Aller au contenu


Une pratique pédagogique que je vous soumets: la méthode d'abstraction

pedagogie methode ifsi formation ifas enseignement transmission apprentissages implicites apprentissages explicites

Aucune réponse à ce sujet

Sondage : Une pratique pédagogique que je vous soumets: la méthode d'abstraction (0 membre(s) ont voté)

Cette pratique vous parait elle utile?

  1. oui (0 votes [0.00%])

    Pourcentage des votes : 0.00%

  2. non (0 votes [0.00%])

    Pourcentage des votes : 0.00%

  3. doit être amélioré (0 votes [0.00%])

    Pourcentage des votes : 0.00%

Vote Les invités ne peuvent pas voter

#1 Thierry Durbec

  • Membres
  • 12 messages

Posté 27 février 2014 - 02:08

Bonjour -- Cet article est la suite d'une série consultable sur www.imaginor.org, Pourrais-je avoir des avis constructifs-- Merci-
Je suis infirmer depuis 1990 formateur je postule pour être formateur en IFSI, IFAS, BTS Formation professionnelle et continue.
******


Choix entre les concepts contexte et abstraction ou complémentarité
La méthode s'appuie sur des concepts philosophiques, notamment le concept concret/abstrait. Abstraire c'est tirer de et con-cresco c'est croitre ensemble par agglomérats. Les caractères de la chose ou par extension de l'activité n'existent pas en tant que telle, la chose existe par, l'activité existe dans. Le concret est la chose même en tant que totalités complexe de caractères, qui chacun à part est abstrait.
Ici on doit souligner que l'on a accès aux choses d'abord par leurs caractères abstraits qui comparés nous permettent d'entrevoir la réalité "sommative" des choses.
En utilisant la bissociation de Koestler , on peut conjecturer que les activités n'existent que par leurs éléments distinctintifs qui peuvent être décomposés, en précisant que certains courant philosophiques ( Palo Alto MRI) ont insisté sur le fait le système est plus grand que la somme de ces différentes parties, de même que les activités et que les choses.
Cette situation conceptuelle nous incite à savoir pourquoi l'utilisation du critère d'abstraction est utile par rapport au critère de conceptualisation ou plutôt qu'il lui succède.
Si nous considérons une activité de soin, une pratique soignante , la considérer dans un contexte est tout à fait spontané, pour l'analyse des pratiques soignantes , elle doit être ensuite accompagnée d'un étape plus efficiente.
Dans ma pratique d'accompagnement des futurs ou actuels professionnels, si vous leur demandez d'expliquer le soin, ils ne vont pas a priori faire référence aux concepts des trois plans, cependant la question que vous allez poser pour qu'il explicite leur activité est essentielle. En utilisant une question "neutre" ouverte comme : pouvez-vous expliciter votre pratique, ils vont faire référence majoritairement à l'acte puis expliquer éventuellement le contexte. Les "formés" répondent souvent : cet acte est fait ainsi, car( plan pratique), je fais cela pour (plan réflexif), dans le cadre de(réflexif-épistémologique), ou ce patient présente (pratique-réflexif)...
Il découle un continuum , un flux dans les trois plans qui permettent de se situer, il nous est arrivé de constater dans une même phrase une remarque qui faisait référence au plan pratique-épistémologique... Cet outil didactique permet aussi de préciser l'environnement pédagogique et les données psychologiques.
Mais l'intérêt supplémentaire réside non seulement dans l'amélioration pédagogique de cette pratique, mais vu ces racines dans la philosophie constructiviste ,cette approche apporte, je l'espère, un changement dans la construction de la personne, elle espère ainsi des changements dans la construction de la personnalité des soignants.
Notre réflexion nourrie par une longue activité de soignant, nous amène à mesurer l'importance de la transmission des apprentissages implicites et donc de tenter de "déployer" la réflexion par une méthodologie dynamique. En effet si on se pose la question de savoir si l'activité de "concrétion" se donne-t-elle à nous sans qu'aucun travail de la pensée soit nécessaire ? Nous considérons alors que la connaissance concrète des choses n'est pas immédiate, mais suit un effort préalable et inconscient de pensée.
La question qui est essentielle ici est de savoir si le processus cognitif en œuvre dans l'effort d'abstraction est capable de déployer les apprentissages implicites.
