De la capacité à la compétence : créer les conditions favorables à l’accompagnement des nouveaux étudiants

jeudi 2 juin 2011, par Charlaine Durand

Accompagner la construction d’une compétence chez un étudiant, c’est d’abord connaître les compétences nécessaire à l’activité qu’il réalise

Il s’agit donc moins d’évaluer un produit fini (par le biais d’une MSP) que d’évaluer une évolution dans l’acquisition des compétences. Puisque nous ne cessons de répéter que pour la réalisation d’une activité donnée, plusieurs d’entre elles vont être sollicitées, nous nous proposons de développer ce postulat. Ceci nous aidera par ailleurs à déjouer les difficultés présentées par les nouveaux textes de la formation infirmière.

Si la compétence se définit par « la capacité à mobiliser un ensemble de ressources (savoirs, savoirs faire, stratégies et savoirs être) en vue de résoudre des problèmes d’une même famille, il convient de s’assurer que la situation dans laquelle un élève est placé pour démontrer telle ou telle compétence l’incite à cette mobilisation » [1]. Ceci tout en gardant bien sûr à l’esprit le niveau d’études de l’étudiant. A ce titre, même la compétence 3 réputée devoir être validée à l’issue de la première année, présente encore des apprentissages de niveau supplémentaire. S’il est convenable d’attendre d’un étudiant de fin de première année la réalisation d’une toilette simple quelles qu’en soient les variables, celle d’un patient techniqué [2] en réanimation relève bien d’une compétence infirmière (surveillance, vérification et rétablissement des dispositifs médicaux dont le patient est porteur). Si le métier d’aide soignant se situe dans le rôle propre de l’infirmière, pour autant, la totalité de ce dernier ne peut être être confié aux aides-soignants. La notion de niveau se pose donc aussi pour les soins de bien-être et de confort « réputés » du niveau aide-soignant.

Il faut que la situation d’apprentissage soit donc valide. Mais comment le savoir ?
Réaliser des repérages de ce qui va pouvoir être formateur pour l’étudiant dans ces situations est un travail incontournable que devra réaliser toute équipe qui reçoit des étudiants en soins infirmiers. Certains documents annexés dans le nouvel arrêté relatif au diplôme d’état peuvent être des outils qui permettent de réaliser ce travail.

Utilité des annexes de l’arrêté relatif au diplôme d’état pour l’identification des compétences utiles en situation

L’arrêté relatif au diplôme d’état infirmier possède deux annexes extrêmement utiles à l’identification des compétences que l’étudiant peut développer en stage :
- Annexe 1 : Référentiel d’activités
- Annexe 2 : Référentiel de compétences

Chaque maître de stage doit avoir à sa disposition au moins cet arrêté ainsi que les 2 annexes sus citées à sa disposition pour construire son projet d’encadrement. Chaque tuteur devrait lui, avoir la possibilité de les consulter pour l’aider dans ses évaluations.

1. Le référentiel d’activités
Afin de déterminer les compétences spécifiques à la profession d’infirmière, il a d’abord été recensé les activités que ces professionnels réalisaient. [3]. Car cette profession riche d’autant de modes d’exercice professionnel, présente une véritable polyvalence générique.
Générique, car il faut se rappeler qu’une compétence non exercée décline lentement jusqu’à sa disparition. Une compétence est vivante et requière un entretien constant [4].
Ce document est utile pour recenser les activités réalisées par les infirmières en poste dans une unité fonctionnelle donnée, dans le cadre de l’identification des compétences que le stage peut permettre de développer chez un étudiant en soins infirmiers.

Tous les stages ne peuvent contribuer à développer la totalité des compétences. Chaque lieu a sa spécificité, ses activités et ses ressources et propose certains apprentissages qui seront spécifiques. Il peut se limiter à quelques unes seulement des 10 compétences que requièrent les activités professionnelles de la profession infirmière.
Il est donc nécessaire de procéder au recensement de ces activités et de se positionner sur les compétences que les professionnels en place se proposent de travailler avec les étudiants (selon les ressources présentées par les activités réalisées mais aussi en fonction des compétences des professionnels présents).

Ces activités et ressources étant amenées à évoluer (suite à un changement important dans les membres de l’équipe, à une évolution significative de l’activité de l’unité fonctionnelle ou du matériel ou encore des pratiques professionnelles...) les choix retenus par l’équipe doivent être régulièrement réévalués.

2. Le référentiel de compétences
Une fois que les activités infirmières réalisées dans l’unité de stage sont recensées , chacune d’elles sera analysée en fonction des missions qui sont confiées au professionnel infirmier, dans le cadre de l’autonomie qui lui est laissée (profil de poste) et des ressources dont il dispose (institutionnelles, matérielles, humaines...), pour déterminer les compétences nécessaires à leur mise en œuvre.

Au nombre de 10, aucune compétence ne peut être exercée seule dans une activité de soin. Elles coexistent généralement et demandent pour cela leur identification claire dans l’esprit du professionnel pour pouvoir les évaluer en situation d’observation.
Avant de procéder à l’évaluation de l’étudiant réalisant une activité, le professionnel doit avoir identifié les compétences nécessaires à sa réalisation.

Une compétence est le résultat d’une construction progressive d’apprentissages, par paliers, de combinaisons de savoirs, savoir faire et savoir être en situation. Il est donc normal que cela nécessite du temps et plusieurs stages différents pour la développer.

Ce travail peut figurer en synthèse dans le livret d’accueil proposé à l’étudiant à son arrivée pour lui permettre de réajuster ses objectifs personnels d’apprentissages ou d’en formuler de nouveaux au vue des ressources particulières proposées par le stage.

