Aller au contenu


L'humain en devenir.


13 réponses à ce sujet

#1 Mercure

  • Membres
  • 489 messages

Posté 01 juin 2004 - 05:27

Pour les étudiants , les diplômés qui souhaiteraient élargir leur horizon en terme de concepts de soins , je vous conseille le livre de Rosemarie Rizzo Parse: à mon avis, une théorie qui va se propager à vitesse grand V. http://universite.deboeck.com/imprimable/i...=28011100167040

#2 [Invité]Fred_*

  • Guests

Posté 02 juin 2004 - 08:16

Intéressant au prime abord...qui d'autre connait ? Qu'en pensez-vous ?

#3 Mercure

  • Membres
  • 489 messages

Posté 04 juin 2004 - 11:11

Je souhaite vous donner en vrac quelques éléments complémentaires et ce, en respectant le plus possible les données reçues lors d'une journée de formation par un expert de cette théorie:

Les mots clés de concept sont simples et sont l'écoute, être présent, tenter de comprendre, chercher avec la personne des possibles à partir de ce qu'elle dit ou ne dit pas.

Le dialogue est une composante essentielle: Comment la personne voit sa qualité de vie. Qualité de vie qui change donc sa qualité de vie actuelle.

Dans cette théorie, l'être humain est indivisible, imprévisible et toujours changeant

Tout est visible mais nous nous aveuglons de par nos connaissances diverses d'où la nécessité de partager entre tous (multidisciplinarité)

Cette théorie se place dans un paradigme de transformation: être avec, offrir une présence vraie et écoouter ce que la personne veut.

Elle se distingue du paradigme de catégorisation: faire pour, division des tâches, regain actuel à cause des démarches qualité, infirmières pressées, elles savent à la place du bénéficiaire de soins.(Henderson)

Se distingue aussi du paradigme d'intégration: faire avec, (Orem, Roy), homéostase, adaptation à un milieu, fair plus avec le contexte, avec le groupe, avec la famille.

Dans une même journée, utilisation de plusieurs de ces paradigmes.

Parse, c'est aussi:

l'utilisation du gérondif dans le bouquin de Parse exprime un mouvement, une action en train de se faire, comme en anglais..imaging, powering...

L'être humain structure le sens de ses expériences de manière multidimentionnelle, en mettant en images, en ayant des valeurs, en mettant en langage.

Il cocrée des relations de façon rythmique, en révélant, en dissimulant, en habilitant, en associant, en imitant, en limitant.

Il cotranscende des possibles en générant, en transformant

Selon Parse, la qualité de vie ne peut être quantifiée: de moment en moment, changement de perspectives.

L'expérience vécue incarne la qualité de vie.

Ne plus éduquer les patients selon Parse, vouloir absolument les former au médical. Répondre aux besoins aux préoccupations.

Rapporter les souhaits des personnes en documentant.

L'infirmière va éclairer le sens, synchroniser les rythmes, mobiliser les possibles, accorder de la valeur aux personnes, aller vers le nouveau, connaitre des cadres de référence, écouter vraiment,en respectant les choix, en documentant, ....

L'impératif moral des soins infirmiers: connaître la personne

Voilà....pour ceux que celà intéresse, il y a le bouquin!!!

Mon impression, c'est de retrouver dans ce concept des valeur de base qu'on a oublié dans les soins, cà dépoussière pas mal

#4 Lucile

  • Membres
  • 3 713 messages

Posté 04 juin 2004 - 11:54

Bigrement intéressant, ce sujet ! Je vais tâcher de me procurer le bouquin...
Lucile
Cadre de santé
Qualité-gestion des risques

A force de sacrifier l’essentiel à l’urgent, on oublie l’urgence de l’essentiel
Edgar Morin

#5 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 04 juin 2004 - 05:41

Je ne suis pas vraiment d'accord lorsque tu dis que les valeurs de base sont oubliées dans les soins, Mercure...

Qu'il ne faut plus infantiliser l'individu et lui redonner la conduite de sa santé... cela est évident. Vouloir savoir ce que le médecin écrit sur "sa santé", sur son corps... c'était une gageure avant la loi du 04 mars 2002. L'infirmière est très limitée dans sa possibilité d'information.
Le savoir est un pouvoir... ça protège "celui qui sait" des critiques, des questions qui dérangent, des exigences de celui qui connaissant pourrait attendre un résultat défini, quelqu'il soit,... des comptes à rendre...
Les jeunes adultes ont plus de connaissances en mathématiques par exemple que sur leur propre corps...

Je ne crois pas que cela se trouve dans le camp infirmier de façon aussi stigmatisé.

Quand à la prolongation de la durée de vie... quelle importance s'il n'y a pas de qualité... Ce type de "course" contre la mort est bien plus une attitude médicale qu'infirmière.

En résumé, ce livre aura eu le mérite de faire évoluer les concepts de la personne prise en charge comme un sujet de soins et non plus comme un objet de soins... Enfin, on va peut-être nous reconnaître responsable de notre santé, de notre vie et de notre avenir, comme tout un chacun l'est déjà devant la loi...

Voilà, je débattais sur le sujet... mais il est déjà en bonne place pour la commande future de la biblio :wink: Merci Mercure :D
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#6 Pascal

  • Membres
  • 24 301 messages

Posté 04 juin 2004 - 07:37

Le conseiller en santé que je suis ne peut que souscrire à ces idées et ces concepts, qui avouons-le, n'ont rien de révolutionnaires!

Mais comme tu dis si bien Mercure, cet ouvrage a au moins le mérite de les remettre au goût du jour:

Citation

retrouver dans ce concept des valeur de base qu'on a oublié dans les soins, cà dépoussière pas mal
:wink:
Pascal Becker
Cadre Supérieur de Santé
IFSI Lionnois (54)

#7 Mercure

  • Membres
  • 489 messages

Posté 07 novembre 2007 - 08:50

Compte-rendu très très succinct.

Bonsoir, le 3 Octobre dernier, des soignants qui s'intéressent comme moi à la théorie de l'humain en devenir ont eu la chance de participer à un colloque en présence de Rosemarie Rizzo Parse à Fribourg et Genève. Des équipes soignantes de santé publique, des soins palliatifs ou des soins à l'enfant ont également partagé leur expérience qui s'appuient sur cette nouvelle théorie de soins.

Mme Parse a étonné les participants car elle a utilisé le lieu historique "Checkpoint Charlie" à Berlin pour dégager les multiples processus de changement que l'on trouve en toute vie de communauté.
Les allemands de L'Est qui voulaient fuir ont inventé mille et une manières de s'évader pour passer à l'Ouest. Mme Parse, en visitant le Musée qui retrace ces événements les décrit: évasions par terre, par mer, par air...

Utiliser ces gérondifs pour penser nos soins et penser nos relations aux patients:

par terre:

en creusant (enterrer, déterrer des idées)
en conduisant(aller droit au but, forger franchement des idées)
en grimpant l'échelle(monter et dépasser, planifier et exécuter des stratégies, partir dans toutes les directions)

per mer:

en faisant du bateau, en tenant le gouvernail (exploiter les moments de flottement, de calme cependant toujours avec ambiguité, turbulence des changements de vagues)
en nageant( glisser avec différents courants, n'être pas sûr de rester à flot)
en sous-marin(passer en dessous, faire face à des pressions inconnues, s'engager profondément dans des situations qui se modifient)

par air:

en ballon(dériver de manière vigilante, observer avec prudence les hauts et les bas)
en prenant l'avion( se propulser avec persistance dans la pesanteur des vents s'entremêlant et en restant rivé dans les situations graves, en réalisant qq chose de valeur avec risque)
en s'élevant dans les airs(en poursuivant des rytmes onduleux, bond audacieux au delà)

L'ancienne conception des soins infirmiers serait que les infirmières sont témoins actifs alors que la communauté bouge, nage....

