Aller au contenu


REDOUBLEMENT


4 réponses à ce sujet

#1 Galiaud

  • Membres
  • 38 messages

Posté 19 août 2010 - 05:48

Bon, soir, jour

Comment cela se passe dans vos IFSI ?

Un étudiant interrompt il y a un an ses études et comme la législation l'y autorise demande à redoubler sa 3ème année... Avec le nouveau cursus que peut-on lui proposer ? la PSEUDO 3ème année d'aujourd'hui ne ressemble en rien à la 3ème année du dispositif de formation passé ... Ubuesque non ?
:sad: :smile: :wacko:

#2 Pascal

  • Membres
  • 24 301 messages

Posté 20 août 2010 - 07:20

Je ne comprends pas, votre 3ème année sera déjà dans le cadre du nouveau programme? Comment est-ce possible?

Ce serait pareil pour une deuxième année de toute façon: c'est la CAC qui attribue les ECTS ou non à l'étudiant. Par principe, lorsque l'année antérieure a été validée, l'étudiant reçoit les 60 ECTS correspondant à cette année validée. Pour l'année en cours, c'est du personnalisé selon le dossier, les résultats obtenus lors de l'année interrompue... Pas simple en effet !
Pascal Becker
Cadre Supérieur de Santé
IFSI Lionnois (54)

#3 Galiaud

  • Membres
  • 38 messages

Posté 20 août 2010 - 09:28

Voir le messagePascal, le 20 août 2010 - 07:20 , dit :

Je ne comprends pas, votre 3ème année sera déjà dans le cadre du nouveau programme? Comment est-ce possible?

Ce serait pareil pour une deuxième année de toute façon: c'est la CAC qui attribue les ECTS ou non à l'étudiant. Par principe, lorsque l'année antérieure a été validée, l'étudiant reçoit les 60 ECTS correspondant à cette année validée. Pour l'année en cours, c'est du personnalisé selon le dossier, les résultats obtenus lors de l'année interrompue... Pas simple en effet !

Pardon, pour m'être mal exprimée :
Donc, un étudiant en 2008 ne valide pas sa 3ème année, il part, puis, il travaille et puis, conformément à l'arrêté d'avril 2007, il souhaite réintégrer l'ifsi en 3ème année.
Ma question est donc la suivante: Dans la mesure où la 3ème année d'aujourd'hui, n'existe pas [il faudra attendre septembre 2011), mais aussi dans la mesure où la 3ème année du nouveau dispositif de formation ne ressemble pas à l'ancienne 3ème année, comment peut-on envisager la réintégration de cet étudiant ?
A la lecture de votre réponse je rajoute une question : existe t-il des critères permettant aux membre de la CAC de prendre en conscience et sereinement une décision éclairée...?? :sad:

#4 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 20 août 2010 - 02:32

Tortalement dingue oui... On ne peut comparer que ce qui est comparable... le législateur a laissé aux CAC et aux CP le pouvoir décisionnaire... bien, mais comme vous le dites on s'appuie sur quoi puisque l'enseignement est différent et pas qu'un peu : d'une logique d'apprentissage des pathologies par organe, on l'enseigne maintenant par processus...

Citation

Art 66 de l'arrêté du 31/07/2009
A titre transitoire, les étudiants qui redoublent ou qui ont interrompu une formation suivie selon le programme défini par l’arrêté du 23 mars 1992, verront leur situation examinée par la commission d’attribution des crédits. Celle-ci formalisera des propositions de réintégration qui seront soumises à l’avis conforme du conseil pédagogique.

Ce conseil appréciera la situation de l’étudiant et décidera de l’endroit où l’étudiant devra reprendre le cours de sa formation.


Bien que cet étudiant redouble sa troisième année... il a donc déjà reçu les trois années de sa formation ancienne formule... Il peut avoir des repères... le redoublement de la dernière promotion pose un peu plus de problème pour les étudiants (apprentissages) qui redoublent leur deuxième année.

Puisque l'ancien programme invalidait tous les résultats de l'année non validée, il faudrait repérer à quelles UE et UI cette année correspond dans 2 semestres (pas forcément de la troisième année scolaire organisée par les nouveaux textes). c'est à dire utiles à la validation que la troisème année ancien programme faisait (car les modules ne sont pas tous réparties de la même façon d'une année sur l'autre, d'un IFSI à l'autre).

Enfin, je pensais que le gouvernement aurait prévu dans un territoire donné qu'un IFSI accueille pour les dernières années, les reprises de formation sur suspension et les redoublement, les étudiants du dernier programme. Mais là encore, comme je l'ai dit précédemment, comme chaque IFSI ne dispensait pas les apprentissages dans le même ordre concernant les modules globaux ou fixes (ou autre appellations selon les régions) ni les même contenus, y compris pour les transversaux, les étudiants peuvent se retrouver en difficulté. c'est ce qui bloquait de façon quasi systmatique les mutations à partir du milieu de deuxième année, afin de ne pas avoir à faire l'enseignement d'un ou plusieurs modules pour 1 étudiant qui mutait.

Je trouve atterrant (mais cette position est personnelle) de donner valdation des UE d'une année entière nouveau programme sous le prétexte que l'étudiant a validé une année ancien programme... Il aurait mieux valu proposer à validation des UE correspondant aux acquis réels de l'étudiant. Car, on peut se poser la question de la reconnaissance de leur diplôme à l'équivalence universitaire alors qu"ils ont une scolarité "tronquée" dans les contenus mais aussi des validations de module à 8/20 alors que ce n'est plus le cas dans le nouveau programme... Des analyses à profusion actuellement alors que le programme ancienne mouture est centré sur les connaissances...

Ce n'est pas par hasard si le gouvernement n'y est pas encore allé de ses petits décrets sur le sujet... Encore une patate chaude pour les IFSI... Déjà que d'organiser les évaluation des semestres pour deux à trois années de formation nouveau programme, de sorte que cela ne se fasse pas dans le même temps pour permettre aux étudiants qui ne sont pas de l'année où la validation de l'UE est prévue (vous me suivez ?) à se représenter une nouvelle fois est un véritable casse-tête...
C'était bien urgent de le mettre en place ce programme sans avoir donné aux équipes pédagogiques la possibilité de réfléchir et de se projetter quand aux difficultés prévisibles pour apporter une réponse concertée... car là, il est logique de penser que c'est l'université qui va peut-être faire la différence...

Je suis curieuse de savoir le nombre de réussite chez les étudiants venant de l'ancien programme et reprenant dans le nouveau, car il ne s'agit pas de faire là des professionnels au rabais à cause d'un passage non étudié d'un programme sur l'autre...

C'est au delà d'être ubuesque... c'est irresponsable et je pèse mes mots, ce peut être une perte de chance pour l'étudiant... Certains diront "ils n'avaient qu'à ne pas redoubler...". Qui sait ce qui peut se passer dans une tranche de vie et qui rende difficile à un moment la réussite d'un projet ? Les précédents, pouvaient, les suivent le peuvent, mais eux, "ils n'avaient qu'à pas...".

Trop contraints sur certains points, condamné à la navigation à vue sur d'autres, ce nouveau programme, n'a pas fini de nous donner des cheveux blancs... Et dans cette bataille pour la viabilité du diplôme "tronqué", nous avons un seul objectif : ne pas faire de victimes, que ce soit dans le camp des étudiants comme dans celui des patients... Pour ce qui est des formateurs, les départ à la retraite anticipée ne sont pas dûs uniquement aux modifications des droits sociaux qui évoluent sur le sujet... le nouveau programme a sa part de responsabilité...

Je suis peut-être allée un peu trop loin pour vous répondre Galiaud là... Si tant est que j'y ai répondu... :sad:
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#5 Galiaud

  • Membres
  • 38 messages

Posté 21 août 2010 - 07:30

Voir le messageCharlaine, le 20 août 2010 - 02:32 , dit :

Tortalement dingue oui... On ne peut comparer que ce qui est comparable... le législateur a laissé aux CAC et aux CP le pouvoir décisionnaire... bien, mais comme vous le dites on s'appuie sur quoi puisque l'enseignement est différent et pas qu'un peu : d'une logique d'apprentissage des pathologies par organe, on l'enseigne maintenant par processus...



Bien que cet étudiant redouble sa troisième année... il a donc déjà reçu les trois années de sa formation ancienne formule... Il peut avoir des repères... le redoublement de la dernière promotion pose un peu plus de problème pour les étudiants (apprentissages) qui redoublent leur deuxième année.

