La profession d’orthophoniste

lundi 21 juin 2004, par Pascal Becker

Mis à jour le 2 avril 2010 avec la publication au J.O n° 78 de l’Arrêté du 30 mars 2010 fixant les modalités d’organisation de l’épreuve d’aptitude et du stage d’adaptation pour l’exercice en France des professions de psychomotricien, orthophoniste, orthoptiste, audioprothésiste, opticien-lunetier par des ressortissants des Etats membres de l’Union européenne ou parties à l’accord sur l’Espace économique européen


L'orthophoniste prévient et prend en charge, sur prescription médicale, les troubles de la communication écrite et orale. Il est amené, à ce titre à s'occuper des malentendants auxquels il apprend à lire et à parler sur les lèvres, d'enfants souffrant de retards d'expression ou de troubles comme le bégaiement ou des troubles de la déglutition, ayant des difficultés d'apprentissage de la lecture, de l'orthographe, de l'écriture ou du langage mathématique ou bien participer à la prise en charge des troubles associés à certains handicaps : infirmité motrice cérébrale, trisomie 21...


Il soigne également des adultes ayant des troubles de la voix (chanteurs, professeurs...) ou privés de leurs facultés d'expression ou de compréhension (surdité, accidents cérébraux). Le vieillissement de la population le conduit à s'occuper des pathologies du langage chez la personne âgée. Il dresse un bilan, qui aide à l'établissement du diagnostic médical et il trace le plan d'une rééducation éventuelle. Le travail de rééducation fait souvent appel à des activités très ludiques parfois inventées par l'orthophoniste lui-même.


La qualité de la relation instaurée avec le patient est une condition essentielle de la réussite de toute intervention orthophonique


 A l'heure actuelle, 14635 orthophonistes exercent en France, dont plus de 95% de femmes. L'orthophoniste exerce à titre libéral en cabinet privé la plupart du temps (dans près de 80 % des cas). Outre l'activité proprement dite de rééducation, il doit alors assurer un certain nombre de tâches de gestion administratives et comptables.


L'orthophoniste peut également exercer son activité à titre salarié, dans les services hospitaliers (services de pédiatrie, de neurologie, de psychiatrie) ou dans des centres spécialisés (centres médico-psychopédagogiques, centres d'accueil de personnes handicapées).


Certains orthophonistes ont une activité mixte (temps partiel salarié associé à une activité en cabinet libéral). Dans tous les cas, l'orthophoniste ne peut intervenir que sur prescription d'un médecin indiquant la nature du traitement et le nombre de séances nécessaires. Ces séances donnent lieu à remboursement par la sécurité sociale, après accord de la caisse d'assurance maladie.


C'est une profession en constante évolution : l'orthophoniste doit se tenir au courant des progrès techniques effectués en ce domaine. Pour que l'enfant ou l'adulte traité puisse s'approprier le langage, retrouver la parole ou améliorer sa voix, l'orthophoniste met en œuvre différentes techniques de rééducation. Il doit ainsi utiliser des connaissances issues de nombreuses disciplines : linguistique, neurologie, psychologie, phonétique... Il doit avoir une élocution et une orthographe parfaites, ainsi que de grandes qualités relationnelles. Il est très important d'être patient car les progrès sont souvent lents.

Etudes préparant au diplôme


L'orthophoniste est titulaire d'un Certificat de capacité qui sanctionne une formation de trois années d'études post-secondaires, étalée dans les faits sur quatre ans, compte tenu des conditions de présentation du mémoire de fin d'études. Le Certificat se prépare dans des centres de formation dépendant des Unités de formation et de recherche de médecine (UFR).


Le concours d'entrée est très sélectif. Les candidats sont soumis à des épreuves comprenant une évaluation des aptitudes sensorielles, motrices et psychiques (examens médicaux, tests audiométriques, optiques...), une évaluation des capacités de communication écrite (orthographe, syntaxe...) une évaluation des capacités de communication orale (aptitude à adapter son langage à la personne à qui l'on s'adresse, à transformer des phrases complexes en phrases simples...). Un entretien avec un jury est également organisé. D'une manière générale, une parfaite maîtrise de la langue française est demandée.