La nouvelle conception selon la théorie de l'humain en devenir est que les infirmières sont avec en considérant, en bougeant (voir ci-dessus), en initiant des projets, en ancrant, en renoncant à des aspects tout en en créant d'autres, en réfléchissant, en donnant forme....

Cette théorie semble hermétique mais malgré les déceptions et les découragements, il est possible de l'utiliser dans les soins. Les témoignages des collègues infirmiers étaient très parlant.

Bonne nuit
Mercure.

#8 [Invité]angee_*

  • Guests

Posté 08 novembre 2007 - 05:56

J'avais déjà lu ce sujet avec intérêt il y a de cela deux ans. Mais je n'ai pas acheté le livre et je ne suis pas sûre de toujours bien comprendre de quoi il s'agit.
Je pensais, en passant comme ça, que ton avatar devait changer!!

#9 Mercure

  • Membres
  • 489 messages

Posté 08 novembre 2007 - 06:30

Salut angee, une phrase m'a aidé durant ce colloque: "Passer du familier au non familier", passer d'une situation de soins connue, familière avec des actions infirmières stéréotypées et plutôt bouger vers le non familier et tenter de découvrir de nouveaux horizons(poser des questions systémiques, faire preuve de curiosité, de créativité, toujours en respectant la perspective de l'autre. Les pratiques professionnelles font que les patients doivent se conformer (impossible avec l'humain en devenir). Souvent, on adopte déjà ce type d'attitudes en essayant de trouver des possibles dans des situations psychiatriques, sociales,éthiques. Pour l'avatar...je cherche. :biggrin:
Mercure.

#10 Mercure

  • Membres
  • 489 messages

Posté 08 novembre 2007 - 06:35

Le lien en Suisse:
Mercure.

#11 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 08 novembre 2007 - 07:36

J'ai juste du mal à voir la nouveauté de ce concept... en quoi est-il nouveau ?
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#12 Mercure

  • Membres
  • 489 messages

Posté 09 novembre 2007 - 12:39

.
Mercure.

#13 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 09 novembre 2007 - 05:20

Nous avons conscience que l'on se débat depuis des années avec des concepts vieux de plus de 70 ans... qui nous viennent de territoires outre atlantique qui ne l'utilisent même pas... eux ! Datant de l'époque où la médecine était paternaliste ou n'était pas... mais nos pratiques infirmières envisagent cette façon d'aborder le patient depuis très longtemps...

Nous n'avons pas théorisé notre pratique française... parce que nous ne savons pas encore le faire (l'accès à l'université et son univers conceptuel peu répandu encore chez nous mais en bonne progression)... ça n'empêche pas que nous évoluons dans nos pratiques... et donc, rien de nouveau pour moi.

La santé communautaire est sur ce principe, le projet de soins infirmiers réactualisé en 2001 est sur ce principe... bref ! Penser que seul le professionnel détient le devenir du patient est une hérésie.. c'est oublier la problématique de la compliance. On a jamais pu soigner quelqu'un malgré lui, sauf s'il est dans le coma ou s'il es dans l'incapacité intellectuelle de prendre une décision...

La nouveauté serait de se débarrasser de Henderson dans les IFSI... là, je suis preneuse.... !
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#14 Mercure

  • Membres
  • 489 messages

Posté 02 janvier 2008 - 05:49

Site Prism:

Une expérience d'offre en services de santé communautaire en s'appuyant sur la théorie de Parse. (William Cody, Université de Charlotte, Caroline Nord)
Bonne année.
Mercure.

Concours cadre de santé

Vous souhaitez devenir cadre de santé ? Retrouvez toute l'info utile et nos conseils pour bien vous préparer aux concours.

Préparez le concours

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...
Découvrir les formations




Répondre à ce sujet