Ces objectifs peuvent être définis par avance par le lieu de stage et être proposés par le tuteur à tous les stagiaires, en tenant compte toujours du niveau de formation [5] pour l’évaluation de l’acquisition des compétences par l’étudiant en stage.
Le référent de stage de l’IFSI peut accompagner les professionnels de terrain dans cette tâche de recensement et d’identification.

En Résumé

La nouveauté du programme n’est pas seulement dans le découpage différent des contenus, ni dans les modifications de certaines évaluations ou dans l’organisation d’une véritable alternance qui se veut beaucoup plus intégrative que par le passé. L’entrée par les compétences nécessite de concevoir de nouveaux repères de l’évaluation de la progression des apprentissages chez les étudiants et favorise la démarche analytique de l’étudiant et donc des évaluateurs à tous les niveaux.
Le paradigme « former » a profondément évolué avec ce programme centré sur les compétences et celui de l’évaluation doit muter dans le même sens si l’on veut rester cohérent.
L’accompagnement de l’étudiant se fait au plus proche et l’évaluation est plus précise puisqu’elle doit rendre compte des étapes d’acquisition des compétences que l’étudiant doit présenter en fin de formation.

Ces évaluations doivent émailler le stage et non plus se présenter comme une prestation unique qui portait sanction à l’issue de celle-ci. Le fait d’évaluer une compétence comporte ici une dimension éminemment formative que n’avaient pas les MSP normatives.

Chaque lieu de stage devra donc dans un premier temps lister les activités qui composent pour lui la prise en charge d’une personne. Puis identifier pour chacune d’elles, les compétences nécessaires à leur réalisation. Ainsi lors de accompagnement de l’étudiant dans ses acquisitions, le professionnel connait celles qui seront mises en œuvre dans l’activité réalisée par l’étudiant. Et l’évaluateur sait aussi celles qu’il peut évaluer dans la situation observée, ce qui facilitera les évaluations.

Ce travail d’analyse sur les activités de l’unité fonctionnelle servira par ailleurs à construire le document de qualification du stage pour l’accueil des étudiants en soins infirmiers, car il identifiera le lieu quant à l’acquisition de certaines compétences pour l’étudiant en stage pour les IFSI. Ce qui permettra par ailleurs au formateur chargé du suivi pédagogique de pouvoir proposer un lieu de stage qui répondent aux besoins de formation de l’étudiant, en connaissance des ressources réellement disponibles.

Ce travail sur les activités d’un service et des compétences nécessaires pour les mener à bien, est aussi utile au management d’une équipe de soignants menée dans la logique d’une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

Mise à jour du 22 juillet 2011


BIBLIOGRAPHIE

- DURAND (C) « De novice à expert : le processus de professionnalisation » (Première et seconde partie) Février 2005 cadredesante.com
- DURAND (C) « De la capacité à la compétence : un apprentissage par étapes et dans l’alternance. » Mai 2010 Cadredesante.com
- LE BOTERF (G),« Repenser la compétence », Editions d’Organisation, 2008
- GRANJEAN (H), MIENVILLE (P), SCHNEIDERMANN (B), « Optimiser la qualité de service dans les organismes de formation », AFNOR 2001
- LEPLAT (J). « Repères pour l’analyse de l’activité en ergonomie », Collection Le travail humain, PUF Paris, 2008
- PERRENOUD (Ph). « Mobiliser les savoirs », Les Cahiers pédagogiques, no 408, novembre 2002, p. 39-40.
- PERRENOUD (Ph) « Construire un référentiel de compétences pour guider une formation professionnelle » [ en ligne ]. 2001 Disponible sur http://www.unige.ch/fapse/SSE/teach... (captation en 2003)
- ROEGIERS (X) « Une pédagogie de l’intégration, Compétences et intégration des acquis dans l’enseignement. » De Boeck université, Bruxelles, 2000
- ROYER (D) « Essai de définition des domaines généraux de formation, concepts et réseaux conceptuels », Revue de la littérature, Commission des programmes d’études, Québec, 2003 http://www.ccpe.gouv.qc.ca/pdf/Essai_domgenform.pdf [en ligne - captation février 2010]
- SCALLON (G) « L’évaluation des apprentissages dans une approche par compétences », Pédagogies en développement, De Boeck, 2004
- TARDIF (J) « Le transfert des apprentissages », Editions logiques, Montréal 1999
- ZARIFIAN, Philippe, « Le modèle de la compétence. Trajectoire historique, enjeux actuels et propositions », Reuil Malmaison Editions Liaison 1994 2e édition réactualisée

Textes juridiques

Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État d’infirmier :
- Annexe 1 : Référentiel d’activités
- Annexe 2 : Référentiel de compétences

Directive européenne 2005/36/CE du parlement européen et du conseil du 07 septembre 2005 relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles

Loi du 4 mars 2002 relative aux droits du malade et à la qualité du système de santé


[1SCALLON (G) « L’évaluation des apprentissages dans une approche par compétences » p 262

[2porteur de dispositifs médicaux

[3Il est à souligner ici que la définition du terme activité dans ce référentiel n’est pas celle donnée dans le cadre de l’analyse des automatismes (LEPLAT 2008) et que chaque activité « générique » numérotée est déclinée en d’autres activités. NDL

[5Le niveau de formation ici est difficilement défini, tant il est vrai que les repères de l’ancien programme peuvent ne pas nous être très utiles.

Le manque de recul sur cette formation qui n’en est qu’au début de la deuxième année de mise en œuvre au moment où est rédigé cet article ne nous permet pas encore de poser ces « niveaux » de formation avec plus ou moins de précision. Il sera alors tenu compte des acquisitions réelles de l’étudiant, des UE qu’il aura validé ou non (le passage en année supérieure peut se faire sans avoir validé la totalité des UE de l’année précédente), et de son cursus de stage supposé avoir offert l’opportunité de certains apprentissages.


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus