Aller au contenu


Définition


23 réponses à ce sujet

#1 Mercure

  • Membres
  • 489 messages

Posté 14 mars 2007 - 08:19

Bonsoir, je profite qu'il y a foule ce soir sur le forum.
Je recherche pour une étudiante une définition du terme "soins complexes".
Des idées? :happy:
Mercure.

#2 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 14 mars 2007 - 08:20

Il me faut le contexte... en quoi sont-ils complexes et où ?
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#3 Mercure

  • Membres
  • 489 messages

Posté 14 mars 2007 - 08:22

Salut Charlaine. Dans un contexte de soins pour malades chroniques ou de soins palliatifs...
Mercure.

#4 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 14 mars 2007 - 08:24

Bonsoir Mercure, contente de te revoir :happy:

Elle pense "prendre soin" ou est dans le soin technique pur... ? A moins qu'elle fasse une approche éthique (place du libre arbitre de l'IDE dans le choix du soin, du maintien du soin, du refus du soin...)... Tu as sa situation d'appel ? Cela sera sans doute éclairant.
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#5 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 14 mars 2007 - 08:35

J'essaie de comprendre... sur le site suisse de la http://www.ahvch.ch/fr/Positionen/Pos_HTM/...zierung_F.htm...

il est dit ceci :

Citation

La frontière entre une situation de soins complexe et une situation légère est à notre avis trop difficile en pratique et la marge de manœuvre est beaucoup trop importante. Il y a également un grand manque de transparence envers les personnes concernées, notamment envers les assurés. En outre, il n'est pas possible d'éviter le risque de délimitations arbitraires : lorsqu'il faut d'abord décider si des soins de traitement sont nécessaires et, si ce n'est pas le cas, si la situation de la personne qui a besoin de soins présente une situation de soins simple ou complexe, la marge d'interprétation est beaucoup trop large.
Heu, y a de quoi en perdre son latin dans ces explications... qui n'en sont pas ! :happy:

C'est dans ce cadre administratif là qu'elle tente de définir ?
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#6 Mercure

  • Membres
  • 489 messages

Posté 14 mars 2007 - 08:39

Nous avons fixé des objectifs de stage et l'un d'eux est d'être capable d'identifier les soins complexes utilisés dans notre unité. Difficile de l'aider à différencier un soin dit simple d'un soin complexe. J'imagine bien toutes les nuances que l'on peut faire avec ces termes, cependant je souhaiterais juste connaitre vos représentations à vous, ches collègues. J'ai regardé les synonymes et les réponses sont compliqué, obscur, embrouillé, sibyllin, ténébreux... mais il a aussi délicat et mixte et là, cà me plait un peu plus car celà ouvre d'autres pistes. :happy:
Mercure.

#7 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 14 mars 2007 - 08:44

Une doc un peu complexe (pour le coup !) sur un site canadien... je n'ai vu ce vocable que chez eux et en Suisse (leurs petits frères...).

Ce que j'en ai compris de la définition qu'ils en donne 'enfin, plutôt comment ils le conçoivent, c'est que la prise en charge fut-elle globale, de la personne dépasse celle des soins de l'individu.

Par exemple, en pédiatrie, il est nécessaire, incontournable de prendre en charge les parents, la fratrie en cas de maladie grave de l'enfant... la situation est complexe. Ainsi, on peut concevoir que dans le cas de pathologie chronique (comme en soins palliatif) il faut prendre en compte, voire prendre en charge les aidants naturels pour pouvoir mener à bien le projet de soins...

Qu'en penses-tu ?
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#8 Mercure

  • Membres
  • 489 messages

Posté 14 mars 2007 - 08:46

Je vois que tu es tombée sur un site hélvétique d'assurances et de retraite, il me semblait bien que je reconnaissais le verbiage de "ces gens là" :happy: Merci pour ta recherche Charlaine...tu vas souvent sur des sites suisses? Tu vas skier aussi à Gstaadt? :smile:
Mercure.

#9 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 14 mars 2007 - 08:47

Que nenni... et le chocolat, je le mange français ! bien meilleur !! (Cocoricoooo !!! :happy: ) mais j'aime bien leur accent....
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#10 Mounka

  • Membres
  • 1 032 messages

Posté 14 mars 2007 - 08:58

je n'en avais jamais entendu parler avant ce soir, et voilà ce que j'ai trouvé:

Citation

Selon un rapport publié par l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), les patients, au moment de leur admission aux établissements de soins complexes de longue durée en Ontario, présentent plus de problèmes de santé qu’il y a quatre ans. Les soins complexes de longue durée sont dispensés aux patients qui n’ont pas besoin des soins intensifs fournis dans les hôpitaux de soins de courte durée. Ils ont néanmoins besoin de soins infirmiers et d’autres services de santé continus, souvent à cause de problèmes chroniques.
voici aussi le lien ICI.
perso, je ne suis pas capable de traduire l'anglais mais avis aux amateurs en cliquand sur le titre du deuxième item.
"N'attends pas que les évènements arrivent comme tu le souhaites. Décide de vouloir ce qui arrive... Et tu seras heureux." Epictète

"La pierre n'a point d'autre espoir que d'être pierre mais de collaborer, elle s'assemble et devient temple." A de Saint Exupéry


#11 Mercure

  • Membres
  • 489 messages

Posté 14 mars 2007 - 09:00

Par exemple, en pédiatrie, il est nécessaire, incontournable de prendre en charge les parents, la fratrie en cas de maladie grave de l'enfant... la situation est complexe. Ainsi, on peut concevoir que dans le cas de pathologie chronique (comme en soins palliatif) il faut prendre en compte, voire prendre en charge les aidants naturels pour pouvoir mener à bien le projet de soins...

Qu'en penses-tu ?


C'est pour cette raison que les termes délicat et mixte m'allaient bien. Délicat dans cette fragilité de la relation aux autres, aux familles des patients instables et mixte dans le sens pluridisciplinaire des intervenants.
Mercure.

#12 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 14 mars 2007 - 09:03

Le définition donnée par Mounka donne une notion de dépendance importante et d'isolement social (fréquents chez la population âgée)... ce qui est une autre dimension... mais qui peut s'adapter aussi aux services de soins palliatifs et aux malades chroniques...
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#13 Mounka

  • Membres
  • 1 032 messages

Posté 14 mars 2007 - 09:08

il y a effectivement une notion de chronocité; voici un autre lien,
"N'attends pas que les évènements arrivent comme tu le souhaites. Décide de vouloir ce qui arrive... Et tu seras heureux." Epictète

"La pierre n'a point d'autre espoir que d'être pierre mais de collaborer, elle s'assemble et devient temple." A de Saint Exupéry


#14 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 14 mars 2007 - 09:11

Et si la notion de complexité était dans la concomitance des différentes dimensions du soin dans la prise en charge ? Dans le cas d'une prise en charge d'un patient atteint de diabète, on mène bien de front, le diagnostique et l'équilibration du diabète (curatif) ainsi que l'éducation aux auto-soin (éducatif), comme une information sur les répercussions dans ses habitudes de vie à aménager (préventif secondaire)... des soins autant techniques, relationnels que spirituels...
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#15 Mounka

  • Membres
  • 1 032 messages

Posté 14 mars 2007 - 09:22

dans le modèle Pathos, on parle de soins locaux complexes quand l'infimière passe plus de vingt minutes sur un pansement tous les jours ou tous les deux jours. il s'agit donc ici d'une question de durée et de répétition.
"N'attends pas que les évènements arrivent comme tu le souhaites. Décide de vouloir ce qui arrive... Et tu seras heureux." Epictète

"La pierre n'a point d'autre espoir que d'être pierre mais de collaborer, elle s'assemble et devient temple." A de Saint Exupéry


#16 Mercure

  • Membres
  • 489 messages

Posté 15 mars 2007 - 08:45

Merci pour votre aide et pour vos liens. :happy:
Mercure.

#17 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 18 mars 2007 - 12:34

Tu sais Mercure, lorsque je n'arrive pas à traiter une question, je la prend "à rebrouse poil", à l'envers...
Je m'explique, une toilette est pour moi un soin complexe... c'est "paradoxalement" (en lien avec la représentation qu'on en a souvent) sur ce soin de base que les étudiants rencontrent le plus de difficultés..? De base ne voulant donc pas dire simple...

Mais qu'est-ce qu'un soin simple ? Autant j'ai pu discuter sur un soin complexe, car la complexité fait partie intimement de notre quotidien de soignant... autant un soin simple.... :wacko: j'avoue ne pas pouvoir en citer un... Aurais-je donc une vision complexe du soin ?
La complexité serait-elle celle que je lui attribue, en référence à celle que je rencontre lors de son exécution et non celle qui est de fait ? Ma pensée complexifie et rend donc un objet d'études simple en situation complexe :ninja: La complexité se résumerait-elle en une vue de l'esprit, ce qui explique de prime abord, la difficulté à définir ce soin complexe puisqu'il serait le fruit d'une conceptualisation individuelle...

J'en arriverai presque à l'heure actuelle de ma réflexion sur le sujet, à me dire qu'il n'est de simplicité d'un soin que pour le non initié... pour les administratifs entre autres... L'Orobouros veille... on tourne en rond. :happy: Tel sont souvent les dilemmes lorsqu'on touche au sens (soins ?) de la vie...

Un soin simple, je ne vois qu'un acte technique isolé de son contexte (et donc, pas un soin)... un soin complexe étant le prendre soin...

