Campagnes de vaccination : les infirmiers réaffirment leur engagement

vendredi 13 janvier 2017, par Bruno Benque

L’Ordre National des Infirmiers (ONI) réitère sa demande, dans un communiqué, de faire participer les infirmiers aux campagnes globales de vaccination. Dans un contexte d’épidémie de grippe très virulente, se pose également la question de la vaccination des soignants, qui n’ont pas obligation à se faire eux-mêmes vacciner, sauf dans certains cas.

Alors que l’épidémie de grippe remplit les hôpitaux, la question de la vaccination des patients fragiles, ainsi que des soignants revient sur le devant de la scène.

Un bilan probablement lourd cette année

Le virus qui se répand cet hiver est très virulent et a déjà provoqué plusieurs décès, ce qui laisse présager une hécatombe d’ici à ce que l’épidémie soit enrayée. En France, chaque année, la grippe touche en moyenne 2,5 millions de personnes et tue entre 3 000 et 8 000 personnes. Ces chiffres devraient être dépassés cette année. Cela a conduit la Ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, à déclarer que le bilan de la grippe « sera probablement lourd ». Elle a appelé les établissements et les Agences régionales de santé à s’assurer du nombre suffisant de lits disponibles pour accueillir les malades qui doivent être hospitalisés. Pour cela, la Ministre a demandé aux établissements de déprogrammer, dans la mesure du possible, certaines opérations.

L’Ordre National des Infirmiers monte au créneau

Cet épisode donne l’occasion à la représentation infirmière de réitérer ses ambitions sur le champ de la vaccination. On sait que les infirmiers souhaitent bénéficier d’un glissement de tâches pour pouvoir, en complément des médecins et des pharmaciens, faire partie des acteurs de la primo-vaccination à grande échelle. L’Ordre National des Infirmiers (ONI) a publié, ce 13 janvier 2017, un communiqué rappelant cette demande. Il remarque en substance que « lors de la campagne 2015-2016, seulement 48% des assurés à risque se sont fait vacciner » et que « l’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise une couverture de 75%. Le communiqué de l’ONI rappelle que, depuis 2008, les infirmiers vaccinent sans prescription médicale préalable les personnes âgées de plus de 65 ans et atteintes de certaines pathologies chroniques, » Mais leur champ d’action est, de fait, limité à 1 million de personnes.

L’exemple des sages-femmes mis en avant

Il demande donc la possibilité d’« élargir ce rôle à une population plus large, et prioritairement l’entourage des personnes fragiles ». Et prend exemple des sages-femmes qui ont vu très récemment leur rôle élargi, pour arguer que les infirmiers possèdent les compétences requises pour participer activement aux campagnes de vaccination. Il remarque que « malgré les demandes répétées de l’Ordre national des infirmiers, aucune mesure concrète n’a encore été prise pour saisir cette opportunité d’élargissement de la couverture vaccinale. »

Pas d’obligation de vaccination pour les soignants

Le communiqué nous emmène ensuite sur le terrain des professionnels de santé. Pour eux, la vaccination n’est obligatoire que dans certains cas, bien qu’elle soit recommandée par la l’Académie nationale de médecine comme par la Concertation citoyenne sur la vaccination. Didier Borniche, le Président de l’ONI, rappelle dans ledit communiqué « qu’un avis récent du Haut conseil de Santé publique préconise l’obligation vaccinale des professionnels de santé dans certains cas et invite donc à mener une réflexion sur cette question : Rendre obligatoire la vaccination des soignants peut se justifier à la fois pour les protéger, en raison des contacts possibles avec des patients susceptibles d’être porteurs de germes, en particulier dans les établissements de santé, mais également pour protéger les patients d’une contamination soignant-soigné... La vaccination des soignants est susceptible de réduire la mortalité et la morbidité des personnes âgées dans les services de long séjour... »

Reste qu’une majorité de soignants, par principe ou par méfiance vis à vis des produits inoculés lors de ces vaccinations, n’est pas très motivée, ou refuse catégoriquement de s’adonner à cette pratique. Espérons que les recommandations ne se transformeront pas en obligation...

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus