Dualité de la fonction contrôle : visions civile et militaire

Le 6 octobre 2016 s’est déroulé à l’Hôpital René Sabran à Hyères une conférence relative à « la fonction de contrôle du cadre, un levier de management ». Dans une série d’interventions à la fois militaires et civiles, a été explorée la nécessité de cette fonction en Unités de Soins ainsi que les spécificités de cette fonction dans chaque organisation.

Dans le cadre de la semaine de l’encadrement organisée par les Hôpitaux de Lyon, l’hôpital René Sabran nous a proposé une journée sur le thème « La fonction de contrôle du cadre, un levier de management ». Nous avons pu assister, au sein des locaux de l’hôpital San Salvadour, à l’intervention de différents professionnels de santé autour de ce sujet.

Contrôle en unité de soins : Pourquoi ?

Nous nous sommes centrés sur : « La réalité de la fonction contrôle en unité de soins ». Au cours de la première intervention du Centre Hospitalier d’Hyères représenté par Madame Souque (cadre supérieure de santé) et Madame Fontaine (cadre de santé), la question du « Pourquoi contrôler ? » est soulevée. En tant que garant de la continuité et de la sécurité des soins, il est de la responsabilité du cadre de santé de répondre aux besoins et aux exigences par le biais de la fonction contrôle. Selon Madame Souque, « ...la fonction de contrôle est un levier pour améliorer les pratiques professionnelles et pour répondre aux exigences de la certification. » Pour y parvenir, la mise en place d’outils comme les tableaux de bord, procédures, fiches de tâches, etc., est nécessaire. Cependant, cette fonction est difficile à assurer car elle accroit la complexité de nos organisations (mission transversale, cumul des fonctions, traçabilité, …)

Et dans l’armée, alors...?

On retrouve des propos similaires dans l’intervention de Mme Coriolan et Mme Scheidhauer, exerçant à l’Hôpital Inter Armée (HIA) de Sainte Anne à Toulon.
En effet, la fonction contrôle peut entrainer un sentiment de perte d’autonomie et de dévalorisation des agents. Il est à noter qu’à l’HIA, cette fonction est plus facilement acceptée au sein de l’armée du fait des valeurs militaires et du collectif tourné vers des objectifs communs : l’engagement et le sens du drapeau. Il a été rappelé que l’enseignement et la formation sont communes aux soignants civils et que les services de santé de l’armée ont les mêmes obligations légales que le service public. Mme Coriolan et Mme Scheidhauer soulignent toutefois que la fonction de contrôle crée une dynamique et qu’un commandement clairement établi améliore la relation de confiance. Le retour d’information peut, dans un second temps, valoriser les équipes. Ainsi, la maitrise de cette démarche très complexe, nécessaire et incontournable, est un véritable levier de performance pour le cadre et ses équipes.

Changer de vocabulaire pour éviter les connotations négatives ?

Malgré les freins et les difficultés que peut engendrer la connotation négative du mot « contrôle », l’accompagnement des équipes peut permettre de faire changer les mentalités d’améliorer les pratiques professionnelles. Si, pour Lénine, « la confiance n’exclut pas le contrôle », ce dernier fait partie du rôle incontournable du cadre qui doit le dédramatiser pour le positiver. Comme l’ont demandé Mme Coriolan et Mme Scheidhauer, serait-il possible d’utiliser, à la place du mot « contrôle », le mot « maitrise au travail » afin de conserver la notion de plaisir au travail ?

BELLE-MONTAGARD Cécile
CANTARERO Manuela
CHALLIER Marine
DELANNOY- BOYER Marion
DOS SANTOS- RAMBIER Brigitte

Étudiantes cadre de santé
IFCS Marseille


Partager cet article

Concours cadre de santé

Vous souhaitez devenir cadre de santé ? Préparez le concours avec MEDI Formation, spécialiste du e-learning pour les soignants.

En savoir plus