des compétences des formateurs. Le Grand témoin, André Zeitler, Docteur en sciences de l’éducation à l’UBO de Brest et habitué à enseigner auprès du personnel soignant, a donné le ton en prévenant que, lorsqu’on parle d’innovation, ce sont plus les usages que les outils qui conditionnent la réussite de nouvelles pratiques, à fortiori dans le domaine de la pédagogie. Il a ainsi mis l’accent sur la centration de ces outils pédagogiques sur l’activité pratique des apprenants et rappelé trois composantes essentielles du « comment former » aujourd’hui.

Adaptation à des situations diverses et réflexion sur les missions

Sur le champ socio-économique tout d’abord, définissant la compétence comme l’application de savoirs à travers la capacité de prise de décision, il considère que les formations doivent être centrées sur les pratiques professionnelles, sur des savoirs faire transférables et sur l’adaptation à des situations diverses qui mènent vers des compétences de second degré. Cela passe par, peut-être, une relecture des référentiels et une adaptation de celui-ci aux pratiques de terrain. Sur le plan culturel ensuite, qui amène l’apprenant à faire des choix raisonnés selon sa perception et sa compréhension des situations auxquelles il est confronté, la réflexion sur les missions à accomplir est un axe fort, selon André Zeitler, des nouveaux processus pédagogiques.

Créer les conditions d’un enseignement « émancipatoire »

Sur le plan générationnel enfin, il est revenu sur la gestion de la génération Y, qui est mûe par des considérations plus individuelles que collectives, ainsi que par une recherche de l’expérience à vivre. Les défis du formateur, dans ce contexte, sont de faire adopter les normes par l’apprenant, afin de réduire le risque qu’elles soient rejetées, et lui donner la possibilité de faire des choix. Pour faire converger ces trois défis qui se présentent aux formateurs, André Zeitler propose aux formateurs de s’approprier les référentiels en donnant aux apprenants une autonomie significative et de faire preuve d’adaptabilité et de créativité, afin de créer les conditions d’un enseignement qu’il a qualifié d’« émancipatoire ».

l’importance de l’environnement dans l’e-learning ou la simulation

Les différentes présentation qui se sont succédées ensuite ont décrit plusieurs processus de formations mettant en jeu l’e-learning, la simulation clinique pleine échelle ou l’usage du jeu dans les dispositifs d’apprentissage notamment. On a pu constater alors que le rôle du formateur se trouve désormais moins dans la transmission du savoir, puisque l’information est accessible rapidement et à tout moment sur les supports électroniques, que dans la création d’un environnement pédagogique propice à l’appropriation de ces savoirs par l’apprenant. C’est le cas pour le e-learning, qui fait appel ainsi à une équipe pluridisciplinaire comprenant des informaticiens, des techniciens et des infographistes notamment, et qui ne peut être efficace que s’il est accompagné d’un présentiel des formateurs créant ainsi une forme hybride d’environnement de formation. Mais c’est le cas également de la simulation, pour laquelle les sessions de débriefing semblent plus importantes que les situations professionnelles mises en pratiques dans ce format pédagogique.

Appropriation, réflexivité et sens à partir des erreurs

Pour clôturer la journée, André Zeitler est revenu sur la nécessaire appropriation des activités à mettre en œuvre par les apprenants afin qu’ils les transforment en développement professionnel. Le formateur doit ainsi créer les conditions de cette prise de recul sur les missions à effectuer, mais aussi emmener l’apprenant à construire du sens à partir de ses éventuelles erreurs. Et, si dans l’analyse des pratiques professionnelles, ces erreurs sont souvent sanctionnantes, il est nécessaire de le sécuriser afin de rendre ces erreurs motrices pour l’apprentissage. Sans oublier de promouvoir la réflexivité, condition essentielle de l’autoévaluation sur ses pratiques.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com


Partager cet article

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Concours cadre de santé

Vous souhaitez devenir cadre de santé ? Préparez le concours avec MEDI Formation, spécialiste du e-learning pour les soignants.

En savoir plus