L’IFCS aussi efficace qu’une machine à laver.

jeudi 4 janvier 2007, par Marie-Hélène Chirat

L'IFCS un temps de formation avec des cycles

La formation des cadres de santé se découpe en périodes de durée variable, comparables aux différents temps du lave-linge : pour nombre d'entre eux, les étudiants sont soumis à cinq semaines de pré-lavage (l'année préparatoire au concours d'entrée). Après la réussite au concours d'entrée commence alors les dix mois de formation à l'IFCS : trois mois de remplissage (septembre - novembre), trois mois de lavage (décembre - février), trois mois d'essorage (mars - mai). Le mois de juin est réservé au séchage, condition indispensable pour entamer la période de repassage qui débutera au mois de juillet et sera plus ou moins longue suivant les établissements. L'année de formation à l'IFCS est très dense. La rédaction du mémoire est une source de stress et d'angoisse pour la plupart des étudiants. On ne s'engage pas dans cette formation sans y avoir réfléchi sérieusement, c'est certain.
Mais force est de constater que malgré toute la préparation que l'on peut faire et les conseils que nos prédécesseurs peuvent nous prodiguer, nous nous retrouvons vite pris dans un tourbillon, une charge de travail personnelle importante.
Arrivés en milieu de formation, nous entendons les étudiants dire : « je suis rincé », « je suis lessivé », « je suis noyé ». On comprend mieux.... De là, notre idée de faire profiter les futurs étudiants cadres de santé, de notre expérience récente en leur donnant un incontestable repère : un lave-linge.

1. Le pré- lavage

Certains étudiants ont pu bénéficier de l'année préparatoire au concours d'entrée à l'IFCS. Cette première prise de contact avec l'institut de formation permet de s'imprégner tout doucement de ce qui sera demandé pendant l'année de formation aux étudiants.
Elle permet de se retrouver seul face à sa première page blanche et de réaliser des lectures professionnelles utilisables pour le concours, puisque l'objectif de cette année préparatoire reste la réussite au concours de sélection.
Tout le monde sait qu' après un pré- lavage le lavage est beaucoup moins difficile, le linge est d'autant plus assoupli que les formateurs ont pris soin d'ajouter un anti- calcaire au programme et que la direction de l'IFCS a fait installer un adoucisseur d'eau pour que le lavage soit moins rêche. Pour les étudiants n'ayant pu bénéficié de cette année préparatoire le cycle commencera donc avec le remplissage de la machine.

2. Le remplissage

Les trois premiers mois de la formation permettent d'accumuler et d'assimiler les premiers enseignements de management et d'aborder les premiers concepts liés à la fonction de cadre de santé (et de manager ?). Les premières confrontations avec l'enseignement universitaire pour les étudiants inscrits en licence ou master commencent.
Trois mois riches, ponctués d'un premier stage en entreprise permettant à la boite à outil du cadre de commencer à se remplir.
Mais surtout la première grande interrogation liée au mémoire : quel sujet choisir ? quel thème ? sous quel angle ? Un choix décisif qui va influer sur les mois de travail à venir. Car le mémoire, on vit avec durant plusieurs mois. Et finalement, cette première période se termine par les premières évaluations écrites, orales, de groupe ou individuelles.
La besace de l'étudiant est alors bien remplie, son sujet de mémoire est défini, il a réfléchi, lu, écrit, chercher. Il va pouvoir brasser tout cela car commence dès lors la longue période de lavage.

3. Le lavage

Cette période qui couvre les mois de décembre à février voit arriver les premières fatigues, les premières vraies angoisses des étudiants.
Le module 4 aborde la fonction d'encadrement, c'est un module qui modifie les représentations de l'étudiant sur sa conception de la fonction de cadre de santé. Il réalise son stage dans un établissement de soins et confronte ses propres représentations à celles du cadre de santé qui l'accueille en stage.
Mais, c'est surtout durant cette période que l'étudiant va rencontrer pour la première fois son directeur de mémoire. Son (sa) directeur(trice) de mémoire, la personne qui dans les semaines à venir va être (au centre de son travail ?). Premier contact donc, premiers échanges, premiers axes de recherches fixés par le directeur.
Ce qui va engendrer un grand lavage (remise en question) des lectures et recherches réalisées jusque là. Première remise en questionnement du sujet de mémoire mais plus encore de l'angle par lequel le sujet va être abordé.
, Un grand stress, « tout ce que j'ai lu jusque là ne sera peut-être pas utile à la rédaction de mon mémoire !! », « il m'a donné toute une bibliographie intéressante voire importante à lire pour dans deux semaines !! », « il faut que je cherche dans un axe que je n'avais pas du tout envisagé !! » « je ne comprends pas ce qu'il veut que je fasse !! », voilà ce qu'on peut dès lors, entendre dans les couloirs de l'IFCS. Fin février, le grand lavage est fini, les recherches avancent, le directeur de mémoire a pu être rencontré déjà deux ou trois fois. Et alors que nous sommes fin février, l'angoisse est toujours là, elle a juste changé de terrain : « je n'ai pas écrit une ligne !! », « je ne sais pas par quoi commencer !! », « je suis bloqué à chaque fois que je me mets devant mon ordinateur !! », « je suis nul en français, en orthographe !! ».
Cette période engendre la plus grande difficulté, la plus grande remise en question, et c'est celle là qu'il faut absolument passer sans perdre trop de temps pour vraiment attaquer l'écriture du mémoire et profiter au maximum du temps de formation.
C'est de cette période que les étudiants sortent complètement lessivés. Et début mars va commencer la période d'essorage.

