Cadres de santé

Aller au contenu


définition de la profession infirmiere ou profil infirmier


10 réponses à ce sujet

#1 [Invité]isabelle 17_*

  • Guests

Posté 04 décembre 2007 - 08:00

j'ai bien sûr une idée de ce qu'est une IDE!! ou quel profil d'infirmier la formation tend à créer

je fais une semaine action recherche sur la representation sociale de l'IDE
je vais d'abord partir de leur representation, des representations de la population(sondage dans la rue) en tirer un profil, comparer ce quiest semblable, différent et ensuite leur donner des textes législatifs, des articles qui précisent ce qu'est aujourd'hui une infirmiere pour qu'ils finissent par dire ce qu'est une infirmiere

mais vous pour définir précisemment avec des étudiants ce qu'est la profession d'infirmière, quels textes utiliseriez vous ou quels documents ou tout autre moyens?

merci comme d'hab de vos réponses

#2 nouche

  • Membres
  • 52 messages

Posté 04 décembre 2007 - 08:36

Voir le messageisabelle 17, le Dec 4 2007, 09:00 PM, dit :

j'ai bien sûr une idée de ce qu'est une IDE!! ou quel profil d'infirmier la formation tend à créer

je fais une semaine action recherche sur la representation sociale de l'IDE
je vais d'abord partir de leur representation, des representations de la population(sondage dans la rue) en tirer un profil, comparer ce quiest semblable, différent et ensuite leur donner des textes législatifs, des articles qui précisent ce qu'est aujourd'hui une infirmiere pour qu'ils finissent par dire ce qu'est une infirmiere

mais vous pour définir précisemment avec des étudiants ce qu'est la profession d'infirmière, quels textes utiliseriez vous ou quels documents ou tout autre moyens?

merci comme d'hab de vos réponses
Sur le site de l'ANFH dans la rubrique des personnels soignants il y a une fiche qui reprend l'ensemble des textes qui se réfèrent à la profession

#3 gobie

  • Membres
  • 688 messages

Posté 05 décembre 2007 - 07:02

je trouve intéressant l'idée de recueillir d'abord leurs représentations, de les confronter à celle de la populations et des textes.
Pour compléter ce serait bien de faire aussi un sondage auprès des différents professionnels avec lesquels l'IDE travaille: médecins, kinés, diététiciennes,psycho.....
"ne prenez pas la vie trop au sérieux, de toute façon vous n'en sortirez pas vivant"
" rien n'est plus contagieux que l'enthousiasme"

#4 wankh

  • Membres
  • 126 messages

Posté 05 décembre 2007 - 06:40

ne pensez-vous pas que ça serait une approche pour un thème de mémoire sur le rôle propre de l'infirmière?
j'ai une collègue qui travaille sur ce sujet et elle tourne en rond, interviewer l'environnement de l'ide serait une
bonne idée.

#5 [Invité]isabelle 17_*

  • Guests

Posté 05 décembre 2007 - 06:59

il faut bien évidemment que le rôle propre soit abordé mais j'ai une semaine avec les étudiants et c'est une semaine action recherche avec un groupe qui travaille sur l'historique et un groupe sur les représentations sociales
c'est bon j'ai articulé mon projet, ça me plait , je l'ai présenté aux collègues de l'année, ça leur a plu ,

et je reprendrai ce travail en deuxième année et troisième année pour analyser les modifcations de représentations et surtout identifier à quel niveau

isabelle

#6 wankh

  • Membres
  • 126 messages

Posté 05 décembre 2007 - 07:16

je ne suis pas infirmier donc pour moi la différence entre le rôle propre ou pas je ne connais pas,
j'ai découvert cette dénomination car il faut bien s'adapter aux préoccupations de la majorité, mais on dirait que la profession
ide tient à ce "concept".

#7 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 05 décembre 2007 - 08:26

Oh que oui on y tient :smile: Il symbolise l'espace d'autonomie dans les diagnostics, les prises de décisions et la spécificité de pensée de la profession infirmière par rapport aux médecins. Nous refusons d'être réduit(e)s à la simple exécution des prescriptions. Nous faisons plus dans la réalité, ce rôle propre permet une identité professionnelle distincte. les médecins vivent très mal cette rébellion.
Les médecins s'occupent de la maladie et sont centrés sur elle. Nous; nous nous (pré)occupons avant tout de ce que vivent ces personnes face à ces maladies et l'accompagnement fait partie de nos actions du rôle propre par exemple..

L'un de nos grands chevaux de bataille est l'autonomie du patient face aux soignats dans la vie de tous les jours... cela est contradictoire avec l'attitude paternaliste (et donc infantilisante) médicale encore en vigueur de nos jours.

