Aller au contenu


Plus de poste !!!!


21 réponses à ce sujet

#1 loloh2o

  • Membres
  • 136 messages

Posté 09 janvier 2010 - 07:04

Bonsoir,
Lectrice assidue du forum, j'en viens à me tourner vers vous pour vous présenter ma situation personnelle qui n'est pas banale et vous sollicite pour tenter de trouver conseils et recours possible.
Jusqu'au 11 août 2009, j'étais affectée sur un poste de cadre sur un service d'urgence. A cette date, je suis reçue par la DSI de mon établissement (ainsi que la Cadre sup du même service) et je me suis vue retirer toute autonomie dans la gestion de l'équipe. La DSI me précisant que toutes les décisions d'organisation, de projets, devaient être systématiquement soumises à l'aval du médecin responsable avant mise en application. Pour exemple, un agent qui souhaitait poser une journée de congés devait obligatoirement demander l'accord du médecin avant que je puisse le faire figurer sur le planning ! Un tel revirement de situation m'a laissé sans voix, d'autant plus, qu'à aucun moment, le médecin ou la DSI ne m'avait fait remonter un quelconque problème dans mon management. Au fur et à mesure des semaines, l'ambiance de travail n'a fait que se dégrader : ignorance la plus totale de la part du médecin, gros malaise dans l'équipe infirmière, pression de la part de la DSI.... Je me rendais dans mon bureau entre 9 et 17 heures et n'avait strictement rien à y faire ! Au niveau personnel, la situation de "mise au placard" n'était plus vivable, et je me vois contrainte de me mettre en arrêt de travail de ce fait.
A l'issue de mon arrêt, je rencontre la direction générale de mon établissement (après maintes sollicitations) pour faire état de la situation. Je réitère ma demande de changement d'affectation (formulée mi-septembre !) et du fait de l'absence de vacance de poste, on me "crée" un "nouveau placard" auprès du responsable Qualité. Cette affectation transitoire ne correspondait aucunement à mes projets professionnels, et je n'ai aucune compétence dans le domaine de la Qualité ! En fait, pendant 1 mois 1/2 j'y ai assuré des tâches de secrétariat notamment dans la saisie des rapports d'EPP.
La direction m'adresse un courrier fin novembre, me faisant état d'une possible nouvelle affectation début 2010.

Le lundi 4 janvier, je me présente à 9 heures au bureau de la Qualité, et là, Oh ! Surprise ! bureau "vidé", c'est à dire sans aucun dossier sur la table de travail, ordinateur changé (et je n'en ai même pas le mot de passe).... Petite précision : le responsable Qualité a été affecté au 15 décembre sur le poste de DSI par intérim du fait du départ en retraite de la DSI précédente... Pas d'autre affectation sur le poste de la Qualité avant le 1er février... Donc, aucun nouveau dossier en cours !
Je me rends chez le DSI et je le sollicite pour connaitre mes nouvelles missions : il n'a rien à me donner à faire, et les nouvelles affectations et mouvements de cadre ne se feront pas avant le 1er Février !!!!
Par conséquent, j'en conclus que durant le mois de janvier, soit je suis payée à ne rien faire dans un bureau vide entre 9 et 17 heures (ce qui m'est totalement inconcevable et humainement insupportable), soit je me mets en arrêt de travail (alors que je ne suis absolument pas malade et que cela me mets hors de moi d'en arriver là), soit je demande le déblocage de mon CET pour combler les jours de janvier....
Conclusion : la direction accepte ma demande de mise en congés par le biais de mon CET jusqu'à une nouvelle affectation "qui pourrait avoir lieu avant la fin janvier !" (fin de citation !).
Je suis écoeurée par ce manque de considération que l'établissement accorde aux cadres et cette manière de procéder ! Car je ne suis pas la seule en ce moment à être malmenée. Une autre collègue s'est vue affectée sur un poste de cadre hygiéniste alors qu'elle n'a jamais sollicité un quelconque changement d'affectation. Petite précision : elle travaillait jusqu'à maintenant avec le même médecin que moi ! De même, pour la cadre supérieur du même service : plus aucune implication dans les décisions de service, dans les projets. Pour exemple, conseil de pôle le 18 janvier, elle reçoit sa convocation par le courrier interne, convocation signée par le médecin seul et un ordre du jour qu'elle découvre en même temps ! Ce médecin semble dans une telle toute-puissance qu'il fait la pluie et le beau temps sur l'institution et qu'il veut se "débarasser" des gens compétents qui l'entouraient pour mieux règner sur l'organisation de son service....
Auriez vous des conseils à me donner, des avis, car je pense avoir perdu tout discernement dans ce vécu qui dépasse tout entendement.
Au plaisir de vous lire, et de partager avec vous ces difficultés.