4. L'essorage

L'essorage est la période qui couvre de mars à mai inclus. Durant les mois précédents les connaissances se sont accumulées, les lectures se sont multiplées. L'enquête principale pour le mémoire a été réalisée au prix d'une charge de travail supplémentaire, en effet elle s'est fait en plus des cours à l'IFCS, des stages et autres évaluations. Les matériaux sont donc tous là mais en vrac, sur le bureau. Le directeur de mémoire a laissé une consigne : il faut écrire !! Mais écrire comment ? quoi ?
L'étudiant est chez lui seul face à sa page blanche, il a déjà vécu ce moment l'année dernière au concours d'entrée. Mais là, il faut écrire plus qu'une copie d'examen, bien plus.
Il faut un plan, il faut faire la synthèse des connaissances acquises au cours des recherches et surtout analyser les résultats de l'enquête principale.
Alors quelques questions vont se poser à l'étudiant : comment analyser les résultats de l'enquête ? sous quelle forme présenter ces résultats ? jusqu'où aller dans l'analyse ? comment rester pertinent en évitant si possible de rester trop superficiel ? La date de rendu du mémoire approche et rien n'est fini, la première partie est à compléter, la partie d'analyse n'aboutie à rien de très concluant et le réinvestissement semble difficilement envisagé et envisageable dans l'état actuel de l'avancée du travail.
Le mémoire est à rendre dans trois semaines, quinze jours. Une seule solution : prendre sur le temps de sommeil et manger devant l'ordinateur.
Appel au directeur de mémoire : « je suis coincé ! », « je ne sais plus ce que je dois faire ! », prendre sa voiture et filer le voir (deux heures de route !!!) L'essorage se finit sur les chapeaux de roue, le cerveau est en ébullition, les informations et autres connaissances ont été mélangées, malaxées dans tous les sens, à 1500 tours/ minutes pour le moins.
Car, il ne faut pas oublier que durant cette même période, les évaluations écrites et orales ont lieu et qu'il faut valider les modules 2 et 5, à savoir santé publique et pédagogie.
Cette période voit sortir les étudiants chancelants, ivres d'avoir trop tournés comme à la descente d'un manége, en un mot sonnés comme un boxeur. Dès lors on peut dire qu'ils sont rincés, trempés et qu'il va donc falloir une période de séchage.

5. Le séchage

Cette période du mois juin est propice au séchage, en effet les beaux jours sont arrivés, le soleil brille. Il ne reste aux étudiants qu'à préparer leur soutenance de mémoire.
Un mois encore et la formation est terminée, un mois pour se préparer au grand oral et surtout se préparer à recevoir son diplôme.
Ce mois de juin commence d'abord par une période de décompression et de soulagement. En effet, le mémoire a été terminé à temps, rendu, validé par le directeur de mémoire. De plus, les évaluations sont terminées, les modules sont validés. Mais apparaît alors dans l'esprit de l'étudiant cadre de santé une autre préoccupation, celle de son retour dans son établissement et son affectation. Place au module 6, de réinvestissement et d'approfondissement professionnel et à la préparation à la prise de poste.
Les quelques jours de relâche sont terminés car d'autres sujets de questionnement occupent l'esprit : « quelle va être mon affectation ? », « qu'attend le directeur de soins ? », « comment vais-je aborder mes premiers jours dans le service ? ».
Mais, et c'est là le plus important, le 30 juin va voir se concrétiser par un diplôme une année intense, riche, intéressante, indispensable.

6. Le repassage

Cette période de repassage est à la charge, non plus de l'IFCS, mais de l'étudiant et de son établissement. Cette période sera plus ou moins longue selon les circonstances et les situations forcément « particulières ».
Elle permet à l'étudiant de prendre du recul par rapport à son année de formation et de faire le point sur tout ce qu'il a appris, acquis, développé durant ces dix mois. Les étudiants profitent de cette période pour repasser en revue leur dix derniers mois. Exactement comme cela se passe pour le programme d'un lave-linge, une temporalité immuable, d'une année sur l'autre, touche les étudiants cadre de santé.
Cela dit, Les périodes se suivent mais ne se ressemblent pas - le linge qui en sort n'est fort heureusement pas toujours le même !-. Ces périodes semblent pour autant indispensables et s'articulent les unes aux autres pour une formation utile et constructive des futurs cadres de santé. Chacune d'elle permet de développer des compétences et aptitudes différentes, toutes indispensables aux cadres de santé dans ses fonctions au quotidien qu'ils soient « cadre formateur » ou « cadre de proximité ». Souhaitons que ce « calendrier » puisse aider quelques futurs étudiants cadres de santé à aborder leur année de formation avec confiance et l'assurance que tout le monde soit passé par là, et que tout le monde s'en soit sorti : lavé, essoré, séché. Parfois avec (un peu) moins de couleurs, parfois, au contraire, les couleurs vivifiées. Parfois aussi les couleurs se mélangent...
Mais, enfin, généralement on se félicite de sa lessive...

PDF - 40.2 ko
le document au format pdf
cliquez pour imprimer

Partager cet article

Concours cadre de santé

Vous souhaitez devenir cadre de santé ? Préparez le concours avec MEDI Formation, spécialiste du e-learning pour les soignants.

En savoir plus