Enfin, je ne sais pas si ce discours te parle wankh...
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#8 wankh

  • Membres
  • 126 messages

Posté 06 décembre 2007 - 07:27

Citation

les médecins vivent très mal cette rébellion
c''est étonnant tout le discours tourne autour de la relation avec le médecin.
dans le cadre d'une enquête socio il faudrait peut-être gratter de ce coté là.
merci charlaine

#9 frodon

  • Membres
  • 94 messages

Posté 06 décembre 2007 - 04:59

c''est étonnant tout le discours tourne autour de la relation avec le médecin.
wankh, c'est plutôt historique comme référence: au début, les médecins ont formé les infirmières selon les besoins identifiés de l'époque: on dirait à ce jour des domestiques qualifiées. En effet, il ne leur était même pas demander de savoir lire ni compter : la disponibilité était le seul critère, l'obéissance la seule attitude requise . La première infirmière directrice d'école qui a viré les médecins de l'administration a fait scandale. mais si on y réfléchi: irais tu demander à un charcutier de faire cours à un boulanger? à un vigneron d'évaluer un charpentier?
La profession d'infirmière telle qu'on la connaît à ce jour est âgée d'à peine plus de 70 ans: une gamine au regard de la sociologie. La profession a fait beaucoup d'erreurs de positionnenment à ce jour, et à mon avis , continue d'en faire : il n'y a pas en effet d'organe réel de représentation et de structuration de la profession. Et ce n'est pas la coquille vide de l'Odre infirmier qui va y changer quoi que ce soit: rendez vous d'en quelque temps pour en juger le pari.
Il y a une différence fondamentale entre les deux professions: l'une est inscrite dans un modèle biomédical, l'autre s'inscrit dans un modèle bio-psycho-social. La première s'intéresse au diagnostic et au traitement, à la maladie comme objet d'études, la seconde à l'être humain considéré dans son contexte. Le médecin a une vision analytique, l'infirmière une vision complexe. L'infirmière apprend à travailler en pluri et interdisciplinarité, le médecin ne connaît que la multi discipinarité. Personne n'est coupable: la formation de l'un et de l'autre sont aussi différentes qu'une chaussure gauche et une chaussure droite. et bien sûr, pour le bien être de la personne soignée,il vaut mieux avoir la paire!

#10 Fred

  • Membres
  • 1 965 messages

Posté 07 décembre 2007 - 10:24

Pour infos :
https://www.cadredes....php?article341
Frédéric Rufin
Cadre de santé infirmier, Formateur IFSI Laon (02)

"Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait."
Mark Twain

#11 grenda

  • Membres
  • 1 messages

Posté 18 août 2009 - 10:01

La profession infirmière est différente. si on se bat pour notre propre rôle, il n'est pas reconnue par les medecins qui sont sur le pathos.
L'infirmière et la maieutique opposée au savoir dictactique des medecins

Je tiens à parler du savoir que developpe l'infirmière, car devant chaque situation nouvelle de soins, elle s 'adapte, en permanance aux besoins du patient.Elle possede un savoir dictactique donné par l'école,mais en même temps per le biais des DSI, elle doit poser des objectifs raisonnables, quantifiables pour le bien-être du patient. C'est son rôle propre. Devant la réussite ou l'absence de réussite, elle va de nouveau adapté son DSI.Elle accouche alors d'un savoir, qui l'enrichit et qui à l'avenir lui servira beaucoup.Elle n'a que sa propre pratique apprise au cours des stages, pour s'y retrouver. Et c'est là que l'infirmière devient dans toutes les formes d'exercice de cette profession, le PIVOT CENTRAL DE LA SANTE, BIEN PEU ECOUTEE.
Que veut une medecin pendant la visite, il mange, il boit, il va à la selle, qu'elle est sa temperature, sa rension? Quant au reste, la souffrance du patient que l'infirmièrea en tendu, n'est pas prise en compte sous le pretexte fallacieux, flux tendu, on a pas le temps, il y en en d'autres à hospitaliser.
Elle ne peut que rapidement se trouver isolée, écouerée et quitte le métier, face à cet immense savoir dictactique qu'on les medecins. C'est pour cela qu'il se sentent agressés, et deviennent agresseurs.
Le medecin du haut de ces 8 ou 10 ans d'études voire plus, ne peut supporter cette approche.
Ils ont la « tête » farcie d'un savoir, mais ne savent pas le faire évoluer.
La communication est rompue et si à l'avenir, on peut se debarrasser des infirmières on le fera.
Une infirmière n'est pas là pour penser, elle est l'executante du medecin, son petit soldat; Celle qui doit dire oui avec toujours le sourire;
Je ne me retrouve plus dans ce métier, et j'aimerai que l'on puisse en débattre.J'éspere que cet article fera reagir tout les medecins qui doivent se reconnaître dans cette définition.
Cordialement
GRENDA



http://gastonphoebus.unblog.fr

Concours cadre de santé

Vous souhaitez devenir cadre de santé ? Retrouvez toute l'info utile et nos conseils pour bien vous préparer aux concours.

Préparez le concours

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...
Découvrir les formations




Répondre à ce sujet