#2 Lydie B.

  • Membres
  • 1 165 messages

Posté 09 janvier 2010 - 08:46

Bonsoir loloh2O

avez vous contacté les syndicats? Avez-vous rencontré le médecin du travail ?
Lydie B
cadre de santé M.E.R.

"C'est une belle harmonie quand le faire et le dire vont ensemble", Montaigne.

#3 loloh2o

  • Membres
  • 136 messages

Posté 09 janvier 2010 - 11:13

Voir le messageLydie B., le 09 janvier 2010 - 08:46 , dit :

Bonsoir loloh2O

avez vous contacté les syndicats? Avez-vous rencontré le médecin du travail ?
En ce qui concerne les syndicats, tous ont été alertés par rapport au vécu de l'encadrement en général et en particulier sur ma propre situation. Un délégué syndical de la CGT (qui travaille dans le service du médecin concerné) m'a accompagné lors d'un rendez-vous avec le DRH et il s'est vu par la suite reproché cette action.... Certes de manière détournée, mais il est clair qu'ils ont le sentiment de ne pas être totalement indépendant. Quant au médecin du travail, je l'ai rencontré pour la énième fois, mardi dernier, et elle s'est engagée à alerter le président de CME par rapport aux agissements du médecin concerné... En dehors de cela, j'ai vraiment le sentiment qu'elle n'a pas beaucoup de poids par rapport à la direction générale.

#4 REG

  • Membres
  • 379 messages

Posté 10 janvier 2010 - 12:01

Bonjour loloh20,

dis moi, vu l'intérêt que l'on semble porter aux forces vives de l'encadrement dans ton établissement, qu'est ce qui t'empêche de chercher ailleurs? Il doit bien exister un autre CH dans le coin, ou même une clinique, non?
En ce qui te concerne, il est difficile de prendre exactement la mesure de ce qui se passe, puisque nous sommes tous totalement externes au climat qu'il règne dans ton hôpital, mais personnellement et au vu de ce que tu nous livres, moi je partirai :blink: , il n'y a guère d'avenir professionnel dans un tel endroit où les médecins font autant la pluie et le beau temps!!!
Bon courage et tiens nous au courant
Bon!!! Elle est partie maintenant que je suis à sa place, que vais-je faire ???

#5 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 10 janvier 2010 - 02:40

Bonjour loloh2o

ce que vous décrivez correspond à une cas type de harcèlement moral... Se mettre en maladie est une bonne idée pour ne pas perdre sa santé, surtout mentale, là est le grand danger pour vous.
Je vous conseillerais de vous mettre en rapport rapidement avec une des associations "HMS" (Harcèlement Moral Stop) qui est une des plus actives si vous n'avez pas personnellement souscrit une assurance protection professionnelle (Type sou médical).

En attendant pour construire votre dossier et surtout vous aider dans la qualification de ce que vous vivez, je vous invite à lire avec attention le document de sante.gouv sur le sujet ou celui de l'inrs. La personne qui vous a accompagné dans votre démarche n'a pas a subir de pressions de la part de la direction.

Partir est une bonne solution, porter plainte aide aussi à se reconstruire et contribuer à faire "place nette" des harceleurs...Je le dis toujours, et je le pense encore, Harceler n'est possible qu'avec le silence des autres autour... et ce silence est appelé "complicité" par la loi...

Garder courage loloh20, vous en aurez besoin ei ne vous culpabilisez pas de vos arrêt maladie qui ne sont qu'une mise en protection de vous-même. Agissez cependant en notant toutes les informations utiles à l'instruction d'un dossier. je vous conseillerai même une petite lettre à la direction, faisant état de votre situation (reprenant les différentes informations, vos entrevues avec elle et les réponses qui vous ont alors été faites), en expliquant votre perplexité et en demandant quel est votre statut actuel ainsi que les missions qu'ils vous confient... Leur réponse ou non réponse (qui en est une, de fait) renforcera votre dossier.

En tout état de cause, chercher une aide juridique... associative ou autre. Ne restez pas seule.
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#6 loloh2o

  • Membres
  • 136 messages

Posté 12 janvier 2010 - 02:51

Bonjour à tous !
Tout d'abord, pour répondre à Reg, malgré des contraintes d'ordre personnel, je ne manque pas d'éplucher les offres d'emploi de cadre sur mon département. Mais, ce n'est pas pléthore ! Malgré tout, je reste optimiste quant à une opportunité de quitter l'établissement actuel !
Charlaine, je vous remercie pour toutes les informations que vous m'avez transmise. J'ai pris connaissance des documents et me suis retrouvée dans la description qui est faite du harcèlement. Quant à l'association, je me suis empressée de leur adresser un message... Dans l'attente de leur réponse...
En attendant, le combat continue (même si pour ma part, j'en suis un peu éloignée du fait de ma position de congés). Mes collègues cadres qui font elles aussi l'objet des "sévices" du dit-médecin, se mobilisent et ont fait appel au représentant régional syndical. La rencontre aura lieu ce vendredi.
Je ne manquerai pas de vous tenir informé.
Merci à tous de votre soutien par le biais de ce forum.

#7 Galiaud

  • Membres
  • 38 messages

Posté 12 janvier 2010 - 10:09

Voir le messageloloh2o, le 12 janvier 2010 - 02:51 , dit :

Bonjour à tous !
Tout d'abord, pour répondre à Reg, malgré des contraintes d'ordre personnel, je ne manque pas d'éplucher les offres d'emploi de cadre sur mon département. Mais, ce n'est pas pléthore ! Malgré tout, je reste optimiste quant à une opportunité de quitter l'établissement actuel !
Charlaine, je vous remercie pour toutes les informations que vous m'avez transmise. J'ai pris connaissance des documents et me suis retrouvée dans la description qui est faite du harcèlement. Quant à l'association, je me suis empressée de leur adresser un message... Dans l'attente de leur réponse...
En attendant, le combat continue (même si pour ma part, j'en suis un peu éloignée du fait de ma position de congés). Mes collègues cadres qui font elles aussi l'objet des "sévices" du dit-médecin, se mobilisent et ont fait appel au représentant régional syndical. La rencontre aura lieu ce vendredi.
Je ne manquerai pas de vous tenir informé.
Merci à tous de votre soutien par le biais de ce forum.



Bonsoir,

et bien je constate que ce début d'année n'empêche pas la bêtise de perdurer.... C'est d'une rare absurdité ce que vous décrivez ici.
Pardon Charlaine de ne pas partager votre point de vue. L'arrêt maladie SAUF S'IL EST JUSTIFIE ne peut pas être recommandé. d'abord vous allez perdre quelques subsides au niveau de votre paye et déroulement de carrières. En suite la politique de la chaise vide n'est JAMAIS la meilleure des solutions. Comme l'a dit une collègue précédemment, il est difficile de se positionner au regard d'un climat fortement ... Etrange! En tout état de cause, la relation hierarchique qui autorise ou pas un agent à poser un jour de congés relève de la compétence du cadre et non du médecin. Voilà déjà un grief à noter soigneusement dans un coin dans la perpsective d'un recours. De plus quoi que décide , quoi qu'ait décidé, quoi que décidera votre direction il vous faut un ECRIT. votre affectation et vos missions doivent être écrites.
Les syndicats doivent être sollicités, vous n'êtes pas obligée de solliciter un syndicat de votre établissement, là où je m'étonne c'est de voir un représentant batre en retraite si rapidement... bon courage...
Galiaud

