Publicité
Publicité

L’écriture

mardi 6 janvier 2004, par Gérard Gosset

« L’écriture est la peinture de la voix » Voltaire

Vous avez sollicité une formation afin d’acquérir de nouvelles compétences pour concourir à de nouvelles fonctions... Félicitations, vous avez fait le bon choix !

Cependant, il n’est point de diplôme sans formation, et il n’est point de formation sans travaux écrits. Voilà l’heure de la réflexion avant l’écriture. Cette question lancinante va vous tarauder tout au long de votre cursus formatif. Je ne peux m’empêcher de vous l’avouer, c’est mon cas au moment où je rédige cet article. Alors, affûtons nos crayons et allons-y...!

L’acte préalable passe inévitablement par la lecture. Il s’agit entre autre chose d’emmagasiner des données essentielles. Ces lectures vous permettront d’acquérir un style, des formules syntaxiques, de poser vos idées dans un style correct. Ce sera également un bon moyen de découvrir et d’acquérir de nouvelles connaissances. Cette séquence peut vous apparaître longue et fastidieuse mais nécessaire pour la réussite de vos travaux. Courage, patience et ténacité sont les maîtres mots de cette étape.

Ecrire, c’est l’occasion de partager avec vos lecteurs une idée, un concept, un dogme. C’est également l’investissement ou le réinvestisseent des connaissances. Aussi, le rédacteur devra s’efforcer d’être clair et suffisamment explicite dans l’énoncé et l’exposé de sa pensée. Plus votre texte sera fluide et organisé, plus vous serez compris. Il s’agit d’avoir une idée à décliner. Une idée est un sujet. Le sujet nécessite un verbe. Le verbe demande un complément. Et c’est tout !

Exemple : « vouloir exprimer sa pensée sur le temps qu’il fait ce jour ».

- Le soleil brille aujourd’hui.

Le soleil (sujet) brille (verbe) aujourd’hui (complément)

Cette formule ne doit pas quitter votre pensée. Vous pourrez l’agrémenter d’adjectif(s) et d’adverbe(s), mais point trop n’en faut.

L’utilisation de sigles et de codes ne m’apparaît pas de bonne augure. La langue française est suffisamment riche pour s’en servir à bon escient.

La clarté d’un écrit est primordiale. Il s’agit de donner envie à vos lecteurs de lire ce que vous avez rédigé. De fait, il est toujours plus aisé de lire un document riche en paragraphes. Une consigne stricte : aérez votre travail et offrez le pour la lecture. Il n’est rien de plus désagréable pour le lecteur d’être contraint à une lecture forcée.

Les citations sont les bienvenues. Elles appuieront et argumenteront vos démonstrations littéraires. Utilisez les guillemets et un renvoi de bas de page. Dans ce renvoi, il convient de préciser l’auteur de l’oeuvre, la maison d’édition, le lieu et l’année de la publication, le numéro de page. Exemple : Bourdieu Pierre, Le métier de sociologue, Mouton, Paris, 1971, numéro de page de l’extrait.

Pour conclure ces quelques lignes, il convient de corriger vos fautes d’orthographes. Relisez vous et surtout si vous le pouvez, faîtes vous relire par un collègue, un ami, une personne qui vous veut du bien en somme ! Vous découvrirez avec stupéfaction l’énormité de vos fautes grammaticales, d’orthographes et de tout ordre...

Il est temps à présent de vous laisser travailler car pour ma part, j’en ai fini. Je vous adresse mes plus vifs encouragements pour vos futurs écrits...


Partager cet article

Publicité

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Concours cadre de santé

Vous souhaitez devenir cadre de santé ? Préparez le concours avec MEDI Formation, spécialiste du e-learning pour les soignants.

En savoir plus

Publicité