La formation est ouverte - aux titulaires du baccalauréat ou d'un titre admis en équivalence, ou d'une attestation de succès à un examen spécial d'entrée à l'Université, ou d'un diplôme d'accès aux études universitaires - aux candidats ayant satisfait à un examen préalable consistant en une évaluation qualitative et quantitative des aptitudes sensorielles, motrices et psychiques (examen médical), ainsi qu'une évaluation des structures de la communication écrite et orale. Elle comprend au minimum 2840 heures dont 1640 heures d'enseignement théorique et 1200 heures d'enseignement clinique.


- L'enseignement théorique comprend différents modules (étude des troubles traités, principes et techniques de rééducation, science du langage, psychiatrie, organisation du système scolaire). Ces modules donnent lieu à validation, soit de manière continue, soit par des examens terminaux, soit par ces deux modes combinés.


- La formation pratique se déroule sous forme de stages cliniques. Les stages sont obligatoires et diversifiés, mis en place dès la première année de formation dans les centres d'hospitalisation, dispensaires, centres de rééducation scolaires et spécialisés, auprès d'un orthophoniste en cabinet libéral. Les stages occupent plus de 40 % du temps total de formation. Les stages font l'objet d'un contrôle et des jurys prononcent leur validation. - 1ère année : stages d'initiation, de pédagogie et d'audiologie - 2ème année : stages d'information (O.R.L., neurologie, psychiatrie) et stages dirigés (le stagiaire assiste à des rééducations) - 3ème et 4ème années : stages pré-professionnels permettant la pratique de rééducation sous contrôle des maîtres de stages La validation des stages est exigée pour la présentation aux examens. - Les étudiants doivent présenter un mémoire individuel ou collectif, au plus tard à la fin de l'année universitaire suivant la dernière année d'étude du candidat. Des dispenses partielles de scolarité, de stages et d'épreuves peuvent être accordées au titre de la validation des études et des expériences professionnelles, en particulier aux détenteurs de différents diplômes d'enseignement aux enfants déficients auditifs ou dyslexiques.

Poursuivre une formation après le diplôme


Le certificat d'aptitude d'orthophoniste permet l'accès direct en licence de sciences de l'éducation, de sciences sanitaires et sociales ou de sciences du langage. D'autre part, il existe des Diplômes Universitaires qui permettent aux titulaires du Certificat de capacité de compléter leur formation initiale.

Carrière


Un nouveau décret d'actes paru en mai 2002 élargit le domaine de compétence des orthophonistes dans la mesure où ils peuvent participer à l'organisation d'actions d'éducation sanitaire ou de dépistage et mener des actions de formation et de recherche. Il permet le développement du travail en réseau, l'échange d'informations et conforte le rôle et la place des orthophonistes dans la mise en œuvre du plan gouvernemental de lutte contre les troubles spécifiques du langage. Le taux de chômage chez les orthophonistes est de l'ordre de 1%. Les orthophonistes exercent, pour la plupart, en libéral (pour presque 80% d'entre eux). A ce titre, ils travaillent principalement en cabinet individuel, en cabinet de groupe ou au domicile du patient. Les autres sont salariés : ils exercent alors, soit dans le secteur public (services hospitaliers de pédiatrie, neurologie, ORL ou de rééducation fonctionnelle), soit dans le secteur privé dans des centres spécialisées ( instituts médico-psychopédagogiques...).


