Aller au contenu


Kiné, Réanimation et Décret 2002


8 réponses à ce sujet

#1 Benoit

  • Membres
  • 41 messages

Posté 24 janvier 2007 - 01:38

Bonjour à toutes et tous,
un décret, un jour (no 2002-466 du 5 avril 2002 ), a proclamé...

"Art. D. 712-110. - L'établissement de santé doit être en mesure de faire intervenir en permanence un masseur-kinésithérapeute justifiant d'une expérience attestée en réanimation et doit disposer, en tant que de besoin, d'un psychologue ou d'un psychiatre et de personnel à compétence biomédicale."

Jusqu'à présent, nous étions passé entre les mailles mais cette fois-ci c'est fait, notre chef du personnel nous demande de nous organiser pour avoir un mk joignable 24h/24 pour... bientôt (date à déteminer -ouf).

Euh... et si on a pas de voiture ? C'est quoi une "expérience attestée en réanimation" ? et si on a pas de portable ? En combien de temps faut-il etre présent ? Doit-on récupérer apres un déplacement sur l'hôpital ?

Bref, autant de questions mais peu de réponse ...

Et vous, vous a-t-on fait cette "proposition" ?
Si oui comment avez-vous répondu, et si vous etes dans ce cas, comment vous organisez-vous ?

Merci à tous :glare:

#2 pitch 92

  • Membres
  • 175 messages

Posté 25 janvier 2007 - 05:43

Benoît bonsoir,

Ce décret est un serpent de mer de ce forum...
ici...
ici aussi sur l'urgence
et là...

Il croise les questions d'urgence, de la continuité des soins, mais sa rédaction ambigue et sa recopie en l'état dans le texte de juillet 2005 laisse place à toutes les interprétations...

intervenir en permanence n'indique pas une présence physique, pourrait se comprendre comme une astreinte dont les indemnisations sont codifiées, mais celà doit être compatible avec les statuts des kinésithérapeutes... et validé au moins en CTCE...
Les effectifs MK ne permettent pas en l'état d' appliquer sereinement ce texte... et effectivement nul ne sait définir ce qu'est une expérience attestée en réanimation.

Seul des arrangement locaux, et particulièrement avec les demandeurs, permettent d'organiser des prestations d'une juste mesure dans l'application du texte.
Pierre-Henri Haller
Cadre de Santé Filière Rééducation
Masseur Kinésithérapeute

"Ce n’est pas parce que c’est difficile qu’on n'essaye pas, c’est parce qu’on n'essaye pas que c’est difficile." Sénèque.
"Le devenir est désormais problématisé, et le sera à jamais" Jan Patovcka

#3 Benoit

  • Membres
  • 41 messages

Posté 25 janvier 2007 - 08:42

Et oui, je sais bien, mais je n'ai pas réussi à obtenir de réponse vraiement satisfaisante. Notre tres cher Chef du personel nous propose (mais sans argument autre qu'administratif, application de la loi) le protocole suivant:
le personnel est chez lui, joignable (à organiser), tranches de 4h payées en heures sup 1h, et paiement en heure sup du temps de départ de chez lui à son retour.

Mais aucune argumentation médicale n'a été avancée, rien que l'application du texte.

C'est pourquoi, ayant bien compris les précédents sujets, j'attends qu'il insiste pour pouvoir vérifier pourquoi il nous demande cela...

Mais j'aimerai aussi savoir comment ceci a été vécu ailleurs, si c'est le cas. Et ce qui m'interesse particulièrement ce sont, bien sur, les astreintes de nuit...

A quand les 3-8 ? Ou la grande équipe chez les kinés ? Non là je blague... :glare:

#4 jadaho

  • Membres
  • 321 messages

Posté 26 janvier 2007 - 12:20

vous intervenez bien sur prescription médicale ? Qu'en pense votre chef de service ?

#5 Benoit

  • Membres
  • 41 messages

Posté 26 janvier 2007 - 01:53

Bien sur ! même si parfois... m'enfin..
Pour le Chef de notre service, comme il est chef d'un pôle sans réa, il s'en fou visiblement.