Puisque l'ancien programme invalidait tous les résultats de l'année non validée, il faudrait repérer à quelles UE et UI cette année correspond dans 2 semestres (pas forcément de la troisième année scolaire organisée par les nouveaux textes). c'est à dire utiles à la validation que la troisème année ancien programme faisait (car les modules ne sont pas tous réparties de la même façon d'une année sur l'autre, d'un IFSI à l'autre).

Enfin, je pensais que le gouvernement aurait prévu dans un territoire donné qu'un IFSI accueille pour les dernières années, les reprises de formation sur suspension et les redoublement, les étudiants du dernier programme. Mais là encore, comme je l'ai dit précédemment, comme chaque IFSI ne dispensait pas les apprentissages dans le même ordre concernant les modules globaux ou fixes (ou autre appellations selon les régions) ni les même contenus, y compris pour les transversaux, les étudiants peuvent se retrouver en difficulté. c'est ce qui bloquait de façon quasi systmatique les mutations à partir du milieu de deuxième année, afin de ne pas avoir à faire l'enseignement d'un ou plusieurs modules pour 1 étudiant qui mutait.

Je trouve atterrant (mais cette position est personnelle) de donner valdation des UE d'une année entière nouveau programme sous le prétexte que l'étudiant a validé une année ancien programme... Il aurait mieux valu proposer à validation des UE correspondant aux acquis réels de l'étudiant. Car, on peut se poser la question de la reconnaissance de leur diplôme à l'équivalence universitaire alors qu"ils ont une scolarité "tronquée" dans les contenus mais aussi des validations de module à 8/20 alors que ce n'est plus le cas dans le nouveau programme... Des analyses à profusion actuellement alors que le programme ancienne mouture est centré sur les connaissances...

Ce n'est pas par hasard si le gouvernement n'y est pas encore allé de ses petits décrets sur le sujet... Encore une patate chaude pour les IFSI... Déjà que d'organiser les évaluation des semestres pour deux à trois années de formation nouveau programme, de sorte que cela ne se fasse pas dans le même temps pour permettre aux étudiants qui ne sont pas de l'année où la validation de l'UE est prévue (vous me suivez ?) à se représenter une nouvelle fois est un véritable casse-tête...
C'était bien urgent de le mettre en place ce programme sans avoir donné aux équipes pédagogiques la possibilité de réfléchir et de se projetter quand aux difficultés prévisibles pour apporter une réponse concertée... car là, il est logique de penser que c'est l'université qui va peut-être faire la différence...

Je suis curieuse de savoir le nombre de réussite chez les étudiants venant de l'ancien programme et reprenant dans le nouveau, car il ne s'agit pas de faire là des professionnels au rabais à cause d'un passage non étudié d'un programme sur l'autre...

C'est au delà d'être ubuesque... c'est irresponsable et je pèse mes mots, ce peut être une perte de chance pour l'étudiant... Certains diront "ils n'avaient qu'à ne pas redoubler...". Qui sait ce qui peut se passer dans une tranche de vie et qui rende difficile à un moment la réussite d'un projet ? Les précédents, pouvaient, les suivent le peuvent, mais eux, "ils n'avaient qu'à pas...".

Trop contraints sur certains points, condamné à la navigation à vue sur d'autres, ce nouveau programme, n'a pas fini de nous donner des cheveux blancs... Et dans cette bataille pour la viabilité du diplôme "tronqué", nous avons un seul objectif : ne pas faire de victimes, que ce soit dans le camp des étudiants comme dans celui des patients... Pour ce qui est des formateurs, les départ à la retraite anticipée ne sont pas dûs uniquement aux modifications des droits sociaux qui évoluent sur le sujet... le nouveau programme a sa part de responsabilité...

Je suis peut-être allée un peu trop loin pour vous répondre Galiaud là... Si tant est que j'y ai répondu... :sad:

PARFAIT ! Vous décrivez parfaitement, toute la compléxité de la situation. MERCI !

Concours cadre de santé

Vous souhaitez devenir cadre de santé ? Retrouvez toute l'info utile et nos conseils pour bien vous préparer aux concours.

Préparez le concours

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...
Découvrir les formations




Répondre à ce sujet