Cadres de santé

Aller au contenu


formation iatrogénie et erreur médicamenteuses


4 réponses à ce sujet

#1 hmullot

  • Membres
  • 2 messages

Posté 18 janvier 2007 - 10:48

Bonjour,

Nous allons organiser au sein de notre établissement une formation destinée aux infirmiers relative à l'iatrogénie et l'erreur médicamenteuses.

Pouvez-vous me dire si ces 2 sujets sont abordés au cours des études en IFSI (les arrêtés relatifs aux programmes en IFSI ne sont pas très détaillés). Le cas échéant, quel est le programme et le volume horaire consacré à ces 2 thèmes?

Sinon, avez-vous connaissance de formations "locales" sur ces sujets?

Je vous remercie par avance pour vos réponses.

Hélène Mullot
Pharmacien
Hôpital Percy

#2 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 18 janvier 2007 - 09:48

Bonjour hmullot et bienvenue sur cadredesante.com :glare:

Les problèmes liés aux effets iatrogènes des traitements sont enseignés puisque nous devons savoir les dépister en tant qu'IDE, cela fait partie de notre responsabilité.

Les conduites à tenir et les précautions qui y sont liées pour l'administration des traitements (prise de pouls pour un digitalique par exemple...) font partie intégrante des cours médicaux et repris lors des études de cas concrets nombreux dans le cursus et sont aussi exigés lors des évaluations normatives en stage et dans les devoirs écrits (faisant l'objet d'une note).
le volume horaire est de ce fait très difficile à définir précisément.

On ne pourrait vraiment vous donner que celui qui concerne les généralités (les anticoagulants, les anti-inflammatoires, les antibiotiques...) prévus dans le module transversal Anat, Physio et pharmacologie.
Les spécificités selon les disciplines médicales sont vus dans chaque module concerné (cardio, pneumo, cancéro, pédiatrie, gynéco...) et peuvent être traités éventuellement à part.

L'erreur médicamenteuse, nous communiquons les produits antagonistes lorsque nous les connaissons, mais pas mal de cours sont faits par des professionnels de la pharmacie (hospitalière ou officine de ville) . Nous préférons souvent les préparateurs en pharmacie car leur apports sont moins complexes pour les étudiants que ceux des docteurs en pharmacie.


L'erreur, nous travaillons surtout plus à l'éviter qu'à la traiter, si ce n'est : reconnaissance de l'erreur, information rapide au médecin pour mettre en oeuvre les actions pour tenter d'en limiter les conséquences.
Les calculs de dose est notre préoccupation majeure bien sûr et nous avons dernièrement sollicité les responsables des stage pour valider un document de contrôle de ce savoir faire en stage, en plus de ceux pratiqués à l'IFSI. Il est pour nous inconcevable que cette compétence ne soit pas acquise pour se présenter au diplôme d'Etat.

Cela répond-t-il à vos questions ? Que voulez vous savoir de plus ?
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

#3 hmullot

  • Membres
  • 2 messages

Posté 22 janvier 2007 - 11:38

Voir le messageCharlaine, le Jan 18 2007, 09:48 PM, dit :

Bonjour hmullot et bienvenue sur cadredesante.com :smile:

Les problèmes liés aux effets iatrogènes des traitements sont enseignés puisque nous devons savoir les dépister en tant qu'IDE, cela fait partie de notre responsabilité.

Les conduites à tenir et les précautions qui y sont liées pour l'administration des traitements (prise de pouls pour un digitalique par exemple...) font partie intégrante des cours médicaux et repris lors des études de cas concrets nombreux dans le cursus et sont aussi exigés lors des évaluations normatives en stage et dans les devoirs écrits (faisant l'objet d'une note).
le volume horaire est de ce fait très difficile à définir précisément.

On ne pourrait vraiment vous donner que celui qui concerne les généralités (les anticoagulants, les anti-inflammatoires, les antibiotiques...) prévus dans le module transversal Anat, Physio et pharmacologie.
Les spécificités selon les disciplines médicales sont vus dans chaque module concerné (cardio, pneumo, cancéro, pédiatrie, gynéco...) et peuvent être traités éventuellement à part.

L'erreur médicamenteuse, nous communiquons les produits antagonistes lorsque nous les connaissons, mais pas mal de cours sont faits par des professionnels de la pharmacie (hospitalière ou officine de ville) . Nous préférons souvent les préparateurs en pharmacie car leur apports sont moins complexes pour les étudiants que ceux des docteurs en pharmacie.
L'erreur, nous travaillons surtout plus à l'éviter qu'à la traiter, si ce n'est : reconnaissance de l'erreur, information rapide au médecin pour mettre en oeuvre les actions pour tenter d'en limiter les conséquences.
Les calculs de dose est notre préoccupation majeure bien sûr et nous avons dernièrement sollicité les responsables des stage pour valider un document de contrôle de ce savoir faire en stage, en plus de ceux pratiqués à l'IFSI. Il est pour nous inconcevable que cette compétence ne soit pas acquise pour se présenter au diplôme d'Etat.

Cela répond-t-il à vos questions ? Que voulez vous savoir de plus ?

Bonjour Charlaine,

Tout d'abord merci pour votre réponse très détaillée. Les échanges sont toujours fructueux.

Effectivement le risque iatrogène est abordé à l'occasion de l'enseignement de chaque classe médicamenteuse au sein des différents modules abordés en IFSI et c'est tout à fait indispensable.

Ma question était plutôt de savoir si il existe en plus un cours qui parle de iatrogénie au sens large et transversal du terme (Par exemple :
En france, l'iatrogénie est responsable de x% d'hospitalisations,
Dans l'iatrogénie, il y a une part inévitable (les effets indésirables des médicaments) et une part évitable (les erreurs).
Quel % d'erreur retrouve t'on à chaque étape du circuit du médicament....).
Quelles sont les mesures qui permettent de lutter contre l'iatrogénie (dispensation nominative, préparation centralisée des anticancéreux, conditionnement des médicaux, informatisation des prescriptions....)
La formation dans notre hôpital va d'ailleurs se faire dans ce sens là.

Je profite de ce mail pour vous demander si il existe un texte rendant obligatoire la formation continue pour les infirmiers (comme c'est maintenant le cas pour les médecins et pharmaciens par exemple). Si oui, je suis intéressée par sa référence exacte. Dans le code de la santé publique, je n'ai rien vu.

Par avance, merci .

H.Mullot

#4 Mounka

  • Membres
  • 1 032 messages

Posté 22 janvier 2007 - 12:15

Voir le messagehmullot, le Jan 22 2007, 11:38 AM, dit :

Je profite de ce mail pour vous demander si il existe un texte rendant obligatoire la formation continue pour les infirmiers (comme c'est maintenant le cas pour les médecins et pharmaciens par exemple). Si oui, je suis intéressée par sa référence exacte. Dans le code de la santé publique, je n'ai rien vu.
H.Mullot
voici ce qui est dit dans le code de la santé publique , je cite:
" Article R. 4312-10
Pour garantir la qualité des soins qu'il dispense et la sécurité du patient, l'infirmier ou l'infirmière a le devoir d'actualiser et de perfectionner ses connaissances professionnelles.Il a également le devoir de ne pas utiliser des techniques nouvelles de soins infirmiers qui feraient courir au patient un risque injustifié."

vous pouvez trouver ceci plus précisement ICI
bonne lecture.
"N'attends pas que les évènements arrivent comme tu le souhaites. Décide de vouloir ce qui arrive... Et tu seras heureux." Epictète

"La pierre n'a point d'autre espoir que d'être pierre mais de collaborer, elle s'assemble et devient temple." A de Saint Exupéry


#5 Charlaine

  • Membres
  • 15 243 messages

Posté 22 janvier 2007 - 06:35

Cette obligation de tenir à jour ses connaissances existe au moins depuis 1978 pour nous (dans les textes législatifs... plus tôt, je ne sais pas à vrai dire).

Concernant le cour spécifique à la iatrogénie, dans les deux IFSI où j'ai exercé, aucun des deux ne le prévoyait, trop spécifique pour nous, à la pharmacie (à tord ??)... par contre une approche de la pharmacovigilance, au même titre que la infectiovigilance, la matériovigilance... et les principes de bases sur la notion de risque (prévention, démarche, signalements...).
Une approche est faite sur la dispensation et l'administration des médicaments mais dans le module législation dans le cadre de l'organisation des services d'un établissement de soins, en première année (Y compris selon le type de médicaments administrés -> listes).

Qu'en est-il de mes collègues formateurs ?
Charlaine Durand
Cadre de santé infirmier
Formatrice en IFSI

"Pour que le mal triomphe... il suffit que les hommes de bien ne fassent rien" Edmund Burke, Homme d"état et philosophe irlandais.

Concours cadre de santé

Vous souhaitez devenir cadre de santé ? Retrouvez toute l'info utile et nos conseils pour bien vous préparer aux concours.

Préparez le concours

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...
Découvrir les formations




Répondre à ce sujet