Plus d'informations (liste des établissements préparant au certificat, carrière dans la foction publique hospitalière, grades, rémunérations, associations...) : site du ministère

Renseignements complémentaires


Fédération nationale des orthophonistes - 2 rue des deux Gares, 75010 Paris Tel : 01 40 35 63 75 Fédération des orthophonistes de France - 61. 65, rue Dutot, 75015 PARIS - 14, avenue Georges Clemenceau - 93359 Le Bourget tel : 01 48 38 03 84 Ministère de l'Education Nationale, Direction de l'enseignement supérieur

Principaux textes législatifs spécifiques


Arrêté du 25.4.1997 modifiant l'arrêté du 16.5.1986 relatif aux études en vue du Certificat de Capacité d'Orthophoniste - Texte intégral sur Legifrance


Ordonnance no 2001-199 du 1er mars 2001 relative à la transposition des directives 89/48/CEE du Conseil du 21 décembre 1988 et 92/51/CEE du Conseil du 18 juin 1992 prévoyant un système général de reconnaissance des diplômes d'enseignement supérieur et des formations professionnelles, publié au J.O n° ; 53 du 3 mars 2001 - Texte intégral sur Legifrance


Décret n° ; 2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux parties IV et V (dispositions réglementaires) du code de la santé publique et modifiant certaines dispositions de ce code - Texte intégral sur Legifrance


Décret n° ; 2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux parties IV et V (dispositions réglementaires) du code de la santé publique et modifiant certaines dispositions de ce code (annexes) - Texte intégral sur Legifrance


Circulaire DHOS/P 2 no 2005-225 du 12 mai 2005 relative aux conditions d'exercice des professions de santé et aux sanctions pénales applicables pour l'exercice illégal et l'usurpation de titre - Texte intégral sur Sante.gouv.fr


Ordonnance n° ; 2005-1040 du 26 août 2005 relative à l'organisation de certaines professions de santé et à la répression de l'usurpation de titres et de l'exercice illégal de ces professions, publiée au J.O n° ; 199 du 27 août 2005 - Texte intégral sur Legifrance


LOI n° ; 2007-127 du 30 janvier 2007 ratifiant l'ordonnance n° ; 2005-1040 du 26 août 2005 relative à l'organisation de certaines professions de santé et à la répression de l'usurpation de titres et de l'exercice illégal de ces professions et modifiant le code de la santé publique (1) (Titre résultant de la décision du Conseil constitutionnel n° ; 2007-546 DC du 25 janvier 2007), publiée au J.O n° ; 27 du 1 février 2007 - Texte intégral sur Legifrance


Arrêté du 25 février 2010 fixant la composition du dossier à fournir aux commissions d'autorisation d'exercice compétentes pour l'examen des demandes présentées en vue de l'exercice en France des professions de psychomotricien, orthophoniste, orthoptiste, audioprothésiste et opticien-lunetier, publié au J.O. n° ;54 du 5 mars 2010 - Texte intégral sur Legifrance


Décret n° ; 2010-334 du 26 mars 2010 relatif à la reconnaissance des qualifications professionnelles requises des ressortissants des Etats membres de l'Union européenne ou des autres Etats parties à l'accord sur l'Espace économique européen pour l'exercice des professions médicales, pharmaceutiques et paramédicales et à la formation des aides-soignants, auxiliaires de puériculture et ambulanciers, publié au J.O. n° ;74 du 28 mars - Texte intégral sur Legifrance

Arrêté du 30 mars 2010 fixant les modalités d’organisation de l’épreuve d’aptitude et du stage d’adaptation pour l’exercice en France des professions de psychomotricien, orthophoniste, orthoptiste, audioprothésiste, opticien-lunetier par des ressortissants des Etats membres de l’Union européenne ou parties à l’accord sur l’Espace économique européen, publié au J.O. n°78 du 2 avril 2010
- Texte intégral sur Legifrance


Les sites à visiter
- [Réseau Orthophonie France->http://www.orthophonistes.fr/index.php?Menu=1]

N’hésitez surtout pas à nous proposer toute référence complémentaire, ou à nous faire part de toute remarque utile à la pertinence de cet aticle. Pour cela rendez-vous sur le forum en cliquant [ICI->http://www.cadredesante.com/phpbb/viewtopic.php?p=37524#37524]


Partager cet article

Réussissez votre concours cadre de sante !

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Cadres de santé, trouvez votre poste en quelques clics !

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus