Se détendre à l’hôpital pour mieux travailler

Lors du colloque Energie Soins qui s’est déroulé le 19 octobre 2017, l’équipe du service du Professeur Astoul a présenté son projet visant à promouvoir la qualité de vie au travail après l’identification des maux de l’équipe soignante. Il ne faut pas oublier que prendre soin des autres, c’est prendre soin de soi.

Le thème du bien-être au travail a été abordé, lors du colloque Energie Soins qui s’est déroulé dans l’amphithéâtre de l’hôpital de la Timone de l’AP-HM, par l’équipe du service d’oncologie thoracique, maladie de la plèvre, pneumologie interventionnelle du Professeur Astoul situé à l’hôpital Nord.

Promouvoir la qualité de vie au travail

D’après la Haute Autorité de Santé (HAS), « La qualité de vie au travail a comme objectif de concilier les modalités de l’amélioration des conditions de travail et de vie pour les professionnels et la performance collective de l’entreprise. Elle fait valoir que la perception qu’ont les professionnels de la qualité de vie au travail dépend de leur capacité à s’exprimer et à agir sur le contenu de leur travail. Elle met en avant le rôle du personnel et de leurs représentants en tant qu’acteurs de la construction des solutions proposées, notamment organisationnelles, aux côtés des directions, du management et des experts ».

L’identification des maux

Dans le service du professeur Astoul, il y a 24 lits dont 3 dédiés aux soins palliatifs, validés par l’ARS. Un grand nombre de décès y est constaté. La prise en charge de patients en soins palliatifs, ainsi que leurs familles, entraîne une charge de travail lourde pour l’équipe, ainsi qu’une surcharge émotionnelle lors de l’aggravation de l’état de santé des patients jusqu’à leur décès. Pour améliorer les conditions de travail de l’équipe et baisser cette surcharge émotionnelle, un projet a été élaboré par la cadre de santé du service, jeune diplômée. Un état des lieux a été fait en amont, basé sur le ressenti du personnel, puis à l’aide l’élaboration d’un SWOT (forces / faiblesses, opportunités / menaces du service). La moyenne d’âge des soignants étant de 20 à 40 ans, la conciliation vie privé-vie professionnel a été évaluée comme difficile.

Prendre soin des autres, c’est prendre soin de soi

Le but de ce projet est de proposer à l’équipe soignante de se détendre en participant à diverses activités entre 12 et 14 heures. L’équipe de l’espace Oasis ainsi que des bénévoles proposent au personnel des activités comme la RESQ (Résonance énergétique par stimulation cutanée), la sophrologie, le toucher détente ou la réflexologie plantaire. Cela va permettre d’améliorer la qualité de vie au travail du personnel. Le professeur Astoul, favorable au projet, a mis à disposition son bureau dans ce cadre. Le fait de prendre soin des équipes va ainsi permettre un apaisement des tensions, ce qui va se répercuter directement sur la qualité de la prise en charge des patients qui n’en sera que meilleure.

L’évaluation de ce projet montre une nette diminution du stress et de la fatigue après la séance.

Sylvie Odde-Zonca, Philippe Payrou, Nathalie Phily, Audrey Tesseraud-Mosnier
Étudiants IFCS Marseille


Partager cet article