Aller au contenu


négociation et projet de soins


7 réponses à ce sujet

#1 slk1730

  • Membres
  • 268 messages

Posté 17 avril 2011 - 10:08

bonjour
dans le semestre 3 UE -3-1 ou 3-2 je crois on parle de projet de soin et l'évaluation aborde le point de la négociation
comment comprenez vous ce terme, c'est nouveau, pas vraiment abordé dans l'ancien programme?
De quelle négociation parle-ton ? Avec qui ? Le patient ? L ‘équipe ? quelles sont les implications d’une négociation dans le champ de la pratique, (éthique, déontologie de responsabilité)

c'est un point à clarifier et je voulais savoir ce que vous en avez compris et comment vous l'avez abordé et évalué puisque c'est demandé dans les critères d'évaluation
merci comme d'hab de vos conseils précieux

#2 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 18 avril 2011 - 06:03

:blush: L'année dernière j'ai commencé mon premier cours de cette UE en écrivant en majuscule sur le tableau "Bienvenue à Utopia !!" Puis j'ai expliqué que ce cours était de la pure théorie... pensée par le nouveau programme. Que sur le terrain, ce n'était pas encore en place mais que comme nous formons les IDE de demain, alors on tenterait de rendre tout cela possible... et que l'on comptait sur eux !

Je me suis basé sur essentiellement deux textes législatifs pour l'assoir : loi du 04 mars 2002 concernant les droits du patient (et il y a à faire...) et les règles professionnelles (information intelligible et loyale et intérêt du patient essentiellement).

Ensuite, si l'on y regarde bien, on négocie beaucoup mine de rien. Nous avons donc rajouté des "situations relationnelles" dans nos situations emblématiques pour pouvoir avoir à négocier avec la personne : un refus de soins, une prise en charge en pédia, nous avons repris les situations citées dans l'UE 5.3 (détresse, agressivité, fin de vie...)
Ce n'est pas tant la réponse à apporter que nous travaillions mais surtout de savoir qu'est-ce qui était négociable, comment le faire (évitant la culpabilisation de la personne pour arriver à ses fins...) et les possibles (compatibilité avec les impératifs d'organisation d'un service (heure d'une toilette par exemple...). L'objectif principal étant de faire comprendre à l'étudiant, que le soignant n'a pas tout pouvoir et que l'organisation a souvent bon dos pour imposer au malade ce qui nous facilite la vie... Cela participe à la construction de leur identité professionelle à mon sens, puisqu'il fait toucher du doigt les limites du rôle professionnel et des décisions qui sont trop souvent prises à la place du patient. Nous pourrions même ouvrir la voie aux dilemme éthique pour certaines situations.
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#3 choupiok

  • Membres
  • 141 messages

Posté 20 avril 2011 - 12:27

Alors nous pour ce cours nous avons fait dans un premier temps un cours magistral sur la négociation. Ensuite nous avons fait un TD durant lequel nous avons fait des jeux coopératif et non compétitif pour essayer de faire percevoir à quel point il était intéressant de négocier, coopérer et non être en compétition et tout puissant.

Les étudiants ont bien apprécié cette approche qui était ludique.
<i> sortie juin 2008 de l'IFCS de Grenoble</i>

je vis tellement au dessus de mes revenus qu'en vérité nous menons, eux et moi, une existence entièrement séparée. O.Wilde

#4 Mireia

  • Membres
  • 32 messages

Posté 20 avril 2011 - 12:44

nous avons dans un premier temps fait un cours magistral sur la négociation et la négociation coopérative.
ce que nous avions compris c'est la négociation avec la personne soignée. Parmi les préocupations des étudiants, une des plus marquantes était "le refus de soins" donc nous avons travaillé à partir d'un cas clinique d'une personne qui refusait un soin. En insistant sur ce que le refus de soins signifiait pour la personne soignée, commen le soignant pouvait-il se sentir face à un refus de soins, comment adapter les "horaires" de la personne soignée à l'organisation du service.
Ce qui nous semblait important c'éetait de travailler la posture et les émotions du soignant, le fait qu'il ne doit pas se placer dans une posture de "tout pouissant".... :blush:
Mireia Perez
Cadre de santé
Formatrice IFSI

#5 val30

  • Membres
  • 45 messages

Posté 20 avril 2011 - 09:09

Voir le messageCharlaine, le 18 avril 2011 - 06:03 , dit :

:blush: L'année dernière j'ai commencé mon premier cours de cette UE en écrivant en majuscule sur le tableau "Bienvenue à Utopia !!" Puis j'ai expliqué que ce cours était de la pure théorie... pensée par le nouveau programme. Que sur le terrain, ce n'était pas encore en place mais que comme nous formons les IDE de demain, alors on tenterait de rendre tout cela possible... et que l'on comptait sur eux !

Je me suis basé sur essentiellement deux textes législatifs pour l'assoir : loi du 04 mars 2002 concernant les droits du patient (et il y a à faire...) et les règles professionnelles (information intelligible et loyale et intérêt du patient essentiellement).

Ensuite, si l'on y regarde bien, on négocie beaucoup mine de rien. Nous avons donc rajouté des "situations relationnelles" dans nos situations emblématiques pour pouvoir avoir à négocier avec la personne : un refus de soins, une prise en charge en pédia, nous avons repris les situations citées dans l'UE 5.3 (détresse, agressivité, fin de vie...)
Ce n'est pas tant la réponse à apporter que nous travaillions mais surtout de savoir qu'est-ce qui était négociable, comment le faire (évitant la culpabilisation de la personne pour arriver à ses fins...) et les possibles (compatibilité avec les impératifs d'organisation d'un service (heure d'une toilette par exemple...). L'objectif principal étant de faire comprendre à l'étudiant, que le soignant n'a pas tout pouvoir et que l'organisation a souvent bon dos pour imposer au malade ce qui nous facilite la vie... Cela participe à la construction de leur identité professionelle à mon sens, puisqu'il fait toucher du doigt les limites du rôle professionnel et des décisions qui sont trop souvent prises à la place du patient. Nous pourrions même ouvrir la voie aux dilemme éthique pour certaines situations.

Bonjour Charlaine
la négociation pas en place dans les services?
IDE en psy, il me semble que c'est tous les jours que je le faisais! Respect et dignité du patient, loi du 4 mars 2002, les fondements de la pratique.
peut être l'intitulé et la théorie de ce module m'échappe mais à la première lecture je suis choquée de lire que vous formez les IDE de demain et que vous comptez sur elles pour le mettre en pratique!
Durant toutes mes années de pratique et comme nombre de mes collégues, j'ai toujours essaye de conjuguer organisation et respect du patient, celà va de différer une toilette ou un pansement. Lutter aussi contre l'acharnement thérapeutique lors des années ou j'ai travaillé en soins paliatifs. Le respect et le droit du patient pour ne pas être dans la toute puissance, c'est indissociable lorsque l'on soigne des personnes en hospitalisation sous contrainte. Vaste dilemne pour les soignants, protéger et respecter le patient, ne serait-ce pas une situation emblématique: être obligé d'entraver pour protéger et apaiser, c'est terrible pour un soignant d'en arriver là et c'est de l'impuissance que l'on ressent, celle de n'avoir pas été à la hauteur, de n'avoir pas fait son travail!
Actuellement faisant fonction cadre en attendant d'aller en IFCS en septembre, cette notion de respect du patient que je mets en avant, comme l'analyse des pratiques pour comprendre ce qui se joue dans la relation au patient.
Val30

#6 slk1730

  • Membres
  • 268 messages

Posté 20 avril 2011 - 03:34

ah super ces idées de TD pour la négociation, je vais en parler à ma collègue car elle était un peu en rade d'idées
merci les internautes de ce super forum