Notre cadre (MK) a rencontré le cadre d'anesthésie (IDE :glare: ) qui va recenser les besoins en kiné la nuit sur 1 mois... affaire à suivre.

#6 pitch 92

  • Membres
  • 175 messages

Posté 30 janvier 2007 - 11:35

la mise en place d'un dispositif de ce type implique nécessairement d'augmenter les ressources humaines, faute de dépasser le nombres d'heures légales même suplémentaires.
Le jeu en vaut-il la chandelle... à condition que les critères d'inclusion des patients nécessitant cette intervention de garde soit extrèmement bien définis... et source de bénéfices finaciers induits pour l'institution : diminution de la DMS, des infections nosocomiales, des complications de décubitus etc...
Mener ce type d'évaluation est extrèment délicat en terme de méthododologie et long en terme de temps... mais donne ensuite à penser des interventions en connaissance de cause... et de conséquences.
Pierre-Henri Haller
Cadre de Santé Filière Rééducation
Masseur Kinésithérapeute

"Ce n’est pas parce que c’est difficile qu’on n'essaye pas, c’est parce qu’on n'essaye pas que c’est difficile." Sénèque.
"Le devenir est désormais problématisé, et le sera à jamais" Jan Patovcka

#7 Benoit

  • Membres
  • 41 messages

Posté 31 janvier 2007 - 09:07

Je ne te le fait pas dire Pitch...

C'est pourquoi je ne me fait pas d'illusions quand à l'avenir extremement hypothétique de cette organisation... Et puis en plus, chez nous, non seulement il manque de monde dans l'équipe de rééd, mais en plus il n'y a que quelques uns qui "apprécient" de travailler en réa... :glare:

#8 catcol

  • Membres
  • 91 messages

Posté 08 février 2007 - 06:32

Bonjour,
il y a le texte de loi....et les capacités de l'établissement à y répondre!Ou bien on met à disposition l'effectif suffisant(le nombre d'heures d'astreintes étant limitées par agent et par mois il me semble)et il n'y a pas assez de MK sur le marché; ou bien il faut faire un état des lieux des besoins: "combien d'extubations et de kiné respi nécessaire en dehors de la présence habituelle des MK".Ayant fait ma petite enquête perso lorsque je remplaçais en réa, il n'y a pas d'extubations volontaires en pleine nuit ou bien elles sont accidentelles; soit ils réintubent, soit le patient est ventilé non invasivement et aspiré si nécessaire jusqu'à la venue du MK le lendemain matin.Cele représente combien de cas par an?
Dans mon établissement(1800 patients), il y a un MK qui travaille de 12h à 19h(choix perso) ce qui couvre largement les besoins. Et il y a une garde le week-end jusqu'à 18h.
Si on nous accorde 5 postes de plus, nous sommes prëts à revoir le problème car les astreintes et si appel , le temps de travail effectif génèrent des récups; alors vaut-il mieux avoir des MK en semaine qui assurent tout ou bien, assurer ces exigences et manquer de MK pour le travail habituel? Bref! faut-il déshabiller Pierre(beaucoup) pour habiller Paul?
Bon courage
Catherine ARON
Cadre filière rééducation
Masseur -kinésithérapeute

#9 pitch 92

  • Membres
  • 175 messages

Posté 08 février 2007 - 06:44

Catherine,

Analyse de terrain pertinente, précise et à laquelle j'adhère tout à fait.
Les hôpitaux se ressemblent... le métier MK salarié est démographiquement et statutairement sensible... ce qui reviens à revoir l'applicabilité du texte, en effet.
Pierre-Henri Haller
Cadre de Santé Filière Rééducation
Masseur Kinésithérapeute

"Ce n’est pas parce que c’est difficile qu’on n'essaye pas, c’est parce qu’on n'essaye pas que c’est difficile." Sénèque.
"Le devenir est désormais problématisé, et le sera à jamais" Jan Patovcka

Concours cadre de santé

Vous souhaitez devenir cadre de santé ? Retrouvez toute l'info utile et nos conseils pour bien vous préparer aux concours.

Préparez le concours

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...
Découvrir les formations




Répondre à ce sujet