Or dans ce processus, c'est l'aspect dynamique de la discrimination qui restent essentiel basé sur l'observation, les connaissances, etc.
Pour aller plus loin est-ce que l'activité réflexive discriminante permet le déploiement ? Nous avançons que si l'on déroule le raisonnement abstrayant (selon la formule de Kant) nous pouvons pointer le manque et donc l'élément caché, replié qui est peut être l'élément essentiel.
Pour résumé avant d'utiliser un exemple concret... Situer dans le texte permet d'immerger l'apprenant dans un ensemble d'éléments connus, le processus suivant que nous proposons en nous appuyant sur ces études et de susciter une réflexion permettant d'extraire du contexte (de tirer de, donc faire preuve d'abstraction) pour identifier les éléments discriminants qui peuvent être cachés (replié ) mais toutefois essentiel.
Il me semble que la maîtrise de cet outil qui n'est pas une méthode à proprement parler mais simplement une mise à plat utile qui tente de se fonder sur des bases solides en montant sur les épaules d'auteurs qui font référence. Cela constitue un outil pour appliquer plus aisément une dynamique entre les différents plans et ensuite permettre ensuite de construire les formations. Il manque encore toutefois certaines parties notamment une étude sur les réactions des soignants aux questions sur leurs pratiques.
Elle peut être utilisée dans de nombreux domaines.
Application pratique
Hier, une aide soignante me signale que Mr B s'est arraché la sonde urinaire, en fait je constaterai ensuite un saignement au niveau du méat , je demande à une élève IDE de me suivre, j' évalue le problème et parle au patient et je pratique les soins nécessaires, je demande ensuite à l'élève de distinguer les éléments qu'elle observe par ordre d'importance. Je lui donne des informations sur la pathologie du patient,certaines notions et lui demande ensuite de me décrire le raisonnement qui permet de hiérarchiser ses priorités.
En fait dans cet exemple je m'applique aussi la méthode des trois plans que j'utilise de plus en plus souvent.
Feedback
L'élève manifeste de la surprise et de l'intérêt mais n'a manifestement pas l'habitude d'être confronté à ce type de questions, elle me signale d'ailleurs rapidement qu'elle n'est qu'en première année ( je n'ai pas les connaissances et l'habitude de) alors que le processus "abstrayant" est , nous l'avons vu, une activité naturelle qui n'est peut être pas valorisée dans l'enseignement traditionnel. Je lui explique pour simplifier que mon but est de faire passer des apprentissages implicites, des ficelles du métier.
Toutefois ces connaissances implicites s'inscrivent dans des "méta-apprentissages" qui contiennent aussi les ficelles du métier et les apprentissages tacites. Ce type d'expérience d'apprentissage partagé (car j'apprends aussi alors que l'on est vu parfois seulement comme ceux qui détiennent un savoir) mérite d'être exploité et apporte, je crois une plus-value pour les élèves et les professionnels, mais aussi pour le formateur. Découlant de cette pratique d'abstraction, il existe des méthodes qui facilitent la transmission du savoir
ou transfert de connaissances selon les chercheurs en pédagogie pour déplier et exposer les savoirs, ils sont grandement basés sur des méthodes de conceptualisation et d'abstraction... Il est donc utile de connaître les fondements de ces méthodes afin de modifier, ou de remettre en cause ces méthodes (niveau épistémologique appliqué aux méthodes).
Ce travail épistémologique sur cette pratique que je propose en appliquant à celle-ci cette pratique des trois plans d'abstraction, m'a permis de déduire que tout ce passe comme si le travail d'abstraction qui permet d'obtenir un concept présuppose ce concept . Les travaux de Watzlawick, Weakland, Johnson, Von Bertalanffy...): Palo Alto MRI sont essentiels à ce propos.
T Durbec Réferent qualité en EHPAD et ESMS
Evaluateur externe, formateur
Spécialisations démarche qualité, évaluations, analyse des pratiques
www.imaginor.org/ProjetAgora

Concours cadre de santé

Vous souhaitez devenir cadre de santé ? Retrouvez toute l'info utile et nos conseils pour bien vous préparer aux concours.

Préparez le concours

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...
Découvrir les formations




Répondre à ce sujet