#8 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 13 janvier 2010 - 05:53

Un arrêt maladie pour se protéger lorsque la santé déraille (psychologiquement ou psychiquement) me semble justifié... Les dégâts peuvent être sévères pour l'individu... et s'exprime souvent à retardement. Certains individus sont devenus inaptes au travail à la suite d'un harcèlement moral.
ET si le recul permet d'aménager un peu de sérénité pour gérer la situation "de loin", c'est un plus...
Ce n'est pas la politique de la chaise vide, vous faites erreur, à mon avis votre représentation sur l'arrêt maladie dans ce cas là me semble erronée. De plus, la présence d'arrêt maladie dans un dossier démontre aussi l'impact que la situation a sur l'individu, que cela affecte sa santé.
Se protéger est une priorité. Si vous prenez cela pour de la fuite... c'est que vous avez eu la chance de n'y avoir jamais été exposé(e)...
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#9 Galiaud

  • Membres
  • 38 messages

Posté 13 janvier 2010 - 06:16

bonsoir,

J'avais précisé en majuscule "sauf s'il est justifié", il appartiendra à loloh d'apprécier la justification.
VOUS AVEZ RAISON, oui il faut se protéger, mais SI ET SEULEMENT SI c'est possible mieux vaut ne pas s'arrêter, l'arêt de travail met davantage d'eau au moulin du harcelleur... exemple :"mieux vaut la mettre au placard elle est toujours en arrêt"

oui la situation de harcellement est épouvantable, je sais AUSSI, que c'est plus facile à dire qu'à faire, dans cette phase critique, il faut à loloh de l'énergie pour ammasser, collecter, rassembler, toutes les pièces, actions, actes, écrits, propos contraires à la loi. Car le harcellement est ENCORE et MALHEUREUSEMENT difficile à plaider, voilà pourquoi, il me parait judicieux de rester sur le terrain des textes et des écrits, il faut dés lors repasser par les fondamentaux :
une affectation : écrite, rédigée ET validée par qui, sur quel poste et pour quelles missions
oui/non fait/ ou pas , date de début et date de fin oui ou non
cette 1ère étape passée, la représrentation syndicale me parait incontournable, il faut aller rencontrer sa hiérarchie accompagnée.
JE SAIS que ya ka faut kon est + aisé que la réaité, je me permets simplement de tenter de garder la tête froide face à la description d'une situation qui mobilise LEGITIMEMENT + les affects que la raison. Encore une fois, sans aucun doute aucun, en l'état actuel du descriptif de la situation loloh a tout mon soutien, si tant est que cela puisse lui être utile en quoi que ce soit...malheureusement :o(
bonne soirée

#10 phika

  • Membres
  • 11 messages

Posté 13 janvier 2010 - 09:28

bonjour,
je suis heureux d'une telle solidarité.
je suis persuadué que nous (les Cadres de Santé et faisants fonctions) avons besoin de cet échange pour connaître les agissements de nos supérieurs, "nos" collaborateurs (en particulier "nos" médecins) et "nos" directions.
les syndicats restent "nos" soutiens officiels en cas de problématiques personnelles professionnelles.
mais nous (collègues, amis, familles, bloggers et internautes) pouvons apporter du réconfort et des conseils neutres face à une situation donnée.

je rejoins les divers avis.
c'est très important de tout noter même si cela ne paraît pas important (date de rencontre, heure ou lieu).
comme cela vous pouvez dire lors d'un entretien : "mais tel jour à tel endroit, vous m'avez dit que".
enfin, je ne sais pas si c'est une bonne idée (par l'intermédiaire d'un syndicat ou non) pourquoi pas se faire accompagner d'un avocat.
tout de suite, vous montrez l'ambiance.
par contre soit c'est pour obtenir quelque chose sur site (être "sûr" d'y arriver via l'encadrement et/ou la direction. donc à négocier) ou un départ dans de bonnes conditions (mutation avec changement d'échelon rectroactif, prime d'interressement, prime exceptionnelle, etc...).
chaque situation reste complexe mais rien de tel que d'échanger.

c'est comme si on se retrouve dans une prise en charge de patient complexe et qu'il faut prendre du temps d'en discuter entre nous (paramédicaux) pour comprendre ce que chacuns a pu saisir du message du patient. c'est essentiel, cela créée des liens, et une énergie s'exprime.

je te souhaite du courage,
je te soutiens dans tes actions même si je ne suis pas là au quotidien,
pense aussi, à tous ceux qui restent dans l'ombre à "cause" de leurs modesties,
nous sommes forts,
ils (établissements et tout le personnel d'encadrement) ont besoin de nous,
alors n'hésite pas,
tiens nous au courant,

bonne journée.
[font="Book Antiqua"]PhilMe contacter

#11 REG

  • Membres
  • 379 messages

Posté 14 janvier 2010 - 08:24

Bonjour loloh2o,

si tu veux, je peux peut être t'aider dans tes recherches, j'épluche moi aussi très régulièrement les sites et les revues professionnelles :blink: , laisse moi en MP l'aire géographique dans laquelle tu souhaiterais éventuellement pouvoir t'installer à nouveau, pour redémarrer, loin du tumulte actuel.
Bon courage
Bon!!! Elle est partie maintenant que je suis à sa place, que vais-je faire ???

#12 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 14 janvier 2010 - 05:42

Voir le messageGaliaud, le 13 janvier 2010 - 06:16 , dit :

... Car le harcellement est ENCORE et MALHEUREUSEMENT difficile à plaider,
C'est bien cela qui n'est pas normal.. et participe à son développement et sa pérennité... je ne comprendrais jamais la frilosité des administrations à ce sujet.
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#13 loloh2o

  • Membres
  • 136 messages

Posté 21 janvier 2010 - 08:51

Bonjour,

Merci à tous de votre soutien !
Après plusieurs contacts avec mon DSI et la DRH de l'établissement, je suis ré-affectée sur un nouveau poste depuis ce mercredi. C'est un poste un peu particulier puisqu'il s'agit de ce que nous appelons "la permanence des soins". En fait, un cadre est présent chaque soir à compter de 17 heures et jusqu'à 0h30 pour gérer tous les "petits" problèmes d'hospitalisation en urgence, de gestion de personnel et répondre aux différentes demandes des équipes... C'est un poste qui ne me déplait pas car il me permet de me poser un peu, après tout ce tumulte et d'essayer de me reconstruire professionnellement. Malgré tout je ne pense pas y faire "carrière" !
Charlaine, vous disiez ne pas comprendre la frilosité des administrations à prendre position : Et je pense que c'est d'autant plus patent lorsque c'est un médecin qui est en cause ! Pour notre établissement, c'est chose faite ! L'ensemble des cadres (3) du service concerné a fait sa demande de mobilité auprès de la DRH mais personne ne semble prêter attention à cela ! C'est assez sidérant et nous sommes confrontés à une inertie de notre administration qui dépasse tout entendement.
Dans ces conditions, il est parfois très difficile de se rendre sur son lieu de travail surtout quand vous savez que toutes vos missions sont dorénavant remplies par le médecin du service !
Mais nous nous soutenons et tentons de faire savoir autour de nous toutes les manigances de l'institution.

#14 loloh2o

  • Membres
  • 136 messages

Posté 13 février 2010 - 07:42

Bonjour,
Bien, me voilà de retour... Pas facile de reprendre pied dans cette institution ! J'ai donc épluché les offres d'emploi dans ma région, et me suis lancée dans les lettres de motivation et autres CV... Pas simple après 23 années d'institution hospitalière ! Mais cela a porté ses fruits puisque j'ai été recrutée dans une association médico-sociale !!! Maintenant, il va me falloir négocier mon départ de la fonction publique hospitalière... Je pense que la disponibilité est encore ce qu'il y a de mieux à envisager ? Pouvez vous me conseiller par rapport à cela.... Quelles sont les démarches à faire ? Quels sont les droits et les obligations dans ce contexte ? Par avance, je vous remercie de bien vouloir m'éclairer !

#15 Lydie B.

  • Membres
  • 1 165 messages

Posté 13 février 2010 - 03:04

je ne retrouve plus le texte y faisant référence, mais il me semble qu'en prenant une dispo, comme vous gardez votre statut de fonctionnaire vous ne devez normalement pas exercer le même métier dans un autre établissement surtout à proximité, après certains contournent le problème :smile:
Lydie B
cadre de santé M.E.R.

"C'est une belle harmonie quand le faire et le dire vont ensemble", Montaigne.

#16 loloh2o

  • Membres
  • 136 messages

Posté 13 février 2010 - 09:53

Voir le messageLydie B., le 13 février 2010 - 03:04 , dit :

je ne retrouve plus le texte y faisant référence, mais il me semble qu'en prenant une dispo, comme vous gardez votre statut de fonctionnaire vous ne devez normalement pas exercer le même métier dans un autre établissement surtout à proximité, après certains contournent le problème :smile:
Aïïïe ! Au regard de ce que j'ai lu, il m'avait semblé que c'était le cas... En même temps, sans vouloir jouer sur les mots, l'appelation exacte du nouveau poste proposé est "Chef de service médical".... Certes, dans le profil de poste il était spécifié la nécessité d'avoir exercé en qualité de manager d'une équipe soignante, mais le diplôme de cadre de santé n'était pas indispensable... Ceci afin de permettre un plus large recrutement. Qu'en est il ? Quelle autre opportunité s'offre à moi ? Départ en retraite : j'ai 23 ans de FPH et 3 enfants... ? C'est pas simple ! J'attends vos éclairages ! Merciiiiiiiiiii d'avance

#17 Galiaud

  • Membres
  • 38 messages

Posté 13 février 2010 - 10:25

Voir le messageloloh2o, le 13 février 2010 - 09:53 , dit :

Aïïïe ! Au regard de ce que j'ai lu, il m'avait semblé que c'était le cas... En même temps, sans vouloir jouer sur les mots, l'appelation exacte du nouveau poste proposé est "Chef de service médical".... Certes, dans le profil de poste il était spécifié la nécessité d'avoir exercé en qualité de manager d'une équipe soignante, mais le diplôme de cadre de santé n'était pas indispensable... Ceci afin de permettre un plus large recrutement. Qu'en est il ? Quelle autre opportunité s'offre à moi ? Départ en retraite : j'ai 23 ans de FPH et 3 enfants... ? C'est pas simple ! J'attends vos éclairages ! Merciiiiiiiiiii d'avance

Bonsoir,

Déjà , bravo, vous avez été en capacité de mobiliser toute votre énergie pour rebondir et faire face à l'adversité !
Ensuite...
Surtout pas de départ à la retraite, je m'explique : J'ai le sentiment que l'emploi que vous brigué relève du secteur privé. SI tel est le cas et que malheureusement, vous n'aviez pas fait le bon choix, vous ne pourriez plus exercer qu'à 50% dans la FPH et encore sous certaines conditions. Un départ à la retraite est irréversible.
Sauf à considérer , bien sur, que vous travailliez pour votre argent de poche... :smile:
Pour la mise en dispo, je me permets de vous renvoyer à la loi du 9 janvier 1986 et sa version consolidé d'août 2009, articles 51&52, et de jetter un oeil sur le décret 85-986 du 16 septembre 1985 articles 42 à 49

Voili voilou :tongue:
Bon courage...

#18 angee

  • Membres
  • 609 messages

Posté 14 février 2010 - 01:22

Je viens juste de prendre connaissance de ce post. Et bien, il y a des fois où on aurait envie de tordre le cou aux médecins!!! Je plains les cadres qui continuent de travailler pour lui. Si tu as fait le choix de partir, il restera toujours des cadres pour se trouver confrontés à la même situation. Je ne sais pas s'il ne serait pas judicieux d'intenter tout de même une action visant à lui faire passer l'envie de se prendre pour un Dieu... (quelle que soit cette action!!!! :smile: ).
En ce qui concerne ta mise en disponiblilité, elle doit être acceptée par ta direction et cela peut prendre une année. Voire plus pour avoir déjà eu cette expérience.
Mais il semble que ce soit la meilleure solution car tu pourrais un jour réintégrer le service hospitalier.
J'ai des infirmières de mon service qui en ont eu une et elles exercent soit en tant qu'infirmière libérale, soit comme prestataire de service dans les prises en charge à domicile. Elles restent encore infirmières alors je ne suis pas choquée par le fait que tu sois cadre dans une structure médico sociale car cela revient sensiblement au même que dans le cas des infirmières libérales...
Bon courage pour tout.
Je profite de ce post pour vous demander si vous avez entendu dire que les cadres de santé ne dépendraient plus de la direction des soins mais du chef de service? Si tel est le cas, ce médecin se sentira encore plus tout puissant!!

cadre de santé dynamique recherche une équipe effidaptée, n'ayant pas de désidératas particuliers pour les plannings, pouvant travailler de jour comme de nuit et les week end, répartissant les congés idéalement sur l'année...
non je plaisante, les plannings seraient si monotones ainsi!

on ne nait pas femme, on le devient... Simone de Beauvoir

#19 Lydie B.

  • Membres
  • 1 165 messages

Posté 14 février 2010 - 02:27

Voir le messageloloh2o, le 13 février 2010 - 09:53 , dit :

Aïïïe ! Au regard de ce que j'ai lu, il m'avait semblé que c'était le cas... En même temps, sans vouloir jouer sur les mots, l'appelation exacte du nouveau poste proposé est "Chef de service médical".... Certes, dans le profil de poste il était spécifié la nécessité d'avoir exercé en qualité de manager d'une équipe soignante, mais le diplôme de cadre de santé n'était pas indispensable... Ceci afin de permettre un plus large recrutement. Qu'en est il ? Quelle autre opportunité s'offre à moi ? Départ en retraite : j'ai 23 ans de FPH et 3 enfants... ? C'est pas simple ! J'attends vos éclairages ! Merciiiiiiiiiii d'avance

l'appellation du poste étant différente dans ce cas çà doit marcher pour la dispo :smile:
Lydie B
cadre de santé M.E.R.

"C'est une belle harmonie quand le faire et le dire vont ensemble", Montaigne.

#20 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 14 février 2010 - 08:37

Voir le messageangee, le 14 février 2010 - 01:22 , dit :


Je profite de ce post pour vous demander si vous avez entendu dire que les cadres de santé ne dépendraient plus de la direction des soins mais du chef de service? Si tel est le cas, ce médecin se sentira encore plus tout puissant!!

Loi HPST du 21 juillet 2009, création des pôles. Le directeur des soins est renforcé dans cette loi, le lien hiérarchique est donc toujours le même. Le médecin chef de pôle a une autorité fonctionnelle... comme avant, pas plus.
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#21 angee

  • Membres
  • 609 messages

Posté 14 février 2010 - 09:27

Ouf Charlaine. Pas en ce qui me concerne, mais pour d'autres!
cadre de santé dynamique recherche une équipe effidaptée, n'ayant pas de désidératas particuliers pour les plannings, pouvant travailler de jour comme de nuit et les week end, répartissant les congés idéalement sur l'année...
non je plaisante, les plannings seraient si monotones ainsi!

on ne nait pas femme, on le devient... Simone de Beauvoir

#22 loloh2o

  • Membres
  • 136 messages

Posté 14 février 2010 - 10:08

Voir le messageangee, le 14 février 2010 - 09:27 , dit :

Ouf Charlaine. Pas en ce qui me concerne, mais pour d'autres!
D'autre comme nous ???? Même si un texte de loi reprécise les rôles et missions de chacun, médecin-chef et directeur des soins, il est clair que certains abus se font ! Dans notre établissement, la situation ne fait qu'empirer : le cadre supérieur du service est en arrêt de travail et les 3 cadres sont tellement désabusés qu'ils ne font plus qu'acte de présence !!!! Et rien ne se passe ! Le médecin agit en toute impunité, l'administration ne se mouillant absolument pas, le directeur des soins baissant les yeux à la moindre interpellation ! C'est dramatique, et cela dépasse tout entendement !
Pour ma part, je suis bien contente de pouvoir me projeter dans un autre poste, même si ce n'est pas gagné au niveau de la mise en disponibilité !

Concours cadre de santé

Vous souhaitez devenir cadre de santé ? Retrouvez toute l'info utile et nos conseils pour bien vous préparer aux concours.

Préparez le concours

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...
Découvrir les formations




Répondre à ce sujet