Je suis hors de la réponse à ta recherche pragmatique sur le sujet... Mais la question mérite réflexion approfondie je pense... (Si vous pensez que j'en suis à attaquer la falaise... merci de me le dire :wacko: )...
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#18 mamounette

  • Membres
  • 25 messages

Posté 18 mars 2007 - 07:41

Que nenni Charlaine ! C'est le surf sur la vague de la réflexion. Je trouve ce sujet passionnant et c'est vrai que de multiples pistes sont à explorer. J'ai presque envie de dire que la notion de complexe peut, pour faire court, rejoindre cette idée : on soigne avec ce que l'on est. Pour ce qui est de donner une définition de soin complexe cela revient à peu près à la même chose. Je suis cadre en USLD et pour moi et l'équipe, soin complexe c'est le soin au patient en prenant en compte son histoire de vie et son entourage. Jusqu'à pas longtemps, on parlait de prise en charge globale (il paraît que "charge" est négatif et qu'il faut dire prise en soins) et c'est là où la situation devient complexe car on travaille dans les différentes dimensions de soins au quotidien et c'est vrai que c'est complexe. :happy:
Conduisez-vous envers les gens comme s'ils étaient ce qu'ils devraient être et vous les aiderez à devenir ce qu'ils sont capables d'être. (Goethe)

#19 mamounette

  • Membres
  • 25 messages

Posté 18 mars 2007 - 07:45

Voir le messageMounka, le Mar 14 2007, 09:22 PM, dit :

dans le modèle Pathos, on parle de soins locaux complexes quand l'infimière passe plus de vingt minutes sur un pansement tous les jours ou tous les deux jours. il s'agit donc ici d'une question de durée et de répétition.

C'est un peu court comme déduction Mounka. Il n'y a pas que la durée du soin et la fréquence qui sont évoqués. Je crois qu'il faut aussi comprendre que le soin est difficile à réaliser de part son site, son stade (aggravation), la douleur, la facilité d'accès, la présence nécessaire de deux soignants, etc.
Conduisez-vous envers les gens comme s'ils étaient ce qu'ils devraient être et vous les aiderez à devenir ce qu'ils sont capables d'être. (Goethe)

#20 bloody3

  • Membres
  • 5 messages

Posté 02 avril 2007 - 06:36

Je rejoinds entièrement Mamounette, le soin complexe tient pour moi compte de la dimension culturelle, emotionnelle, environnementale et économique, si je n'en oublie pas ... d'ou un soin extrêment simple peut devenir vraiment complexe si les représentations ou les valeurs des uns et des autres sont différentes.
Allez donc enseigner à un patient diabétique Croate la necessité de surveiller son diabète et de suivre un régime stricte...par exemple...

#21 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 02 avril 2007 - 06:45

Où se trouve sa complexité ? La barrière de la langue ? Les habitudes culturelles alimentaires ? La situation économique du pays ?

Cela revient à dire ce que j'ai dit plus haut.. tout soin par essence, d'un point de vue infirmier, est complexe puisque c'est un métier de l'humain avant tout... qu'est donc un soin simple ?
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#22 lilili

  • Membres
  • 36 messages

Posté 30 avril 2007 - 04:37

LA systémique, les enfants !!! la systémique résoudra tous vos problèmes. Vous les avez d'ailleurs fort bien explicité. La systémique est la connaissance des parties en connaissant le tout, et non plus que de connaître le tout sans connaître particulièrement les parties. ( c'est pas de moi, mais de Pascal, la philosophe...)
Effectivement que notre monde relève de la systémie, il faut avoir une vision holistique de ce qui nous entoure.
Par là, nous définissons donc ces systèmes comme complexes, car relevant de diverses interactions : l'environnement, le patient, sa maladie, sa famille, le personnel soignant, l'hopital ..... et bien d'autres encore plus subtils.
Raisonnons de manière globale, prenons en compte le tout en faisant attention à chaque partie, mais toujours dans son tout, c'est à dire sans l'isoler .....

Et bien sûr il ne faut pas confondre complexité et compliqué !!! un système complexe est simple, il n'est pas forcément compliqué!!!

j'adoore ces températures estivales, elles doivent me faire bouillir le peu de neurones que je possède et les dendrites s'en mordent les connexions !!!! :blush:

joyeux 1er mai
:unsure:

#23 gobie

  • Membres
  • 688 messages

Posté 01 mai 2007 - 09:20

c'est bien ce que je disais: il faut arrêter de le fumer le muguet :blush: :unsure:
"ne prenez pas la vie trop au sérieux, de toute façon vous n'en sortirez pas vivant"
" rien n'est plus contagieux que l'enthousiasme"

#24 lilili

  • Membres
  • 36 messages

Posté 01 mai 2007 - 09:59

Voir le messagegobie, le May 1 2007, 10:20 AM, dit :

c'est bien ce que je disais: il faut arrêter de le fumer le muguet :blush: :unsure:


oui d'accord, mais je le FUME pas le muguet, je le PRISE :wacko:

Concours cadre de santé

Vous souhaitez devenir cadre de santé ? Retrouvez toute l'info utile et nos conseils pour bien vous préparer aux concours.

Préparez le concours

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...
Découvrir les formations




Répondre à ce sujet