#7 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 20 avril 2011 - 05:52

Voir le messageval30, le 20 avril 2011 - 09:09 , dit :

Bonjour Charlaine
la négociation pas en place dans les services?
IDE en psy, il me semble que c'est tous les jours que je le faisais! Respect et dignité du patient, loi du 4 mars 2002, les fondements de la pratique.
peut être l'intitulé et la théorie de ce module m'échappe mais à la première lecture je suis choquée de lire que vous formez les IDE de demain et que vous comptez sur elles pour le mettre en pratique!
Ouille ! Les raccourcis de mon discours font mal... je vais préciser ce que l'on ne négocie pas.. en tout cas en soins généraux (les services de psy sont précurseurs, et dans le projet de soins formalisé, et dans sa négociation).
Ce ne sont pas les soins qui ne sont pas négociés dans les service mais les projets de soins... il faudrait pour cela le formaliser le projet de soins infirmiers pour le négocier... et je parle de l'esprit de la lettre de la loi du 04 mars 2002, où le professionnel est sensé proposer des alternatives pour construire et négocier avec le patient les éléments de son projet de soins. Le projet de soins est pensé pluriprofessionnel... Se rencontre-t-on autour d'une table pour le construire ? Y implique-t-on le patient et/ou sa famille ? C'est souvent le médecin qui décide de tout, non ?

Suis-je plus précise ? Mais l'avancée de cette pratique de négocier une prise en charge dans le cadre d'un projet de soins co-construit avec le patient est différemment développée selon les établissements; En soins palliatifs, cela se fait. Dans d'autres, moins, voire pas du tout.

Et je me cite dans le message que vous appelez Val30 :blush:

Citation

Ensuite, si l'on y regarde bien, on négocie beaucoup mine de rien.

Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#8 val30

  • Membres
  • 45 messages

Posté 21 avril 2011 - 08:44

Voir le messageCharlaine, le 20 avril 2011 - 05:52 , dit :

Ouille ! Les raccourcis de mon discours font mal... je vais préciser ce que l'on ne négocie pas.. en tout cas en soins généraux (les services de psy sont précurseurs, et dans le projet de soins formalisé, et dans sa négociation).
Ce ne sont pas les soins qui ne sont pas négociés dans les service mais les projets de soins... il faudrait pour cela le formaliser le projet de soins infirmiers pour le négocier... et je parle de l'esprit de la lettre de la loi du 04 mars 2002, où le professionnel est sensé proposer des alternatives pour construire et négocier avec le patient les éléments de son projet de soins. Le projet de soins est pensé pluriprofessionnel... Se rencontre-t-on autour d'une table pour le construire ? Y implique-t-on le patient et/ou sa famille ? C'est souvent le médecin qui décide de tout, non ?

Suis-je plus précise ? Mais l'avancée de cette pratique de négocier une prise en charge dans le cadre d'un projet de soins co-construit avec le patient est différemment développée selon les établissements; En soins palliatifs, cela se fait. Dans d'autres, moins, voire pas du tout.

Et je me cite dans le message que vous appelez Val30 :blush:
merci Charlaine pour votre réponse.
le projet de soins en psy est effectivement négocier avec le patient et en équipe pluridiciplinaire, si on veut qu'il aboutisse il n'en peut être autrement! nous travaillons sur la base d'une alliance thérapeutique et qui dit alliance dit forcément négiciations. C'est ce que j'apprécie dans le travail en psy, cette possibilté qu'à le patient d'être acteur à part entière dans son projet de soins.
Pour avoir aussi travailler de longues années en soins généraux je mesure cette chance.
a bientôt pour de nouveaux échanges :smile:
Val30
N

Modifié par Charlaine, 21 avril 2011 - 02:53 .
Isolement message de la citation


Concours cadre de santé

Vous souhaitez devenir cadre de santé ? Retrouvez toute l'info utile et nos conseils pour bien vous préparer aux concours.

Préparez le concours

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...
Découvrir les formations




Répondre à ce sujet